Fermeture de l'A13 : trajets rallongés, plus coûteux... la galère des transporteurs routiers

Depuis le 18 avril, une partie de l'A13 est coupée, juste avant Paris, au niveau de Saint Cloud. Des fissures sont apparues et des travaux doivent être entrepris. Une réouverture avait été annoncée début mai, finalement elle est reportée au 11 mai, au mieux. Du côté des transporteurs routiers normands, c'est la galère : les temps de trajet sont rallongés, et coûtent plus cher.

L’activité semble normale pour une fin de semaine chez ce transporteur normand. Les clients commandent comme d’habitude des livraisons sur la région parisienne. Elles représentent la moitié des trajets effectués par les chauffeurs. Mais pour eux, la donne a changé depuis deux semaines.

"Tu contournes, mais tu perds du temps quand même, il y a plus de bouchons", constate un chauffeur routier.

Depuis l’apparition de fissures à Saint Cloud, une partie de l’autoroute A13 est fermée. Pour arriver à Paris, les camions doivent faire un détour par l’A14 au Nord ou par l’A86 au Sud. 

Le temps de route et les kilomètres sont supérieurs. Plus de kilomètres, c'est plus de consommation de carburant et plus d'heures de travail pour le conducteur.

Jean-Philippe Brehier, exploitant d'une société de transports

 

Réouverture progressive à partir du 11 mai

La portion de l'A13 - autoroute gratuite - située entre le boulevard périphérique parisien et l'A86 est fermée depuis le 18 avril pour des raisons de sécurité à la suite de "mouvements de terrain"

La situation est d’autant plus pesante que le retour à la normale est incertain. La fin des travaux, annoncée pour début mai, a été reportée pour l’heure au 11 mai. Et la réouverture de l’A13 se ferait dans un premier temps uniquement pour les voitures et dans le sens Province-Paris. 

"Nous ce qu'on souhaite, c'est qu'on prenne aussi en considération les difficultés et l'impact pour le transport routier, et qu'il y ait une aide qui soit mise en place", lance Stéphane Cauchy, secrétaire général Organisation des Transports Routiers Européens (OTRE) Normandie et Pays de Loire.

"Sous quelle forme ? je les laisse nous faire des propositions, mais par exemple pourquoi pas la gratuité du péage sur l'A14 ? ça pourrait être une solution".

D’autres plaident pour la mise en place de contournements différents pour les véhicules légers et les poids lourds. Cela permettrait au moins de fluidifier la circulation, le temps de terminer les travaux sur l’A13.

Prise en charge de 50% du péage de l'A14... sous certaines conditions

L'État va prendre en charge 50% du prix du péage de l'autoroute A14 pour les covoitureurs pendant la fermeture d'un tronçon de l'A13 près de Paris, a annoncé le ministre des Transports, Patrice Vergriete. La mesure s'appliquera à partir de deux personnes dans un véhicule et "jusqu'à la date de remise en service de l'A13", a dit le ministre.

En attendant, l'A14 - autoroute à péage - fait office de trajet alternatif pour certains automobilistes, mais le tarif normal est de 10,60 euros (6,40 euros de 10H00 à 16H00 et de 21H00 à 06H00 en semaine).
En outre, trois plateformes de covoiturage (BlaBlaCar, Karos et Ynstant) "se sont engagées à faire des offres promotionnelles, jusqu'à la gratuité", a ajouté Patrice Vergriete.
"On voulait vraiment encourager le covoiturage parce que c'est une solution au problème d'aujourd'hui", a-t-il fait valoir.

La gratuité de l'A14 - exploitée par SAPN, filiale du groupe Sanef - a en revanche été écartée parce qu'"on avait le sentiment que la gratuité allait accroître la difficulté", risquant de susciter "une demande complémentaire".

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité