"Club des sportifs violeurs" : Andréa Bescond poursuivie à Caen pour diffamation

La comédienne et réalisatrice Andréa Bescond est poursuivie pour diffamation par l'athlète Wilfried Happio. Sur les réseaux sociaux, elle avait assimilé le sportif à un violeur alors qu'il était en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour agression sexuelle. L'affaire a depuis été classée sans suite.

À la barre, la réalisatrice a démenti tout amalgame ou violation de la présomption d'innocence du sportif. Mais selon Me Anthony Mottais, l'avocat de Wilfried Happio,  Andréa Bescond "parle de team, de collectif de violeurs… A partir du moment où on assimile mon client à cette catégorie de personnes, ce qui est complètement faux évidemment, ça porte atteinte à Monsieur Happio.

L'affaire prend sa source à Caen, au stade Hélitas. 

L'image avait marqué le championnat de France d'athlétisme : le samedi 25 juin 2022, Wilfried Happio s'était aligné sur le 400 mètres haies, l'oeil bandé. L'athlète avait été frappé 20 minutes plus tôt sur le stade d'échauffement situé devant le lycée Malherbe. A l'origine de l'altercation, "un différend personnel" selon alors les premiers éléments de l'enquête. 

L'auteur présumé du coup de poing est le frère d'une jeune athlète de 19 ans. Cette dernière avait porté plainte pour agression sexuelle contre Wilfried Happio. Une agression qui se serait déroulée un an auparavant, en septembre 2021. L'enquête interne de l'INSEP avait alors conclu à "des gestes déplacés" mais n'avait pas sanctionné le jeune-homme. 

Mais en décembre 2022, le jeune champion de France se retrouve en garde à vue.

Sur son compte Instagram, suivi par plus de 100 000 personnes, la comédienne et réalisatrice du film "Les Chatouilles", Andréa Bescond, fer de lance dans la dénonciation des violences sexuelles et sexistes faites aux femmes, assimile alors l'athlète à un violeur. : "On va pouvoir monter le club des sportifs violeurs", écrit-elle dans ce post. Sa publication a été "likée" par plus de 7 500 personnes.

Le sportif dépose plainte contre Andréa Bescond pour diffamation, aucune poursuite n'ayant été entamée contre lui à l'issue de sa garde à vue

Une question de sémantique

C'est ce jeudi 27 juillet que l'affaire était jugée devant le tribunal correctionnel de Caen. Ce procès s’est ouvert sans Wilfried Happio, retenu par les championnats de France d'athlétisme à Albi. 

Andréa Bescond, accueillie par quelques soutiens, s'est retranchée derrière une question de sémantique : "c'est son nom, son prénom, sa garde à vue, un point, et ensuite une autre idée mais tout ce qui concerne Wilfried Happio se déroule sur une phrase qui concerne sa garde à vue pour agression sexuelle" en soulignant qu'elle faisait "bien la différence entre une agression sexuelle et un viol". Et de justifier son post par le fait qu'elle "émet un constat du système qui nous entoure qui est celui de l'impunité et du manque d'écoute des victimes."

La comédienne et réalisatrice ajoute : "M. Happio est juste un homme qui a été accusé de violence comme un autre, placé en garde à vue comme un autre, qui a été classé sans suite comme un autre. Si Wilfried Happio s'est senti concerné par ce club des violeurs, c'est sa conscience, pas la mienne." 

durée de la vidéo : 00h01mn10s
Andréa Bescond poursuivie pour diffamation par l'athlète Wilfried Happio s'explique devant le palais de justice de Caen ©France Télévisions

Me Anthony Mottais, l'avocat de Wilfried Happio réclame 5 000 euros de dommages et intérêts pour son client. 

L'affaire a été mise en délibéré au 7 septembre.