Huit ans après la fermeture de l'entreprise Lainé peinture, les salariés gagnent aux Prudhommes

Publié le
Écrit par Boris Letondeur .

En 2014, la mobilisation des salariés de l'entreprise caennaise Lainé peinture avait défrayé la chronique. Durant trois mois, ils avaient occupé les locaux de la société après sa mise en liquidation judiciaire. Huit ans plus tard, le tribunal des Prud'hommes vient de leur donner raison.

Des étrennes inattendues et inespérées. Un peu plus de huit ans après la liquidation judiciaire de l'entreprise Lainé peinture, présente à Cormelles-Le-Royal et Lisieux, le tribunal des Prud'hommes vient de reconnaitre la mauvaise gestion de son ancien PDG, Xavier Lainé. En conséquence, 1 340 100 € devront être versés à une cinquantaine de salariés sur les 90 licenciés à l'époque, et même un temps complètement laissés sur le carreaux. 

Devant le manque d'actif de la société, lorsque la liquidation avait été prononcée, ils n'avaient eu droit à rien, pas même à un plan social pour l'emploi (PSE). Afin de dénoncer cette situation "inacceptable", ils avaient occupé les locaux de l'entreprise durant plus de 90 jours, y passant Noël et la nuit de la Saint Sylvestre, espérant une issue "à la Jeannette" - après avoir occupé leur ancienne usine de madeleines pendant près d'un an, les salariées avaient fini par obtenir le rachat de l'entreprise et la reprise de l'activité -. 

La mauvaise gestion de Xavier Lainé épinglée

A l'époque, la mobilisation des salariés de Lainé peinture leur avait permis d'obtenir des licenciements pour tous avec solde de tout compte, la préservation du matériel de l'entreprise (qu'ils craignaient voir déménagé dans une autre entreprise appartenant à leur ancien patron) et l'ouverture d'une enquête judiciaire visant l'ancien gérant de Lainé peinture. Huit ans après, la décision est enfin tombée. 



Ce mercredi 11 janvier, le tribunal des Prud'hommes de Caen a reçu l'action des salariés de l'entreprise Xavier Lainé SA, et l'a déclarée fondée. Il a ordonné au liquidateur le versement de dommages et intérêt pour 56 salariés, de 6 800 € à 69 000 € selon l'ancienneté. Sept autres ont été déboutés. 

Il y avait toute une enquête pour établir la mauvaise gestion de l'entreprise. Le temps judiciaire est long mais l'importait est qu'on a gagné. Lainé a été jugé responsable de ses défauts de gestion. Je suis très heureux pour tous, c'est une belle récompense par rapport aux années de lutte. Ca nous redonne espoir en la justice française. 

Alvin Bacon, porte parole des ex-salariés de Lainé peinture

Au moment de recevoir la décision de justice, Alvin Bacon avait une pensée pour Pascal Léon et Michel Noël, deux "ex-Lainé" décédés depuis la fermeture de l'entreprise. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité