Bannière résultats municipales

Thierry Granturco, qui est le maire de Villers-sur-Mer, passé du football à la politique

L'enfant des Minguettes à Lyon a bien grandi et vient de décrocher à 51 ans son premier mandat municipal dans le Calvados : Thierry Granturco a été élu ce 28 juin 2020, maire de Villers-sur-Mer avec près de 56% des voix. Issu du monde du football et du business, il entre en politique. 

Thierry Granturco , une belle victoire pour ce petit nouveau de la politique locale  avec 10 points d'avance sur son adversaire
Thierry Granturco , une belle victoire pour ce petit nouveau de la politique locale avec 10 points d'avance sur son adversaire © DR
C'est quelqu'un qu'on n'oublie pas quand on le croise. Il a l'humain chevillé au corps, un sens du contact et de l'écoute inné. Mais il a aussi des ambitions quand il arrive quelque part. L'avocat qui sommeille en lui a épluché la loi NOtre et il sait qu'il peut redonner un peu d'autonomie à Villers-sur-Mer, étouffée par Deauville, dans l'intercommunalité de la Côte Fleurie.

Ici c'est pas Deauville 

Il n'a pas peur d'en débattre dans les semaines qui arrivent, notamment avec Philippe Augier, le maire de Deauville. "Il vient de me téléphoner pour me féliciter. Il a bien compris qu'on devait en parler..." Le petit nouveau a le verbe facile de l'homme de loi et sait défendre le bout de gras. Un maire à peine élu qui défend déjà bec et ongle son territoire, ça se remarque.

Villers-sur-Mer n'a rien du côté "bling-bling" assumé de Deauville. Nous on n'a pas les Planches. Ce qu'on aime c'est marcher les pieds dans la vase sur notre plage familiale. Villers c'est le patrimoine culturel des Vaches Noires : de ses vestiges préhistoriques à Sagan. On veut revendiquer ça librement. Toute la Côte fleurie ne se résume pas à Deauville

Thierry Granturco


Le sourire aux lèvres, il soupire de soulagement. Ces trois mois de campagne supplémentaires, il s'en serait bien passé comme beaucoup. Le 15 mars, il a manqué de très peu le sacre dès le premier tour, à 27 voix prêt. Alors les prolongations, c'est pas vraiment ce qu'il espérait.

"Oui, je suis heureux et ça finit bien. Notre campagne en tant que challenger a commencé très tôt en 2019. Beaucoup de réunions publiques, de mains serrées et de coups bas à éponger, ça a été très long...J'avoue qu'il était temps que ça se termine." Thierry Granturco a renversé l'échiquier local en se présentant à la mairie de Villers-sur-Mer. Ce 28 juin 2020, il a été élu avec un taux de participation à faire pâlir bien des candidats : 71,64 % des électeurs se sont déplacés pour ce scrutin à Villers-sur-Mer. L'élection localement était devenue un débat passionnel. On était localement pour, ou contre, l'arrivée de Thierry Granturco aux affaires, mais pas indifférent.
 
Résultat, Thierry Granturco a décroché une grande légitimité : avec 55,73% des voix, lui et sa liste remportent 18 sièges sur 23, ne laissant que des miettes (5 sièges)  à l'ancienne adjointe, Catherine Vincent, qui se voyait en héritière légitime.
 

De président de club de foot à Maire

Il faut dire que Thierry Granturco a l'habitude de transformer en challenge tout ce qu'il touche. Amoureux du sport, il prend la vie comme un défi et gagne parfois de beaux paris. Il en perd aussi.

"Devenir maire n'a jamais été un objectif." Lui qui connaît du beau monde dans le football professionnel en tant qu'avocat international spécialisé dans le droit du sport, avoue qu'il n'a pas de soutien en politique.
Oui, il négocie avec de gros agents de joueurs et de grands clubs mais pour le reste, celui qui s'est fait tout seul, assure ne pas avoir de réseau. "L'ancien maire est venu me voir un jour en me disant qu'il ne se représenterait pas et qu'il espérait me voir prendre la suite. C'est alors le déclic pour moi." 

A ce moment là, en dehors de ses activités dans le business (sa société investit dans des entreprises en mal de capital) et de conseil (avocat du droit du sport), Thierry Granturco  se charge de donner un coup de main au club de foot de sa petite commune. Il en devient vite le président en 2016 et fusionne en 2017 pour créer l'ASVH ( AS Villers-Houlgate) qui en quatre ans connaîtra quatre montées de suite et un 8ème de finale en Coupe de France contre le Havre AC.  Du rêve et des émotions, qui le font forcément grimper en popularité. Depuis, en choisissant la politique, il a laissé son mandat de président pour ne pas mélanger les choses. Mais ne lui demandez pas de raccrocher totalement les crampons. Le foot c'est sa vie.

"Dans le monde du football professionnel, y a plus d'humain. C'est le business. Dans mon club régional, je retrouve ces sensations que j'aime dans le foot."

Il a ramené dans son club l'ASVH , un conseiller bien connu : Alain Cavéglia, ancien joueur professionnel, longtemps directeur sportif au Stade Malherbe Caen auprès de Xavier Gravelaine et Jean-François Fortin. . 
   

Alain c'est un copain d'enfance. On a grandi tous les deux, aux Minguettes, à Lyon et on a joué ensemble en U17 à l'Olympique Lyonnais. Forcément, ça tisse des liens pour la vie. On ne le rémunère pas, on lui paye un coup à boire quand il vient nous voir.

Thierry Granturco

Plutôt centre droit ... mais sans carte

L'ancienne équipe est restée aux affaires pendant près de 25 ans et avec son éviction, c'est une réelle page qui se tourne. Thierry Granturco n'est pourtant pas un "étranger" dans la commune. Mais jusque-là, il était vu comme un "résident secondaire", pas comme un potentiel politique local.
 

Je suis né à Lyon, j'ai grandi là-bas. Je suis arrivée à Villers avec mon épouse qui est d'ici. On s'est installé ensuite de manière plus pérenne.

Il vit là depuis longtemps à l'année, avec sa femme et ses deux fils âgés aujourd'hui de 14 et 22 ans.

Mais la vie politique est-elle vraiment une inconnue pour lui, comme il le jure. En 2011, il arrive à Rouen dans le capital du FC Rouen, à la demande de Valérie Fourneyron, alors maire PS de Rouen et pas encore ministre des sports de François Hollande. C'est pas un réseau, ça ? Il assure que non.

D'ailleurs le FC Rouen c'est l'une des grosses défaites de sa vie. En 2013, il y gère la descente aux enfers d'un club penalisé par la FFF , à cause de comptes bidonnés. "Les bilans des deux dernières années étaient faux. Je ne pouvais pas laisser la situation perdurer. Mais c'est un de mes plus difficiles souvenirs."

Si on me demande de me définir politiquement, je réponds sans me cacher que jai toujours voté centre droit. Mais c'est tout. Je n'y ai pas d'amis et je n'en cherche pas particulièrement. Je n'ai jamais pris de carte et je n'ai pas l'intention de le faire.

Thierry Granturco

Thierry Granturco est donc un nouveau-né en politique comme les électeurs les aiment tant depuis quelques années. Hervé Morin lui a déjà apporté son soutien, Nicole Ameline ( ancienne député LR de la circonscription)  aussi. "Mais je n'ai rien signé ou promis en échange !"

La vie politique n'est pas une source de revenus pour lui et l'avenir, il l'imagine surtout sur sa plage qu'il compte animer tout l'été prochain. Il y a 2 ans, Thierry Granturco rachetait avec ses fonds propres les murs de l'unique librairie de Villers-sur-Mer pour faire perdurer ce commerce qu'il estime essentiel. Comme quoi, il n'y a pas que du foot dans sa vie. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections football côte fleurie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter