• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

La vocation précoce d'Alexandre Benalla : à 15 ans, il assurait la protection des vedettes au festival de Cabourg

Au premier plan, Marion Cotillard sourit aux photographes. Dans son ombre, le jeune Alexandra Benalla. Nous sommes en juin 2007. Il n'a pas 16 ans. / © France 3 Normandie
Au premier plan, Marion Cotillard sourit aux photographes. Dans son ombre, le jeune Alexandra Benalla. Nous sommes en juin 2007. Il n'a pas 16 ans. / © France 3 Normandie

Nos confrères du Pays d'Auge ont raconté cette anecdote qui en dit long sur sa détermination : Alexandre Benalla était encore lycéen quand il a proposé ses services au festival du cinéma romantique. Les archives de France 3 Normandie montrent un jeune homme alors très appliqué à sa tache.

Par Pierre-Marie Puaud

Tout a été dit et écrit sur l'ascension et sur la chute de celui qui, jusqu'à l'été dernier était l'homme de confiance d'Emmanuel Macron. Son enfance à Evreux, ses états de service dans la gendarmerie de l'Eure, sa carrière au sein du service de sécurité du Parti socialiste et son entrée à l'Elysée dans le sillage du nouveau président Emmanuel Macron. 
 
Mais dans son curriculum vitae, deux lignes attirent rétrospectivement l'attention. Elles disent à quel point le jeune Normand fut très tôt fasciné par ces hommes de l'ombre qui protègent les puissants. L'été dernier, nos confrères de l'Obs ont révélé qu'Alexandra Benalla avait effectué son stage de troisième au Service de Protection des Hautes Personnalités. En février 2006, l'adolescent passe trois jours avec ces policiers d'élite qui veillent sur les ministres. Et sur le président. Le dernier jour, il prend la pose dans la cour de l'Elysée. La photo est visible dans un reportage que lui avait consacré nos confrères de BFM.  
 


Moins d'un an plus tard, Alexandre Benalla qui est alors lycéen à Bernay, propose ses services au festival du cinéma de Cabourg. L'année 2007 est un beau millésime. La cité romantique reçoit Marion Cotillard qui triomphe avec La Môme. Guillaume Canet est la vedette masculine du moment. Le reportage diffusé à l'époque dans le journal de France 3 Normandie les montre sur le tapis rouge, acclamés par les admirateurs, et attendus par les photographes. Dans leur sillage, un jeune homme a déjà tous les attributs de la fonction : veste de cuir noir, cravate noire, oreillette. Il semble très concentré. Il fera du chemin.
 




 

Sur le même sujet

Edouard Philippe à Rouen pour lancer "Team France", outil numérique pour aider les entreprises à exporter

Les + Lus