Affaire Mathis. Un rapport privilégie la thèse du meurtre, Sylvain Jouanneau mis en examen pour homicide volontaire sur son fils

Nouvel épisode de taille dans l'affaire de la disparition de Mathis Jouanneau. Son père, Sylvain, incarcéré depuis fin 2011, et condamné à 20 ans de réclusion pour enlèvement et séquestration, est désormais mis en examen pour homicide volontaire. Une décision qu'il conteste.

Mathis Jouanneau est-il encore en vie ? La question reste en suspens depuis que le père du jeune garçon ne l'a pas rendu à sa mère le 4 septembre 2011. Alors qu'il clame depuis le début de l'affaire ne pas avoir tué son fils, mais l'avoir confié à un tiers, Sylvain Jouanneau vient d'être mis en examen pour homicide sur mineur de moins de 15 ans.

Si l'enquête pour enlèvement et séquestration avait abouti à sa condamnation à 20 ans de réclusion en juin 2015, les investigations autour d'un éventuel décès s'étaient poursuivies. Une information judiciaire supplétive avait été ouverte en 2013 pour homicide contre X, afin d'élargir le cadre légal de l'enquête. 

La thèse du meurtre privilégiée selon un rapport

Cela a notamment permis à la police judiciaire de réaliser des fouilles dans le but de retrouver un corps - le jardin des parents de Sylvain Jouanneau a ainsi été sondé à deux reprises - ce que ne permettait pas la procédure pour enlèvement et séquestration, qui supposait de fait que Mathis était toujours vivant. 

Si le père de Mathis est désormais poursuivi pour homicide, c'est que les relevés ADN effectués dans le véhicule avec lequel il aurait fui avec son fils ont abouti à la découverte "d'un génotype masculin dont le profil est susceptible de correspondre à celui de Mathis", selon le président de la chambre de l'instruction. En outre, un rapport d’analyse criminelle privilégie la thèse d'un meurtre commis dans la nuit du 3 septembre 2011. 

Sur la base de ces révélations, la juge des libertés et des détentions a placé Sylvain Jouanneau en détention provisoire, le 24 avril. Il a été transféré d'une prison proche de Périgueux à la maison d'arrêt de Caen.

Sylvain Jouanneau conteste son placement en détention 

Ce transferrement dont il a fait l'objet, Sylvain Jouanneau le conteste. En ce sens, une audience s'est tenue ce mardi matin devant la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Caen (CHINS). Le prisonnier a refusé d'être extrait de sa cellule pour comparaître. Son avocat Félix Glückstein, n'a pas fait le déplacement non plus jusqu'au tribunal caennais, ses mémoires ont été envoyés la semaine dernière à la juridiction normande. 

En raison de violations procédurales graves, je ne serais pas présent à l'audience devant la CHINS, ni mon client. Ce dernier acceptera sûrement de s'exprimer dans un futur proche, ou de le faire par mon intermédiaire.

Félix Glückstein, avocat de Sylvain Jouanneau

Ce mardi 7 mai, la cour a confirmé la détention provisoire.

Douze ans et demi après la disparition de Mathis, un nouveau procès pourrait avoir lieu, et l'on pourrait assister au dénouement de cette affaire sans nul autre pareil en France. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité