Météo. Vague de chaleur en Normandie : jusqu'à 27 °C prévus dans l’Orne, l’Eure et le Calvados

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olfa Ayed

La France connaîtra sa première vague de chaleur de l’année la semaine prochaine avec un pic les 12 et 13 mai. Jusqu’à 27°C vont être atteints en Normandie. La semaine du 16 mai sera plus chaude encore.

Les gros pulls vont pouvoir rester au placard pour un moment. La Chaîne Météo vient d’annoncer la première vague de chaleur en France dès lundi 9 mai 2022. Pour Régis Crépet, météorologue, cette vague de chaleur n’est pas particulièrement intense ou précoce pour la saison. "L’année dernière, il avait fait chaud plus tôt. Les premiers 25°C (qui correspond au seuil de chaleur) avaient été atteints dès la fin mars à Paris, alors que cette année, cela ne s’est pas encore produit. De plus, en France, le mois de mai est caractérisé par l’apparition des premières vagues de chaleur de la saison", explique-t-il sur la Chaîne Météo.

Les mois de mai 2011, 2017 et 2020 avaient été particulièrement chauds, avec des températures atteignant les 30°C à Paris et 35°C dans le sud. Nous n’atteindrons pas ces valeurs la semaine prochaine, mais cela va contraster nettement avec ce printemps qui n’a pas connu de journées chaudes généralisées.

Régis Crépet, météorologue

La Chaîne Météo

En Normandie le coup de chaud se fera surtout ressentir le jeudi 12 et le vendredi 13 mai avec des températures qui atteindront les 27°C dans le Calvados, l’Orne et l’Eure. Globalement, le temps sera sec et plutôt ensoleillé avec quelques petites averses et des températures autour de 22 et 23°C, détaille Marie-Caroline Isvelin, en charge des prévisions météo à France 3 Normandie. Le week-end du 14 et  15 mai les températures atteindront les 24 et 25 degrés dans l’Orne et l’Eure.

La semaine suivante, celle du 16 mai, toujours ensoleillée et sèche avec quelques petites averses à l’ouest de l’Orne, sera plus chaude encore. Les 27°C seront atteints dans l’Eure et dans l’Orne.

Vague de chaleur : un risque de sécheresse ?

Alors qu’en France le niveau des nappes phréatiques est bas dans de nombreuses régions et considéré comme "modérément bas" en Basse-Normandie en avril 2022, par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), cette vague de chaleur peut contribuer à assécher les sols plus rapidement, indique le météorologue : "Tant que les températures restaient tempérées, l’évaporation de la végétation restait modérée, mais avec l’arrivée de la chaleur, l’évapotranspiration sera accentuée et les sols sécheront d’autant plus rapidement, ce qui aggravera rapidement la situation. On peut donc raisonnablement être préoccupé par cette situation alors que l’été n’a même pas commencé."