Jubilé de la reine Elisabeth II : retour sur ses visites en Normandie

Publié le
Écrit par Olfa Ayed avec Erwan de Miniac et AFP

Les 70 ans de règne d’Elisabeth II sont célébrés pendant 4 jours au Royaume-Uni dans le cadre du jubilé de platine. À cette occasion, retour sur ses visites en Normandie dont la dernière, en 2014, est aussi sa dernière venue en France.

Les festivités autour du jubilé de platine de la reine d'Angleterre ont démarré ce jeudi 2 juin 2022 au Royaume-Uni, pour quatre jours. Les Anglais célèbrent une longévité sans précédent pour la couronne britannique. Cela fait 70 ans qu’Elisabeth II a été sacrée reine, le 6 février 1952, à la mort de son père, le roi Georges VI. Elle avait alors 25 ans.

Si la reine est célébrée chez elle, le jubilé a également un retentissement en France, notamment en Normandie où les liens sont particulièrement forts entre ces deux territoires. Arrière-petite-fille de Guillaume le Conquérant à la 25e génération, elle est en tant que duchesse de Normandie, la souveraine des îles anglo-normandes. Elle les visita d’ailleurs en 1978. Les écoliers de Jerseys lui avait alors entonné "J’irai revoir ma Normandie".

Le débarquement en Normandie des alliés durant la guerre renforce le lien de la reine avec la région. À l’occasion de l’hommage rendu à la reine durant ces quatre jours de jubilé, retour sur ses nombreuses venues en territoire normand.

Les visites officielles pour la mémoire

Elle est la dernière visite royale d’Elisabeth II en France : celle des 70 ans du débarquement en Normandie, sur la plage d’Ouistreham, le 6 juin 2014. À l’époque, Barack Obama, Vladimir Poutine, François Hollande étaient présents. Elle était alors la seule cheffe d’Etat à avoir connu la guerre.

Bien avant encore, en 1984, elle participe aux commémorations avec Ronald Reagan et François Mitterrand à Utah Beach et à Arromanches aux côtés des vétérans britanniques. En 1994 elle est à Omaha Beach où elle se recueille aux côtés de Bill Clinton et en 2004 elle retourne à Arromanches avec Jacques Chirac, Georges Bush et Vladimir Poutine.

Autre visite pour la mémoire. En 1972, elle se rend à Rouen et traverse la ville jusqu’à la Place du Vieux-Marché pour un hommage à Jeanne d’Arc et visite le cimetière britannique de Saint-Sever. L’un des plus grands de la Guerre 1914-1918.

Les visites privées de la reine

Pour la reine d’Angleterre, la Normandie recèle aussi un trésor : les chevaux , son intime passion. En 1967, elle fait une visite privée des Haras normands. Pendant trois jours elle prend ses quartiers dans le château de Sassy, entre Argentan et Alençon. Elle sillonne la campagne ornaise et visite notamment le Haras du Pin. Vingt ans plus tard en 1987, la passionnée d’équitation et d’élevage revient aux côtés des purs sang. Elle répond à l’invitation de l’entraîneur Alec Head, propriétaire du Haras du Quesnay.

Un lien fort, historique et affectif avec la Normandie. Et les Normands lui rendent bien. Au mémorial britannique de Ver-sur-Mer, dans le Calvados, une allée d’arbres va être offerte : 70 arbres locaux, pour les 70 ans de règne de la reine y seront plantés à l’automne prochain. "A travers la reine, c’est aussi aux Britanniques, qui ont combattu pour la libération de la France pendant la seconde guerre mondiale, que nous rendons hommage", explique le communiqué officiel.

Du côté du Royaume-Uni, la reine reste très aimée de ses sujets avec 75% d'opinions favorables selon l'institut YouGov. Mais son héritier Charles est bien moins apprécié (50%). Seuls 39% des Britanniques pensent que l'institution existera encore dans 100 ans.