"Ça fait trois mois que je dors dans la forêt" : traitements inhumains pour les migrants de Ouistreham

durée de la vidéo : 00h04mn22s
À Ouistreham, plus de 200 soudanais vivent au bord de l'eau, dans un campement de fortune. ©Un reportage de Anaïs Guérard et Carole Lefrançois, montage de Jeoffrey Ledoyen - France 3 Normandie

Alors que le projet de loi sur l'immigration est débattu en commission mixte paritaire, les migrants de Ouistreham rêvent d'une vie meilleure, les yeux tournés vers l'Angleterre. Reportage à l'occasion de la journée internationale des migrants.

À Ouistreham, plus de 200 Soudanais vivent au bord de l'eau, dans un campement de fortune. Tous sont des hommes originaires du Darfour et demandeurs d’asile. Leurs tentes sont leur unique abri face aux intempéries.

"Ça fait trois mois que je dors dans la forêt sous une tente, il pleut et il fait froid", raconte l'un d'entre eux. Un autre explique qu'il ne mange pas toujours à sa fin. Le Conseil d’État estime que ces exilés sont exposés à des "traitements inhumains et dégradants". 

Des conditions qui font débat

Pendant longtemps, une cabine mobile était la seule douche sur le campement. En juin 2023, plusieurs associations ont obtenu, d’un juge, une reconnaissance de la violation des droits liés à l’eau.

"On essaie de ne pas appeler ça une victoire parce que ça reste quand même très limité, mais c’est quelque chose qui permet effectivement d’avoir des conditions d’hygiène qui sont un peu plus décentes", explique Johanes Si Mohand, président de l'association Vents contraires.

La mairie, contrainte d'agir, a installé des préfabriqués avec WC, douches et un point d’eau. Actuellement deux des WC installés sont condamnés et deux douches n’ont toujours pas d’eau chaude. Cette installation de fortune permet aux migrants de prendre une douche seulement deux fois par semaine. Et certains préfèrent se laver dans le canal ou au robinet.

Une mairie peu favorable

La mairie a installé ces préfabriqués, suite à l'ordonnance du tribunal administratif, mais ne compte faire aucun effort supplémentaire. Le maire Romain Bail a d'ailleurs rappelé, lors du conseil municipal du 18 septembre 2023, que "la Ville a été condamnée par le Conseil d’État à respecter une ordonnance de tribunal administratif. En tant que maire et représentant de l’état, je ne peux pas faire autrement que de demander des crédits sur le quai Charcot".

Ce sont des personnes qui sont rentrées de manière clandestine dans notre pays et qui nous imposent, par la loi de notre pays, la manière dont notre pays doit fonctionner.

Romain Bail, maire de Ouistreham, lors du conseil municipal du 18 septembre 2023

Lors de la tempête en novembre, la mise à l’abri s’est faite sous ordre de la préfecture au sein de la ville de Caen.

Romain Bail tient des discours absolument xénophobes, que ce soit en conseil municipal, mais aussi auprès des médias locaux et nationaux. Moi ça me rend un peu triste et surtout très en colère.

Johanes Si Mohand, président de l'association Vents contraires

La guerre au Soudan

Depuis le mois d'avril, la guerre entre deux généraux rivaux fait rage au Soudan et provoque un exil massif. À l’approche de l’hiver, le nombre de personnes sur le campement ne cesse d’augmenter. 

La mairie de Ouistreham a réalisé des devis pour des travaux sur les installations existantes, avant la fin de l’année. De leurs côtés, les associations continuent de lutter pour que ces installations soient dimensionnées pour accueillir 250 personnes.