Après vingt mois à Matignon, Elisabeth Borne a donné sa démission à Emmanuel Macron qui l'a acceptée. Va-t-elle désormais siéger à l'Assemblée nationale en tant que députée de la 6ème circonscription du Calvados ?

Après le long suspense de ces dernières semaines et plus d'une heure en tête à tête avec Emmanuel Macron à l'Elysée, c'est sur X (ex-Twitter) que le président de la République a annoncé la démission d'Elisabeth Borne de son gouvernement. Elle quitte donc Matignon ce lundi 8 janvier 2023.

Elisabeth Borne quitte Matignon

Ces derniers jours, les deux noms qui revenaient sans cesse pour le poste de Premier ministre, lors de ce remaniement tant attendu, étaient ceux de Sébastien Lecornu et Julien Denormandie. Mais ce pourrait être finalement avec Gabriel Attal qu'Emmanuel Macron poursuivra son second quinquennat. Réponse dans les minutes qui viennent.

C'est dans un contexte difficile que la sexagénaire quitte le gouvernement. Sa majorité fracturée avec le fameux vote du projet de loi sur l'immigration qui a fait longuement débat et créé de nombreuses tensions deux semaines plus tôt. La tâche lui a été confiée par le chef de l'Etat. Un dossier explosif qu'elle reprend au ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, après le vote d'une motion de rejet à son encontre.

Faire adopter cette loi a été une véritable bataille. Le texte est réécrit et largement durci par les sénateurs du parti Les Républicains (LR) avec des thèmes appartenant même parfois à l'extrême droite. Son ancien directeur de cabinet devenu ministre de la Santé démissionne dans la foulée. Elisabeth Borne est vivement critiquée mais bout du compte, elle éprouve un sentiment de "devoir accompli", comme le confiait cette dernière au journal Le Monde, le 20 décembre dernier.

"Madame 49.3"

Décrite comme une femme "dure" et "cash", Elisabeth Borne aura été la première cheffe du gouvernement d’Emmanuel Macron à avoir fait face à une majorité relative. Elle est parvenue à faire voter plus de soixante textes, dont la controversée réforme des retraites, en actionnant pas moins de 23 fois le 49.3, l’article de la Constitution permettant de faire adopter une loi sans vote du Parlement.

À chaque fois, elle s'est confrontée aux huées des députés du Rassemblement national et de la France Insoumise dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale. Des moments durs, selon certains de ses proches collaborateurs.

Députée de la 6ème circonscription du Calvados ?

En juin 2022, Elisabeth Borne se présentait pour la première fois aux élections législatives et est arrivée en tête (52,46%) au second tour dans la 6e circonscription du Calvados devant Noé Gauchard, le candidat de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (47,54 %). Mais l'ex Première ministre ne pouvait cumuler ces deux fonctions.

C’est son suppléant le Virois Freddy Sertin, 43 ans, qui siège jusqu'à présent en tant que député à l’Assemblée nationale. Légalement parlant, en quittant Matignon, Elisabeth Borne devrait siéger au palais Bourbon. Cette dernière s'est rendue à plusieurs reprises dans le secteur pour aller à la rencontre de la population et des acteurs économiques tout en se sentant être, selon elle, une élue proche du territoire.

L'ex-ministre du Travail a des racines normandes et surtout bien ancrées dans le pays d’Auge. Sa mère est née à Livarot (Calvados). Une localité dont son grand-père, Marcel Lescène, fut le maire et le conseiller général.

On peut donc imaginer qu'elle revienne sur les terres normandes prochainement. Autre question, quel point de chute pour Freddy Sertin ? Peut-être un retour à la clinique de Vire-Normandie dont il était le directeur par le passé.

Deuxième femme Première ministre de l'histoire de la Ve République

Elisabeth Borne est la deuxième femme de l’histoire de la Ve République à avoir occupé la fonction de Première ministre. Avec plus de vingt mois (602 jours) à Matignon à son compteur, elle a largement dépassé la durée du passage express d'Edith Cresson rue de Varenne (15 mai 1991 - 2 avril 1992), sous le second septennat de François Mitterrand. 

Reste plus qu'à savoir quelle est la stratégie d'Emmanuel Macron à l'issue des élections européennes de juin ? Des élections pour lesquelles, le Rassemblement national a pris une longueur d'avance, selon un sondage Ipsos et Sopra Steria. Pour Bruno Cautrès, politologue au CEVIPOF et chercheur au CNRS  : "Maintenir Elisabeth Borne en poste aurait permis de gagner du temps pour finalement changer après les JO et les élections européennes. En la remplaçant maintenant, il n'a plus de cartouche pour la suite de son mandat."

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité