Un campus international du cheval pour une renommée mondiale

Publié le
Écrit par Karine Lepainteur .

La première pierre du campus international du cheval à Goustranville a été posée ce lundi 10 octobre 2022. A terme, ce petit village normand, situé en plein Pays d'Auge, accueillera plus de 250 chercheurs, étudiants et professionnels de la filière équine. C'est un des projets phares de la Région Normandie qui espère ainsi développer sa renommée internationale.

Qui aurait pu prédire que le petit village de Goustranville de moins de 300 habitants pourrait un jour avoir une renommée internationale ? A quelques kilomètres de la sortie Dozulé sur l'autoroute A13, le site du CIRALE (le centre d'imagerie et de recherche sur les affections locomotrices équines) est depuis 1999 le pôle équin normand de l’École nationale vétérinaire d’Alfort (EnvA). D'ici 2025, il sera doté d'un campus international pour former les futurs vétérinaires et auxiliaires vétérinaires de l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort.

Un pôle d'excellence du cheval en Normandie

Il y avait d'une part la volonté de l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort de développer sa filière équine et de l'autre la détermination de la Région Normandie d'être la Terre du cheval. En 2010, la Région Normandie et le Département du Calvados créent un syndicat mixte : Normandie Equine Vallée, avec pour mission le développement de sites d’excellence dans le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur sur la santé et la performance du cheval.

En 2019, le projet de création d'un campus international est lancé. Normandie Equine Vallée accueille déjà sur ses deux sites, à Goustranville et à Saint-Contest dans le Calvados, des équipes scientifiques de renommée mondiale et des équipements de pointe uniques au monde. Pour la Région Normandie, d'ici à 2025, le site de Goustranville sera l'endroit de référence dans le monde du cheval.

Il n'y aura pas d'endroit dans le monde avec un tel niveau d'équipement et de matière grise.

Hervé Morin, Président du Conseil Régional de Normandie

Pour Hervé Morin, ce site sera un facteur d'attractivité pour le développement économique de la région. Actuellement, la filière équine en Normandie, c'est 18 000 emplois et 1,3 milliard de chiffre d'affaire. Pour lui le message est clair : "C'est de dire à tous ceux qui sont passionnés par le cheval, si vous voulez investir, il n'y a qu'un endroit où il faut le faire, c'est la Normandie"

Les futurs vétérinaires de la filière équine étudieront en Normandie

Actuellement le CIRALE accueille les étudiants en 4ème et 5ème année de la célèbre école vétérinaire de Maison Alfort pour des modules pratiques. Il est spécialisé dans le diagnostic des lésions ostéoarticulaires et musculo-tendineuses à l’origine de boiterie ou contre-performance.

D'ici 2025, le campus international Normandie Equine accueillera l’ensemble de la formation vétérinaire équine de l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort (EnvA) et formera les futurs docteurs vétérinaires et auxiliaires de santé vétérinaire, soit une centaine d'étudiants par année.

L'idée c'était d'être au cœur de la région qui produit les chevaux puisque c'est en Normandie qu'il y a la plus grande concentration en France, et de s'implanter non loin de l'autoroute parce que les chevaux ça voyage très bien. C'est un endroit stratégique.

Pr Christophe Degueurce, directeur de l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort (EnvA)

Le nouveau Campus international du cheval de Goustranville comprendra

  • un hôpital vétérinaire dédié à l’équin (8 boxes de soins intensifs, 1 boxe neurologique, 26 boxes d’hospitalisation, 5 boxes d’isolement) 
  • un amphithéâtre connecté permettant des enseignements à distance 
  • une salle de travaux pratiques
  • une résidence étudiante comprenant 41 studios, 10 chambres doubles, soit une capacité d’accueil de 60 personnes
  • un « espace vie entreprenariat » incluant des espaces de co-working, des surfaces d’exposition, un foyer de restauration, une salle de sport

A terme, ce projet à 42 millions d'euros permettra d'accueillir plus de 250 personnes (chercheurs, étudiants, cliniciens, professionnels de la filière équine…) contre une cinquantaine actuellement. L’ouverture de l’hôpital et des logements étudiants est prévue pour le dernier trimestre 2024. Les travaux se termineront en 2025.

La Silicon Valley du cheval 

L’objectif de ce projet c'est aussi de pouvoir rivaliser avec les plus illustres pôles de recherche autour du cheval que sont l’Animal Health Trust de Newmarket (Angleterre), l’Irish Equine Center (comté de Kildare en Irlande) ou encore le Gluck Equine Center (Lexington-Kentucky aux Etats-Unis).

A Goustranville, en Normandie, de nombreux acteurs vont se côtoyer sur ce site international :

  • le Campus international du cheval
  • le Centre d’Imagerie et de Recherche sur les Affections Locomotrices Equines (CIRALE), pôle équin normand de l'école nationale vétérinaire d'Alfort (EnvA)
  • l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses)
  • le Laboratoire des courses hippiques (LCH) dédié à la lutte contre le dopage animal de la Fédération Nationale des Courses hippiques (FNCH)

Le campus de Goustranville héberge déjà l’unité « physiopathologie et épidémiologie des maladies équines » (PhEED) du laboratoire de santé animale de l’Anses. La rénovation et l’extension des locaux dédiés à la recherche permettra à l’unité PhEED d’élargir le spectre de ses projets de recherche et de renforcer les collaborations et partenariats scientifiques, en accueillant des nouveaux chercheurs de réputation internationale et renforçant la collaboration avec l’École nationale vétérinaire d’Alfort.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité