Effondrement à la Pointe du Hoc : le symbole du débarquement est vaincu par l'érosion

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pierre-Marie Puaud, avec Amandine Pinault

Une partie de l'éperon rocheux rendu célèbre par les soldats américains le 6 juin 1944 vient de tomber à la mer.

"Malheureusement, c'était attendu", explique Marc Laurenceau. L'historien qui anime la page Dday Overlord redoutait une pareille issue. L'érosion est à l'œuvre sur ces falaises calcaires du Calvados. "Mais on ne peut pas s'habituer à cette nouvelle vue"...

Un énorme pan de l'éperon rocheux qui s'avance dans la mer vient de s'effondrer. Ne subsiste qu'une arête aujourd'hui bien frêle. La mer a déjà entrepris de disperser les éboulis et les vagues poursuivent leurs assauts. Un jour ou l'autre, la pointe aurait été engloutie.

"C'est un phénomène naturel. C'est le cycle de la nature et la nature est toujours plus fort que l'homme. On ne peut rien faire", commente, philosophe, Olivier Gallion, le directeur des services techniques de l'American Battle Monuments Commission, l'organisme américain qui gère le site. "Nous voyons cet éperon s'amenuiser au fil du temps, malheureusement".

Sortie matinale avec mon mari (...) Triste de voir le rocher symbole de la Pointe du Hoc s'effondrer...

Anne Maurouard, sur Twitter

Le 6 juin 1944 au petit matin, 261 rangers américains escaladent cette falaise avec l'intention de détruire des pièces d'artillerie nazies qui menacent Omaha Beach. Presque tous sont tués ou blessés, mais la mission est accomplie. Aux États-Unis, la Pointe du Hoc symbolise à jamais la bravoure et l'esprit de sacrifice.

Cela fait un pincement au cœur. Un peu comme nos derniers vétérans qui s'éteignent, le paysage qu'on pensait immuable disparaît peu à peu.

Marc Laurenceau, D-day Overlord

En 2010, les Américains n'ont d'ailleurs pas hésité à mener d'importants travaux afin de préserver ce site emblématique. Le pied de la falaise a été consolidé et l'eau est désormais drainée pour l'empêcher de poursuivre son travail de sape. L'idée était alors de ralentir les effets de l'érosion, un phénomène naturel qui a été accentué par la main de l'Homme.

La falaise a reculé de 60 mètres depuis 1944

Avant la guerre, le sommet de la falaise était couvert de végétation et d'arbustes. Pour installer leurs pièces d'artillerie, les militaires allemands ont mis le sol à nu. Depuis, le site est conservé en l'état. Rien n'arrête l'eau qui s'infiltre dans le sol calcaire.

Plus étonnant, en 1961, des acteurs rejouent l'assaut de la Pointe du Hoc pour le film le Jour le plus long. D'authentiques rangers se mêlent aux acteurs et aux figurants. Pendant plusieurs jours, ils s'accrochent aux parois de la falaise, sur des échelles de cordes semblables à celles utilisées le Jour J. Paul Anka en a ardé un souvenir ému... Le tournage est d'autant plus éprouvant que dans un souci de vraisemblance, de vrais explosifs auraient été utilisés.

(Reportage tourné en 2010 lors des travaux effectués à la Pointe du Hoc) 

durée de la vidéo: 02 min 37
Pointe du Hoc, les travaux ©France Television

"Les travaux effectués en 2010 ont permis d'ancrer l'endroit où nous nous trouvons à la falaise", explique Scott Desjardins, le conservateur de l'American Battle Monuments Commission. Les Etats-Unis ont alors investi 5 millions d'euros pour consolider ce haut-lieu du débarquement du 6 juin 1944. Il s'agissait notamment de rouvrir le blockhaus qui surplombe la falaise : il avait été fermé par arrêté préfectoral en 2001 en raison de l'instabilité de la roche. ajoute Scott Desjardins.

Avec le temps, la Pointe du Hoc a pris un caractère sacré. Chaque année, plus de 500 000 visiteurs arpentent les trous d'obus. Le piétinement ne faisait qu'accélérer l'érosion. L'American Battle Monuments Commission qui gère le site a aussi effectué des travaux afin de canaliser le public. Des passerelles permettent aux visiteurs de découvrir les lieux sans endommager le sol.

La partie historique de la falaise semble donc hors de danger dans l'immédiat. "Mais de chaque côté, il y a régulièrement dans éboulements. On ne sait pas ce qui restera ici d'ici cent ans", reconnaît Scott Desjardins. L'éperon qui s'avance dans la mer n'a en revanche fait l'objet d'aucune consolidation. Le flan Est s'est effondré en ce mois de mai 2022. Il ne reste qu'une dent pointue. À marée haute, elle est cernée par les flots.

La petite pointe rocheuse, on sait que d'ici deux à trois ans, elle sera partie. Malheureusement, elle sera emportée par la mer.

Scott Desjardins, conservateur de l'American Battle Monuments Commission

"Quand j'emmène des visiteurs sur place, je rappelle qu'en 1944 l'éperon rocheux n'existait pas. La pointe ne formait qu'un seul bloc", explique Marc Laurenceau qui anime le site D-day Overlord. ". Peut-être que l'éperon de la Pointe du Hoc ne résistera même pas aux pluies de l'automne prochain. Il faut bien se rendre à l'évidence, aujourd'hui, les vestiges de la bataille de Normandie sont condamnés. "