Football : les arbitres de Normandie craquent devant la montée de la violence sur les terrains

Photo d'illustration- Archive, Coupe Gamberdella 2013 Dijon PSG / © PHOTOPQR/LE BIEN PUBLIC/MAXPPP
Photo d'illustration- Archive, Coupe Gamberdella 2013 Dijon PSG / © PHOTOPQR/LE BIEN PUBLIC/MAXPPP

C'est quoi cette dérive sur les terrains Normands? Deux agressions d'arbitres la semaine dernière à Bolbec et dans l'Eure ont mis le feu aux poudres. Et dans le Calvados, c'est un joueur qui a frappé sans se poser de question. Les arbitres de Normandie menacent de faire grève. 

Par Alexandra Huctin

Pas question de stigmatiser un club en donnant des noms, ni d'envenimer les choses. Alors Bertrand Voisin, le président du district Calvados restera discret, mais il ne décolère pas. "J'ai des arbitres qui ne veulent plus y aller. Il a fallu discuter avec eux pour leur redonner confiance. En contre-partie, nous leur avons promis de ne pas en rester là."

En 3 semaines, on note trois agressions physiques et deux verbales dans le Calvados, au niveau district. Les agressions physiques se déroulent même sur le terrain. Un joueur a frappé un arbitre. Certes, il a été sanctionné pour ça. Mais ça ne suffit plus. Il faut que les Présidents de Club prennent également leur responsabilité. (Bertrand Voisin- Président du district Calvados) 


Les clubs où se déroulent de telles dérives se reconnaîtront certainement. Ne connaissant pas leur identité, nous n'avons pas pu les contacter.
Le joueur qui a été violent avec l'arbitre a écoppé de deux ans d'interdiction de terrain, en championnat départemental. 

Des évenements malheureux qui se déroulent chez les Séniors, mais aussi dans les championnats de U15 à U18.

Les arbitres qui sont devant eux, ont souvent leur âge. "En U15, on essaie de mettre des arbitres un peu plus âgés. Ils ont parfois 16 ou 17 ans."

Un âge où l'autorité n'est pas une évidence. Alors quand des parents ou spectateurs (des adultes), les insultent pendant 90 minutes , "C'est insoutenable. Ils sont au bord du craquage. Nous avons le devoir de les protéger. Certains penseront qu'il n'y a rien de nouveau, mais ça ne peut plus durer impunément." 

La loi du jeu doit l'emporter sur ces comportements violents.

Aussi, bientôt, une table ronde avec les présidents de club permettra peut-être de calmer les esprits.
 

Des sanctions nouvelles : la perte de points pour l'équipe


Le président du District du Calvados ne souhaite pas pénaliser financièrement des clubs souvent aux abois. "Un carton rouge coûte déjà au club une amende de 75 euros. On ne peut pas vraiment aller au-délà."
Il pense plutôt remettre au gôut du jour ce qui s'est fait à une autre époque : pénaliser les équipes avec la perte de points et donc une descente au classement. Une risposte qui fera peut-être plus réagir le collectif. 

Un arbitre frappé à la tête 


Le summum a été atteint le 30 novembre dernier, dans le championnat de Régional 1 Entreprise. Un attaquant s'est lâché de manière intolérable sur l'arbitre comme le racontent nos confrères de Paris-Normandie : 

"Alors qu’il venait d’écoper d’un carton rouge pour insultes à la 93e minute, il a alors agressé l’arbitre assistant et officiel du club eurois de deux coups de pied (dont un sur la tête). Ce dernier a passé une partie de la soirée au CHU de Rouen et a décidé de porter plainte."


La Ligue Normandie a immédiatement réagi pour mettre un terme à ces dérives qui s'accumulent au fil des week-ends. Dans cette affaire, elle se portera d'ailleurs partie-civile.
 

Nous venons d’observer une nouvelle agression sur arbitre officiel de Ligue lors de la 10ème journée de championnat Régional 2. Il s’agit de la 2ème agression sur des arbitres officiels en moins d’une semaine après l’agression le week-end dernier d’un arbitre en R1 foot-entreprise.Pierre Leresteux, Président de la Ligue de Normandie ainsi que le Comité de Direction condamnent fermement cette agression comme tout autre acte de violence et apportent un soutien sans faille à l’arbitre agressé ce dimanche.


 
 

Un texte sera lu dans les vestiaires ce week-end 


Pierre Leresteux, le président de la Ligue Normandie a pris sa plume pour écrire quelques lignes que chaque coach- éducateur est chargé de lire dans les vestiaires avant le début du match :


"Les faits perpétrés le week-end dernier, à l’encontre d’un arbitre officiel lors d’une compétition régionale, sont d’une extrême gravité.
Non. Le football ne saurait être un exutoire. Même s’il cristallise les passions, il ne peut dépasser la raison.
L’enjeu et la valeur démesurée accordés aux résultats ne doivent pas TUER LE JEU.
Et l’arbitre, qui accomplit une mission de service public, ne saurait être la CIBLE privilégiée des auteurs d’invectives, de menaces et de coups.
Ceux portés à l’encontre d’un acteur du football régional doivent être condamnés UNANIMEMENT et avec la plus grande fermeté.


C’est pourquoi :
Nous, joueurs, éducateurs, dirigeants, pratiquants amateurs ou simples bénévoles, arbitres et membres élus des instances dénonçons sans réserve ce qui constitue non seulement une fléau pour notre discipline LE FOOTBALL mais également une menace pour une société régie par des Lois et des règles.

RESPECTONS LES VALEURS DE NOTRE SPORT AVANT D’ETRE DEFINITIVEMENT HORS JEU."
 

Le terrain est une zone réservée au jeu et non à la violence. Il ne peut y avoir de place et d’indulgence pour ce type de comportement dans le sport. Le Comité de Direction de la Ligue de Normandie invite une fois encore, tous les acteurs de notre discipline, à faire preuve de « fair-play », de sérénité, de respect, d’éthique et de morale sportive, indispensables au déroulement plus apaisé de nos compétitions. (Ligue Normandie)
 

Des mots pour calmer les esprits avant la trève de Noël. Ce week-end beaucoup de matches sont d'ores et déjà reportés mais pour des raisons extérieures : la pluie des derniers jours a bien engorgé les terrains.

Si dans une rencontre l'arbitre se déclare gréviste, des "arbitres amateurs" pourront être désignés. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus