REPLAY. Départementales 2021 dans le Calvados : ce qu'il faut retenir du débat du 1er tour

Publié le Mis à jour le
Écrit par CM et GL
France 3 Normandie a organisé le mercredi 16 juin 2021 le débat d'avant 1er tour des élections départementales pour le département du Calvados.
France 3 Normandie a organisé le mercredi 16 juin 2021 le débat d'avant 1er tour des élections départementales pour le département du Calvados. © France Télévisions

Les 20 et 27 juin 2021, les habitants du Calvados sont appelés à voter pour les élections départementales ; Quels sont les enjeux du prochain scrutin dans ce département ? Etat des lieux, contexte politique et ce qu'il faut retenir du grand débat du 1er tour diffusé sur France 3.

Les 20 et 27 juin prochains, se tiendront les élections départementales. En partenariat avec la presse quotidienne régionale, France 3 Normandie organisait ce mercredi 16 juin un débat concernant le département du Calvados. 

(Re)VOIR. Le grand débat des élections départementales 2021 dans le Calvados, diffusé le mercredi 16 juin sur France 3 Normandie : 

Autour de la journaliste de France 3 Normandie Gwenaelle Louis et pour aborder les différentes thématiques liées aux enjeux du scrutin étaient invités :

  • Jean-Léonce Dupont (UDI), candidat dans le Canton de Bayeux.
  • Marc Andreu Sabater (LREM), candidat dans le Canton de Vire Normandie.
  • Philippe Chapron (RN), candidat dans le Canton de Trévières.
  • Cédric Nouvelot (LR), candidat dans le Canton de Courseulles sur Mer.
  • Arthur Delaporte (PS), candidat dans le Canton de Ouistreham.
  • Jules Joseph-Geneslay (LFI), candidat dans le Canton d’Hérouville Saint Clair.
  • Francis Joly (EELV), candidat dans le Canton de Caen 4.
Replay débat départementales 2021 Calvados

Un mandat rallongé d'un an

172 candidats (86 binômes) sont en lice dans les 25 cantons que compte le département du Calavdos. On en recensait 52 de plus en 2015 lors du précédent scrutin. Les prochains conseillers départementaux seront élus pour sept ans au lieu de six habituellement : les prochaines élections départementales ont été décalées en 2028 pour ne pas se tenir la même année que l’élection présidentielle de 2027.

Retrouvez la liste de tous les candidats en lice dans le département du Calvados en cliquant ICI.

7 candidats débattront en plateau ce mercredi 16 juin

  • Jean-Léonce Dupont, (UDI) le président sortant et président du "Groupe majoritaire centristes et indépendants", candidat dans le Canton de Bayeux. Il brigue un cinquième mandat.
  • Marc Andreu Sabater  (LREM), maire de Vire, président du groupe "Démocrate, républicain et progressiste" et candidat dans le Canton de Vire Normandie. Il brigue un quatrième mandat.
  • Philippe Chapron (RN), porte-parole du RN dans le Calvados et candidat dans le Canton de Trévières
  • Cédric Nouvelot (LR), président du groupe "Républicains et apparentés", candidat dans le Canton de Courseulles sur Mer
  • Arthur Delaporte, (PS) candidat dans le Canton de Ouistreham sous l'étiquette UGE (Union de la gauche écologique)
  • Jules Joseph-Geneslay, (LFI) candidat dans le Canton d’Hérouville Saint Clair, représentant de l’union Parti Radical de Gauche, La France insoumise, Alternative sociale et écologique, Le Parti de Gauche
  • Francis Joly (EELV) candidat dans le Canton de Caen 4 sous l'étiquette UGE

Le Calvados, au centre depuis de nombreuses années

Le président sortant UDI Jean-Léonce Dupont brigue cette année un cinquième mandat. Il est l'héritier d'une longue tradition centriste dans le Département, incarnée historiquement par Michel d'Ornano, de 1979 à 1991, puis par son épouse, Anne, jusqu'en 2011, dont Jean-Léonce Dupont pris la succession. Il bénéficie aujourd'hui d'une large majorité avec 40 conseillers sur les 50 que compte le Conseil Départemental : des élus divers droite, UDI, Modem, Les Républicains, La République En Marche et le Parti Radical de Gauche.

L'opposition, elle, n'occupe qu'une dizaine de sièges et rêve cette année de remporter 13 cantons sur 25. Mais, faute d'accord, elle part divisée : d’un coté la France Insoumise et les radicaux de gauche, de l'autre l’union des gauches Parti Socialiste, écologistes et Parti Communiste.

Le Département, un échelon indispensable en temps de crise ?

Le budget du Conseil Départemental du Calvados s’élève à 798 millions d'euros. Une large partie (525 millions d'euros) est dévolue au développement des solidarités sur le territoire : le financement de l’autonomie, de l’enfance, de la famille, du logement, de l’insertion et du handicap. Autant de publics et de sujets qui ont été fortement impactés par la crise sanitaire, qui a creusé un certain nombre d'inégalités. Le président sortant, Jean-Léonce Dupont rappelle "que le département a accompagné les calvadosiens pendant la pandémie, nous avons par exemple augmenté de 50% les bourses aux collégiens et aussi lancé l'opération des chèques Calvados solidaire qui a bénéficié à vingt-mille personnes".

On prépare la sortie de crise et la relance économique. Nous avons déjà augmenter les aides destinées aux collectivités locales qui sont des investisseurs locaux importants.

Jean-Léonce Dupont, Président sortant UDI du Conseil départemental du Calvados.

Le Calvados comptera à la fin de cette année 16.400 bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA) contre 15.200 un an plus tôt (octobre 2020). Cette allocation, qui assure aux personnes sans ressource un niveau minimum de revenus, représente un budget de 100,5 millions d’euros et enregistre une hausse de 15 millions d'euros cette année. Le candidat de La France insoumise propose que le RSA soit ouvert aux 18/25 ans avec la mise en place d'une allocation jeune autonomie, 

Je ne trouve pas normal que le RSA ne soit pas ouvert aux jeunes de moins de vingt-cinq ans, c'est un problème. La mise en place d'une allocation jeune permettrait notamment aux étudiant d'éviter de travailler pour se payer leurs études.

Jules Joseph-Geneslay, Candidat LFI dans le canton d'Hérouville-Saint-Clair

 

Le Calvados face au défi du vieillissement

Les personnes âgées font partie des publics fragilisés par cette crise sanitaire. Dans le Calvados, on recense 15.255 bénéficiaires de l’aide personnalisée à l’autonomie et 130 établissements pour personnes agées ou handicapées. Le département n'échappe au vieillissement des baby boomers : d'ici 2050, un habitant sur cinq aura plus de 75 ans. La question de l'autonomie constituera donc un vrai défi dans les années à venir. Pour Cédric Nouvelot, candidat LR dans le canton de Courseulles-sur-Mer, l'avenir passe par des unités d'accueil plus petites, à taille humaine. "Pour maintenir les personnes agées chez elles, il faut développer tout ce qui amène de la proximité, des commerces et des services" précise le candidat sur le plateau du débat.

Il faut aussi investir sur les services d'aides à domicile en travaillant notamment sur l'amélioration des rémunérations des personnes qui travaillent dans ce secteur.

Cédric Nouvelot, candidat Les Républicains

Le Calvados, un département attractif ?

Le Calvados compte 694.056 habitants soit 10 000 de plus depuis 10 ans. Une attractivité qui pourrait sortir renforcée de la crise sanitaire avec l'envie des "Parisiens" et plus largement des citadins de s'installer dans un environnement à taille humaine (campagne ou petite villes) et par le développement du télétravail ces derniers mois. Ce maillage avec une ville centre et des villes moyennes est un atout pour le candidat EELV. Pour Françis Joly " on a déjà un département attractif et il faut garder ce maillage qui fait la richesse du Calvados" mais précise-t-il, en favorisant une politique départementale plus verte.

Il faut arrêter de bitumer et de bétonniser le département; Le calvados est un département vert et il doit le rester.

Francis Joly, candidat EELV dans le canton de Caen 4

Pour attirer les jeunes actifs, le raccordement à la fibre apparaît comme un enjeu majeur. C'est l'un des domaines de compétences du Département qui a lancé un vaste chantier depuis dix ans. 180.000 foyers sont aujourd'hui raccordés mais 665 communes, essentiellement rurales, sont toujours en attente du très haut débit. 95% des communes sont censées être fibrées en 2022. Marc-Andreu Sabater salue l'engagement du département mais pour le candidat LREM, il doit encore faire plus.

Le conseil départemental doit renforcer son soutien aux collectivités locales qui portent beaucoup de projets pour rendre le territoire attractif.

Marc-Andreu Sabater, candidat LREM dans le canton de Vire Normandie

 

L'attractivité, c'est également le cadre de vie et donc l'environnement, à l'heure où les préoccupations écologiques sont de plus en plus importantes dans la population. Mais c'est aussi la proximité de services : des services publics, comme les écoles, mais aussi des commerces ou des médecins. Pour le candidat socialiste, il faut relocaliser notamment l'approvisonnement des cantines des collèges. " On n'est pas assez ambitieux en la matière, le conseil départemental a la compétence des collèges, il doit agir" rappelle le candidat du PS.

On s'est fixé un objectif, 100% bio et local à l'horizon 2025.

Arthur Delaporte, candidat PS dans le canton de Ouistreham

Or, il y a deux ans, la crise des gilets jaunes a révélé un sentiment d'abandon dans les petites villes et le monde rural. Les manifestants dénonçaient la fermeture des services publics, des commerces, des écoles et le développement des déserts médicaux. Des griefs repris par le candidat du Rassemblement National qui rappelle sur le plateau que le secteur du tourisme est en grosse difficultée dans le Calvados. " Avec les plages du débarquement, le Calvados est un un département très prisé des touristes et la crise a mis le secteur dans le rouge" martèle Philippe Chapron.

Le Conseil Départemental doit lancer rapidement un plan d'aide pour tous ces gens qui souffrent.

Philippe Chapron, candidat RN dans le canton de Trévières.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.