Calvados : 45 000 euros collectés pour Matthieu et Thaïs, deux enfants lourdement handicapés

Près de Falaise, l'appel à l'aide de la famille Colibert a été entendu. Elle avait besoin d'un véhicule adapté pour ses deux enfants polyhandicapés. Grâce au financement participatif et à de nombreux chèques anonymes, elle a collecté les 45 000 euros nécessaires. La voiture sera livrée en février.  

© Famille Colibert
C'est un beau cadeau de Noël qui sera offert à la famille Colibert de Bretteville-le-Rabet, entre Falaise et Caen (Calvados) : un grand monospace équipé d'une rampe qui pourra accueillir les deux fauteuils roulants de leurs deux enfants polyhandicapés, Matthieu (11 ans) et Thaïs (9 ans). 

"Nous avions vraiment besoin de ce véhicule car Matthieu a subi une lourde opération du dos en mars 2019 qui s'est mal déroulée et lui a enlevé une grande partie de l'autonomie qui lui restait, et sa soeur Thaïs va devoir subir la même opération en février ou mars prochain ", explique Marie-Antoinette Colibert. 

La voiture sera livrée au plus tard le 8 février avant d’être spécifiquement aménagée par une entreprise spécialiste de Soliers. Elle devrait être prête pour le printemps ! 

Un rêve réalisé grâce à la générosité de très nombreux donateurs. 

"Nous avions besoin de 36 515 euros pour le véhicule et 8 600 euros pour les amégaments, soit 45 000 euros au total", explique Marie-Antoinette. 

"On ne s'attendait pas à un tel élan de solidarité"

En juin dernier, la famille Colibert lance une cagnotte sur le site gofundme.com Plus de 12 000 euros sont collectés grâce aux dons. 

A cela s'joutent les nombreux dons anonymes. "Je suis vraiment bleuffée par la générosité. On ne s'attendait pas à un tel élan de solidarité autour de nos enfants. Un jour, raconte marie-Antoinette, j'ai ouvert une enveloppe. Il y avait un chèque de 2 000 euros. J'ai pleuré. Ma fille Thaïs m'a demandé ce qui se passait. Je lui ai expliqué que j'étais touchée car il y avait des gens généreux.

Beaucoup de donateurs sont restés anonymes. "Comme ce donateur qui m'a envoyé ce chèque très important. J'ai cru qu'il s'était trompé et avait mis un zéro de trop, mais il ne s'était pas trompé !", se souvient Marie-Antoinette. "Ce geste nous a redonné beaucoup de courage."

Grâce à un article publié dans un mensuel, au mois de septembre, Marie-Antoinette reçoit également près de 9 000 euros de dons en chèques des lecteurs du magazine.

"Les courriers étaient accompagnés d'un mot de soutien, cela nous a beaucoup aidés !", souligne la maman. 

Pour chaque chèque avec une adesse, Marie-Antoinette a envoyé un mot de remerciement. 
   

Une mobilisation locale

Dans la région, plusieurs mobilisations ont permis aussi d'apporter une contribution. Ainsi la boulangerie de Bretteville-sur-Laize, qui "pendant 15 jours reversait une partie du prix de sa baguette festive à notre cagnotte et avait mis un pot pour les dons. Au final, 1 363 euros ont été ainso collectés." 

 Un concert dans une église, un don de l'ancienne école des enfants, etc... La famille Colibert a pu compter sur de nombreux soutiens. "On a vu que nos enfants étaient importants, que les gens se battaient pour eux, on a été très touchés."
 
 

Matthieu et Thaïs souffrent d'une maladie génétique rare affectant leur capacité à se déplacer

Matthieu et Thaïs souffrent de la maladie de Huler, une maladie génétique évolutive caractérisée par des anomalies sur la structure du squelette, une atteinte cognitive, une maladie cardiaque, des troubles respiratoires, une hépatosplénomégalie, une dysmorphie faciale et une diminution de l'espérance de vie. 

Le quotidien reste rythmé par les soins. "Matthieu est retourné en rééducation à Hérouville Saint-Clair. Nous y faisons deux trajets par jour. Pour le moment, nous devons le faire en déplacement allongé, le véhicule va changer tout cela !

Quant à Thaïs, elle sera opérée en février ou mars à l'hôpital Necker à Paris. "La même opératin du dos que son frère, mais qui va demander trois semaines de préparation avec un appareillage à Garches."

Pour organiser cette nouvelle étape, Marie-Antoinette est déjà plongée dans les papiers pour trouver une aide à domicile. 

 












 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société handicap région normandie politique