Un reconfinement jeudi ? Le maire de Cabourg déclare s’être "mal exprimé" et "s’excuse" auprès du préfet du Calvados

Lundi 25 janvier, en conseil municipal, le maire de Cabourg a indiqué qu’un reconfinement dès jeudi serait prévu, après un entretien téléphonique avec le préfet du Calvados. Ce dernier a démenti avoir eu cette conversation. Ce matin, Tristan Duval revient sur ses propos. 

Tristan Duval, maire de Cabourg.
Tristan Duval, maire de Cabourg. © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

"Monsieur le maire, Tristan Duval, s’excuse auprès du préfet pour s’être mal exprimé lors du Conseil Municipal et l’avoir inutilement impliqué. Il ne s’agissait que de rumeurs en cours qu’il pensait off record. La ville reste mobilisée", a twitté ce mardi 26 janvier, la ville de Cabourg (Calvados).

Ces excuses interviennent car la veille au soir, en ouverture du conseil municipal, Tristan Duval avait déclaré que, lors d’un entretien téléphonique, le préfet du département lui avait annoncé un "reconfinement", comme on peut le voir sur la vidéo de la réunion publiée sur la page facebook de la ville de Cabourg à 11 minutes 50 secondes.

En off, la presse n’est pas là. J’étais au téléphone avec le préfet qui malheureusement nous annonce un reconfinement (…)  annoncé mercredi soir à partir de jeudi sauf les écoles et tout ferme comme en mars. (…) Attendez que ce soit officiel… Les écoles c’est une histoire de 15 jours comme il y a les vacances scolaires et après, en revanche, il y aurait 15 jours de vacances en plus. (…) Apparemment on a dépassé les 30 000 cas.

Tristan Duval, Maire de Cabourg

Démenti du préfet du Calvados

Quelques heures plus tard, après que les propos du maire de Cabourg aient tourné sur Twitter, le préfet a publié un démenti sur le réseau social, indiquant "ne pas avoir eu de conversation ce jour avec le maire de Cabourg sur l’hypothèse d’un reconfinement."

Joint par France 3 Normandie, le maire de Cabourg ne souhaite plus s’exprimer sur le sujet et confirme ses propos publiés chez nos confrères de France Bleu Normandie.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société politique