Avec le frelon asiatique, “il y a des overdoses de venin”

Un frelon asiatique attrapé le 25 avril 2016. / © PHOTOPQR/PRESSE OCEAN/MAXPPP
Un frelon asiatique attrapé le 25 avril 2016. / © PHOTOPQR/PRESSE OCEAN/MAXPPP

Trois personnes sont décédées suite à des piqûres de frelons asiatiques en Normandie depuis le début de l'été. Invasif, cet insecte se multiplie depuis quelques années. Un phénomène qui s'est encore accentué cet été. Mais pourquoi fait-il tant de victimes ?

Par Camille Belsoeur

Deux hommes piqués à Esson dans le Calvados le 18 septembre, l'un hospitalisé en urgence, l'autre décédé : la dangerosité du frelon asiatique a encore été démontrée. C'est le troisième décès provoqué par cet insecte en Normandie depuis le début de l'été. 

Arrivé sur le sol français en 2004, le frelon asiatique s'est très vite étendu à l'ensemble du territoire métropolitain. En Normandie, le nombre de nids a explosé en 2018. "Un nid qu'on ne détruit pas donne quatre nids l'année suivante. Dans la Manche, on était à un taux de multiplication de 1,67 l'an dernier. Cela montre que si l'on ne faisait rien, cela serait bien pire", témoigne Antoine Métayer, président de la Fédération départementale de défense contre les organismes nuisibles de la Manche.
 

 

Un venin pas plus toxique que celui d'une guêpe

Mais qu'est-ce qui rend le frelon si dangereux pour l'être humain ? "Son venin n'est pas plus toxique que celui de la guêpe ou de l'abeille, mais il est plus douloureux. Une personne non-allergique peut succomber avec une centaine de piqûres", explique Quentin Rome, entomologiste et spécialiste du frelon au Musée national d'histoire naturelle.

Contrairement à une croyance répandue, "le frelon asiatique n'éjecte pas de venin dans les yeux de sa victime. Par contre, comme pour les autres insectes de cette famille, si son dard pique un objet dur, du venin peut être projeté autour. C'est pour cela qu'on conseille aux personnes qui portent des combinaisons conçues pour résister au dard du frelon asiatique, de mettre un grillage plus mou pour protéger leur visage et éviter de recevoir du venin dans les yeux", poursuit Quentin Rome. 

Autre idée reçue, le frelon asiatique n'est pas un agresseur né.

"Plus une colonie est importante et plus un homme qui s'y attaque peut-être attaqué massivement. Ce qui se passe, c'est qu'un mouvement de panique va avoir lieu dans la colonie et les insectes sortent en masse. Une ruche d'abeilles domestiques compte jusqu'à 60.000 insectes, contre 3.000 pour un nid de frelons. Il y a donc un fort risque d'être piqué par plus d'abeilles que de frelons. Surtout que le frelon asiatique est assez prudent. Il va d'abord voler de manière bruyante et stationnaire devant le nid et autour de l'intrus pour l'effrayer, avant d'attaquer dans un second temps", note Quentin Rome. 

Le frelon se plaît en ville

Il y a pourtant un facteur qui augmente le risque d'être attaqué de manière massive par le frelon asiatique. "Contrairement aux guêpes qui ont peu à peu disparu de nos villes, le frelon asiatique s'installe lui partout en espace urbain et péri-urbain, notamment dans des haies. En taillant leurs plantes, des gens vont couper un nid en deux et être attaqués très vite", dit Quentin Rome.  

Entomologiste indépendant basé en Seine-Maritime, Nicolas Moulin n'a pu que constater ce cas de figure. "La plupart du temps, les gens meurent par overdose de venin. Avec tout ce qui circule dans les médias, les gens prennent aussi peur et lorsqu'ils voient un nid, ils tentent de le détruire eux-mêmes. C'est là qu'ils se font attaquer".
 

N'approchez pas du nid

Le frelon asiatique étant diurne, les nids devront être détruits à la tombée de la nuit ou au lever du jour. Si vous voyez un nid dans votre jardin ou à proximité d'un lieu d'habitation, ne vous approchez pas à moins de cinq mètres et contactez votre mairie qui s'occupera d'envoyer une équipe chargée de détruire la colonie. La destruction des nids au cours de la journée (notamment à l’aide d’une lance à eau ou d’un fusil) fait augmenter considérablement les risques d’accident. En cas de piqûre, une personne qui développe une allergie doit se rendre en urgence dans un cabinet médical ou à l'hôpital pour recevoir un traitement adéquat. 
 
 

 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus