Hôpital de Dieppe : 148 agents contaminés depuis le 1er janvier par le Covid, et 137 patients pris en charge

Le cluster à l'hôpital de Dieppe est inquiétant mais maitrisé . En une semaine le nombre de soignants infectés a doublé, obligeant l'ARS a sollicité toutes les bonnes volontés de la région pour pallier aux arrêts maladie. Au delà de l'hôpital, c'est toute la côte d'Albâtre qui est touchée.

Situation inquiétante à Dieppe, où plusieurs clusters ont été identifiés à l'hôpital
Situation inquiétante à Dieppe, où plusieurs clusters ont été identifiés à l'hôpital © J. Rousseau, Ftv

Une cellule de crise était organisée ce vendredi matin 22 janvier à l'hôpital de Dieppe pour tenter de comprendre et d'endiguer l'épidémie de Covid-19 au sein du Centre hospitalier. 

La situation est d'autant plus préoccupante, que le virus s'est infiltré dans les services de gériatrie, de médecine et de soins de suite et de réadaptation. On compte aujourd'hui dans l'hôpital de Dieppe 137 patients pris en charge pour le Covid et 148 agents contaminés. La médecine du travail de l'hôpital estime que la moitié des contaminations de soignants se fait en dehors de l'établissement de santé.

Les chiffres sont impressionnants mais il convient de les rapporter à la situation sanitaire de la région. Car c'est toute la côte d'Albâtre, de Saint Valéry en Caux au Tréport qui est touchée par cette vague de contamination. A Dieppe, on note un taux d'incidence de 356 pour 100 000 habitants, et un taux de positivité de 15 à 18 %. Pour les Villes Soeurs et la vallée de la Bresle, le taux d'incidence monte à 480 pour 100 000 habitants.

S'agit-il à Dieppe de la souche anglaise tant redoutée -la ville est reliée à l'Angleterre- ou des conséquences d'un relâchement entre les fêtes ? Des analyses sont actuellement en cours pour connaître la nature du virus incriminé. Quatre prélèvements sur les huit confiés au CHU de Rouen et au Centre National de Référence sont pour l'heure revenus négatifs au variant anglais.

Plan de mobilisation renforcé

Pour tenter de maîtriser les clusters au sein de sa structure dieppoise, le Groupement Hospitalier Caux Maritime a enclenché son plan de mobilisation territoriale. Ce qui entraine : 

-la création d'une unité de médecine de 26 lits pour permettre l'accueil des patients non covid en toute sécurité

-le renforcement des tests pour tous les patients (notamment ceux reçus aux Urgences) et les soignants, à intervalle régulier, et dans les unitées impactées.

-la déprogrammation de 30% de l'activité de chirurgie pour les patients non urgents, mais le maintien d'une activité de chirurgie programmée avec 4 salles de bloc opératoires opérationnelles. Ce qui permet la prise en charge de 100 personnes par semaine.

-le regroupement des lits de chirurgie

L'appel de l'ARS aux soignants

Une centaine d'agents hospitaliers dieppois -106- se retrouvent ainsi en arrêt maladie, bouleversant directement le bon fonctionnement de l'hôpital. Outre le nécessaire redéploiement des agents entre les différents établissemnts gérés par le Groupement Hospitalier Caux Maritime, l'Agence Régionale de Santé a donc lancé un appel à toutes les bonnes volontés pour soutenir le centre hospitalier de Dieppe. "Professionnels de santé, en activité ou retraité, les établissements sanitaires et médico-sociaux ont toujours besoin de vous !" peut-on lire sur le site de l'ARS. Les professionnels des structures de santé publiques ou privées de la Région, ainsi que les professionnels du secteur libéral sont sollicités. Pôle Emploi cherche également parmi ses demandeurs, du personnel qualifié en renfort. A noter que 5 agents de services hospitaliers -ASH- ont d'ores et déjà été recrutés pour renforcer le bionettoyage sur l'établissement, 4 agents retraités ont proposé leur aide ainsi que deux professionnels du Centre Hospitalier de Fécamp.

Si la situation semble maîtrisée au sein de la structure hospitalière, le pic de cette troisième vague épidémique dans la région dieppoise ne semble toujours pas atteint.

Enfin, le centre Hospitalier de Dieppe a sollicité l'ARS et le CPias -Centre d'appui pour la Prévention des infections associées aux soins- pour expertiser l'établissement à partir du lundi 25 janvier 2021.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus/covid-19