CARTE. Propreté des eaux de baignade : à quels indicateurs peut-on se fier ?

Il pourrait être dangereux de se baigner sur certaines plages de Normandie, alerte une étude de l'association Eau & Rivières de Bretagne publiée le 24 mai. Elle met en avant les risques d'infections bactériologiques dans un classement "moins optimiste" que celui de l'agence régionale de santé (ARS).

Escherichia coli, entérocoques intestinaux... ces bactéries qui prolifèrent dans les eaux de baignade peuvent finir par contaminer les baigneurs. Ils devraient même "éviter" de se baigner dans huit communes en Normandie en raison des risques sanitaires potentiels, révèle une étude publiée par l'association Eau & Rivières de Bretagne le 24 mai.

Gastro, otites et conjonctivites

Dans de l'eau polluée, les baigneurs s'exposent à différentes infections : gastro-entérites, otites, conjonctivites ou encore des infections respiratoires. "Nous avons identifié que ces bactéries sont d'origine fécale, humaine ou animale, selon les cas. Elles peuvent être amenées par les eaux usées ou les épandages agricoles non traités", explique Christophe Le Visage, vice-président de l'association.

Les personnes âgées et les enfants sont plus exposées que la majorité des gens aux risques de contamination par des bactéries présentes dans la mer.

Christophe Le Visage, vice-président d’Eau & Rivières de Bretagne

Dans le Calvados, on dénombre sept plages classées rouges pour la baignade situées à Houlgate, Lion-sur-Mer, Langrune-sur-Mer, Saint-Aubin-sur-Mer, Bernières-sur-Mer, Asnelles, Tracy-sur-Mer. L'unique commune concernée dans le département de la Manche est Saint-Germain-sur-Ay.

Au total, 93 plages (5,02%) sont "à éviter" et 316 "déconseillées" (17,04%) sur les 1 854 plages recensées en France métropolitaine et en Corse. Les plages les plus mal notées par l'étude se trouvent dans les Alpes-Maritimes, le Nord, le Pas-de-Calais, la côte nord de la Bretagne et le Calvados.

Les méthodologies différentes de l'ARS et d'Eaux et rivières

Le nouveau classement d'Eaux et Rivières de Bretagne se veut "moins optimiste et plus précis" que celui de l'agence régionale santé (ARS), auquel se réfèrent les communes.

L'association bretonne n'a pas procédé à de nouveaux relevés. Elle utilise les données publiques relevées par l'ARS ces quatre dernières années, mais effectue son classement différemment. Elle attribue une note de départ sur 100 à chaque plage analysée : si 10% des prélèvements réalisés par les autorités sont classés "moyen" ou "mauvais", la note descend à 90.

Il est clair que nous demandons une qualité qui est grande mais elle n'est pas impossible à atteindre.

Christophe Le Visage, vice-président d’Eau & Rivières de Bretagne

Eaux et Rivières dresse ainsi quatre catégories de plages, où la baignade est "recommandée" (note égale ou supérieure à 95), "peu risquée" (entre 85 et 95), "déconseillée" (de 70 à 85) et "à éviter" (inférieure à 70). 

"Nous voulons faire réagir le grand public avec ce classement, explique Christophe Le Visage. Les risques sanitaires dans les eaux de baignade ne sont pas suffisament pris en compte. Il faut entreprendre des recherches sur leur provenance". 

Les municipalités dans le rouge accusent le coup

La plage de Langrune-sur-Mer (Calvados) a été classée en zone rouge : la baignade dans sa zone serait à éviter selon l'association. Pour le maire Jean-Luc Guingouain, il s'agit d'une "décision arbitraire". "Je suis surpris parce que nous nous fions chaque année aux résultats de l'ARS. Ils n'ont aucun pouvoir pour interpréter quelques données que ce soit".

Nous avons travaillé sur le profil de vulnérabilité des eaux de baignade. Je trouve que c'est tendancieux de publier ces résultats alors que nous sommes en tout début de saison.

Jean-Luc Guingouain, maire de Langrune-sur-Mer

En 2023, l'ARS a réalisé dix-neuf prélèvements de juin à septembre sur la commune de Langrune. La qualité de l'eau est jugée bonne depuis deux ans, avec une note de deux étoiles. Même constat à Bernières-sur-Mer, une autre commune où la baignade est déconseillée.

"C'est une information inquiétante pour nous, parce que nous travaillons au quotidien pour maintenir la qualité des eaux de baignade, explique Thomas Dupont-Federici, le maire. Notre station d'épuration est surdimensionnée pour les 15 000 habitants, il n'y a jamais eu de débordements des eaux usées".

En creux, l'édile reproche le manque de "transparence" dans la démarche de l'association : "Nous aurions aimé faire partie de la boucle de discussion et être prévenu de la parution de la carte. Elle pourrait mettre à mal une station balnéaire comme la nôtre".

Selon les données du ministère de la Santé, 92,4% des sites de baignade en eau de mer étaient classés d'excellentes ou de bonne qualité en 2022.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité