Sécheresse : aucune aide pour les centres de lavage auto toujours fermés, la profession s'organise

Publié le
Écrit par Karine Lepainteur .

Depuis le 26 août 2022, pour lutter contre la sécheresse, les stations de lavage sont totalement fermées dans les départements du Calvados, de l'Orne, de la Manche et de l'Eure. L'arrêté préfectoral applicable au plus tard jusqu'au 30 novembre n'est toujours pas levé. Les professionnels sont plus qu'inquiets, d'autant plus qu'aucune aide n'a été annoncée. Pour eux, il est temps de se mobiliser.

C'est un appel de détresse qu'envoient Mr et Mme Sola, propriétaires de Mouss Auto à Cagny. Comme les autres propriétaires de stations de lavage de toute la Normandie ou presque (l'arrêté ne concerne pas la Seine-Maritime), ils ont dû stopper leur activité le 26 août 2022, date d'un arrêté préfectoral pour lutter contre la sécheresse.

Même s'ils comprennent cette mesure d'urgence, ils s'inquiètent du manque de soutien aux entreprises de la part des pouvoirs publics. Après avoir contacté différentes institutions de l'Etat, aucune aide financière à ce jour ne leur a été proposée.

Si aucune aide ne nous est accordée, nous aurons fatalement des problèmes financiers à court terme et de gros doutes sur la pérennité de notre activité"

Didier et Florence Sola, propriétaires d'une station de lavage dans la région de Caen

Des professionnels déjà impliqués dans leur consommation en eau

Selon Didier Sola, les professionnels des stations de lavage sont déjà très impliqués dans le recyclage de l'eau. La loi les oblige à séparer leurs eaux usées pour éviter que des boues d'hydrocarbures ne se retrouvent dans les nappes phréatiques. Ce que ne font pas les particuliers qui lavent leur voiture chez eux. Selon Mr Sola, un particulier peut dépenser jusqu'à 300 litres d'eau pour laver sa voiture chez lui, sans aucun retraitement des eaux.

En moyenne, explique Didier Sola, une station de lavage haute pression utilise 60 litres d'eau pour nettoyer un véhicule, soit l'équivalent d'une douche.

La station de lavage de Mr et Mme Sola a été conçue dès 2010 pour consommer encore moins d'eau qu'un centre classique. Seuls 30 litres d'eau sont utilisés par véhicule, l'équivalent de 2 à 3 chasses d'eau.

Une association pour regrouper tous les professionnels du lavage en France

Face à cette situation, les professionnels du lavage se mobilisent. Ce vendredi 9 septembre 2022, Mr et Mme Sola ont convié plusieurs personnes pour expliquer leurs difficultés, dont Arthur Delaporte, député du Calvados, Eric Margerie, maire de Cagny, le syndicat Mobilians Normandie ou encore Jean-Pierre Biderre, président provisoire de l'association ADEL.

L'Association de Défense des Entrepreneurs du Lavage est officiellement créée ce vendredi 9 septembre. Elle a pour but de faire entendre à l'échelle nationale la voix des laveurs indépendants et de peser au sein du syndicat Mobilians aux côté des grands groupe comme Total ou L'Eléphant Bleu.

On est 10 000 laveurs en France. Si on arrive à rassembler 1000 adhérents, on sera représentatif de la profession."

Jean-Pierre Biderre, président provisoire de l'Association pour la Défense des Entrepreneurs du Lavage

Jean-Pierre Biderre a déjà reçu de nombreuses demandes d'adhésions. "Aujourd'hui, on m'a encore appelé de Moselle" précise-t-il. Car les laveurs indépendants sont dans une situation compliquée. Dans presque la moitié des départements, il leur est toujours interdit d'ouvrir leurs stations de lavage.

Bien souvent les préfets n'ont pas pris en compte les entreprises qui recyclent l'eau et jettent une image désastreuse sur le monde du lavage, déplore Jean-Pierre Biderre.

On représente 0,2 % de la consommation en eau d'un ménage.

Jean-Pierre Biderre, président provisoire d'ADEL

Jean-Pierre Biderre est également PDG de la société Hydro Normandie qui compte 3 stations de lavage dans le Calvados et 1 en Seine-Maritime. Seule cette dernière est ouverte, puisque le préfet l'autorise. Jean-Pierre Biderre estime que si l'interdiction d'ouvrir ses centres se poursuit jusqu'à fin novembre, sa perte d'exploitation s'élèvera à 300 000 euros.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité