Claude Lelouch et la Normandie : "c’est ma pharmacie principale"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie du Mesnil-Adelée

Le cinéaste aux 50 films était de passage à Caen jeudi pour l’avant-première de "Tourner pour vivre". Ce long-métrage est le fruit de 7 ans de travail. 7 années durant lesquelles le réalisateur Philippe Azoulay a suivi Claude Lelouch. Cela donne un film incroyable, au casting époustouflant, avec des séquences tournées dans le monde entier. L’occasion pour nous de questionner le rapport de Claude Lelouch à notre région. Une "Bavette normande" exceptionnelle, présentée par Jacques Perrotte.

Si on vous dit Claude Lelouch et la Normandie, vous pensez…

« Un homme et une femme », forcément.

Jean-Louis Trintignant, Anouk Aimée.

Et la Normandie, comme on ne l’a jamais filmée.

J’aime la Normandie d’abord parce que ma mère était normande. Elle est née à Ifs. Quand j’étais enfant, j’ai appris à marcher sur la plage de Villers-sur-Mer. On n’avait pas les moyens d’aller à Deauville, donc on allait à Villers le week-end et on est tombés amoureux de ce village magnifique.

Claude Lelouch

durée de la vidéo : 01min 53
Claude Lelouch dans "Bavette normande" ©France 3 Normandie

Claude Lelouch se confie à Jacques Perrotte dans un entretien exceptionnel : "En Normandie, il y a tous les climats, dans la même journée. Il y a cette lumière absolument incroyable. Ces marées hautes, ces marées basses. Ce n’est jamais pareil. C’est un pays qui est constamment en mouvement.

Et puis il y a la mer, il y a la campagne… Il y a une atmosphère qui me fait un bien fou."

C’est ma pharmacie principale. Après une semaine à Paris, j’ai besoin de passer deux jours en Normandie. Je me ressource complètement, je marche trois heures sur la plage des Vaches noires et je repars et je suis tout neuf.

Claude Lelouch

« Tourner pour vivre »

Après le festival de Deauville en septembre dernier, où il présentait son 50e film « L’amour c’est mieux que la vie », Claude Lelouch était de retour en Normandie ce jeudi pour l’avant-première de « Tourner pour vivre ».

Un film dont il est le héros… le réalisateur Philippe Azoulay l’a suivi pendant 7 ans, au gré des tournages, mais pas seulement.

« Je voulais faire un documentaire qui explique la folie qu’il faut pour faire un film, les processus créatifs, mais aussi un film qui embarque les gens dans la tête d’un réalisateur », lance le documentariste.

Un film à découvrir en salles dès ce mercredi 11 mai, jour de la diffusion de notre « Bavette normande » spéciale Lelouch, présentée par Jacques Perrotte

A voir dès minuit sur France 3 Normandie, et en replay ici.

Un bistrot-cinéma signé Lelouch à Trouville

Le réalisateur a confié à notre journaliste un secret : il a pour projet de créer un bistrot cinéma à Trouville-sur-Mer : « un endroit où l’on peut manger et voir les plus beaux films du monde en même temps. C’est un projet qu’on est en train de mettre en place à l’endroit où j’ai tourné « Un homme et une femme ». Sur le ponton. »

A suivre donc… tout comme le tournage de son 51e long-métrage qui aura lieu à la fin de l’année. Avec quelques séquences en Normandie. Bien sûr.