Lisieux. " Il y avait déjà eu des alertes la nuit" : la femme du principal retrouvé mort dans son collège est en colère

"Ce n'était pas la première fois que Stéphane se déplaçait la nuit pour des alarmes dans le collège". Son mari, Stéphane Vitel, principal du collège Pierre-Simon de Laplace à Lisieux, a été retrouvé mort dans son établissement, tôt ce vendredi 11 août 2023. L'alarme intrusion s'était une nouvelle fois déclenchée.

L'alarme intrusion s'était déclenchée, alors que toute la famille venait de prendre le chemin des vacances. Jeanne Mailhos Vitel a tout fait pour tenter de sauver son mari, en vain. Jeanne Mailhos Vitel parle à coeur ouvert, se remémore cette tragique matinée du vendredi 11 août 2023, quand elle monte dans la voiture avec son mari et ses deux enfants, pour partir en vacances. "On est parti vers 6 h 15 et comme Stéphane avait reçu une alarme intrusion sur son portable, on a fait un détour par le collège. On s'est garé, il y avait de la lumière à l'étage. Mon mari est parti voir ce qui se passait et ne revenant pas, j'ai essayé de l'appeler et de lui envoyer un texto. Il n'a pas répondu et ma fille l'a trouvé par terretémoigne auprès de France télévisions la femme du principal. 

>>>>Qui était Stéphane Vitel, le principal du collège ?

Il y avait déjà eu des alertes la nuit

Selon Jeanne Mailhos Vitel, ce n'était pas la première fois que son mari se déplaçait pour une alarme intrusion. "On s'est déjà déplacé au milieu de la nuit dans le collège, le plus souvent pour des chauves-souris. Quand il était en poste à Livarot, c'était la même chose". 

Je suis en colère contre ces alarmes du système départemental qui sont reliées au téléphone du principal, du principal adjoint et du concierge.

Jeanne Mailhos Vitel

"On en avait souvent parlé avec Stéphane de ces déplacements la nuit à cause des alarmes, mais il était tellement dévoué, consciencieux" ajoute avec émotion Jeanne Mailhos Vitel. 

>>> ce que l'on sait de l'enquête 

De son côté, le syndicat des personnels de direction de l'Éducation nationale demande, sur France Info, la mise en place de télésurveillance dans les établissements, pour que ce soient des "sociétés spécialisées avec des professionnels qui se rendent sur place" en cas de déclenchement d'une alarme.