Champignons : les bons conseils pour réussir sa cueillette en Normandie

© Dylan MEIFFRET/PHOTOPQR/NICE MATIN
© Dylan MEIFFRET/PHOTOPQR/NICE MATIN

L’automne est le bon moment pour les sorties en forêt et la cueillette de champignons. La bonne nouvelle, c'est que la Normandie est riche en espaces boisés. Voici un petit guide pour réussir à tous les coups votre sortie.

Par Nicolas Corbard

« Cette année les champignons sont plutôt timides ». C’est le constat dressé par le docteur Jean-Philippe Rioult, maître de Conférences en botanique et mycologie à l’université de Caen. La sécheresse n’a pas favorisé l’émergence des champignons et les pluies de ces dernières semaines n’ont pas été suffisantes.

Daniel Jean, le président des Mycologiades de Bellême, est tout de même confiant : « c’est plus tardif que d’habitude mais les champignons vont arriver ». Lors des Mycologiades, le week-end du 5 au 6 octobre 2019, 371 espèces ont été recensées contre 600 les bonnes années. Jean-Philippe Rioult et Daniel Jean nous ont livré quelques bons conseils pour réussir sa cueillette.

 

 

Où ramasser des champignons ?


Première étape pour en trouver : se rendre dans une forêt où la cueillette de champignons est autorisée. La forêt normande s’étend sur près de 420 000 hectares, soit 14% de la surface totale de la Normandie. C’est dans le département de l’Eure que l’on trouve le plus d’espaces boisés et dans la Manche que l’on en recense le moins.

Le problème c’est que toutes ces forêts ne sont pas ouvertes au public. Les ¾ de la surface boisée régionale appartiennent à des propriétaires privés et donc il est interdit d’y pénétrer (sauf autorisation du propriétaire).

En revanche, la cueillette est tolérée dans certaines forêts communales et dans les forêts domaniales qui sont gérées par l’ONF.


Sur cette carte, les forêts domaniales en Normandie :
 


10 conseils pour réussir sa cueillette

  • Regarder la météo. Le mieux est de se rendre en forêt lors d'une journée ensoleillée et après un épisode pluvieux. Respecter la forêt. Eviter de tasser le sol et laisser quelques champignons pour qu’ils puissent se reproduire.
  • Porter des bottes et des vêtements couvrants. Les shorts sont à proscrire et remonter les chaussettes par dessus le pantalon car les tiques sont nombreuses dans les forêts normandes et peuvent causer de graves infections dont la maladie de Lyme.  
  • Utiliser un couteau mais ne pas couper trop haut. Il faut s’assurer d’avoir le champignon en entier. Cela permettra de ne pas se tromper sur son identification. C’est d’ailleurs souvent la cause des intoxications.
  • Ramasser des champignons frais, ni abîmés, ni véreux. Attention aux champignons qui ont subi un coup de gel ; ils peuvent vous intoxiquer au même titre que des produits alimentaires qui ont été décongelés et recongelés.
  • Ne jamais mélanger les espèces de champignons car les mauvaises peuvent contaminer les bonnes. Lorsqu’on a un doute les mettre dans un autre panier.
  • Utiliser un panier à fond plat car un panier profond écrase les espèces de champignons et peut provoquer leur contamination ou leur dégradation.
  • Ne pas mettre les champignons dans un sac en plastique car il entraîne leur fermentation. Conséquence : la formation de substances toxiques comme la putrécine, la cadavérine, etc. dont les noms sont éloquents.
  • En cas de doute, allez voir votre pharmacien, qui a reçu une formation spécifique sur les champignons lors de ses études, ou les associations mycologiques locales.
  • Toujours sortir avec un bon guide. Le docteur JeanPhilippe Rioult spécialiste des champignons à l’université de Caen vous conseille : Les champignons de France et d’Europe occidental de Marcel Bon chez Flammarion / Le guide des champignons de France et d’Europe de Régis Courtecuisse et Bernard Duhem chez Delachaux et Niestlé / Le guide des champignons France et Europe de Guillaume Eyssartier et Pierre Roux chez Belin.
  • De retour chez vous, consommez les champignons sous 48h. Vous pouvez aussi les faire sécher ou les congeler. 
 

Les conseils de Philippe Vérité, mycologue de la société des amis des sciences naturelles et du muséum de Rouen

 

 

Quelques règles à respecter


Il est interdit de ramasser des champignons dans les forêts privées (même si elles ne sont pas clôturées) sauf autorisation bien sûr du propriétaire.

Dans les forêts domaniales :

- Il est interdit de ramasser plus de 5 litres de champignons (sous peine d’amendes qui peuvent aller de 135 euros à 45 000 euros et 3 ans d’emprisonnement).

- Ne pas rentrer dans des zones de travaux forestiers ou de chasses en cours pour votre sécurité (vous pouvez consulter les calendriers de chasse sur le site de l’ONF www.onf.fr).

- Dans l’Orne, le Calvados et la Manche la cueillette est autorisée de 8h le matin au coucher du soleil et interdite les mardis et jeudis (même fériés) par arrêtés préfectoraux (sous peine d’amendes allant de 45 à 135 euros). Il n’y a pas de restriction dans l’Eure et en Seine-Maritime.

- La cueillette de champignons sauvages dans un but pédagogique et/ou scientifique est soumise à autorisation de l'ONF

- Le ramassage à des fins commerciales est interdit sans autorisation expresse de l'ONF désignant les espèces, les jours et les lieux précis de collecte

 
La Charte du ramasseur de champignons dans les forêts domaniales de l'Orne de la Manche et du Calvados / © ONF
La Charte du ramasseur de champignons dans les forêts domaniales de l'Orne de la Manche et du Calvados / © ONF

 

Le top 3 des espèces de champignons normands


Les forêts normandes sont principalement composées de feuillus et surtout de chênes. Dans la région, on trouve plusieurs centaines d’espèces de champignons donc il est difficile d’être exhaustif. Pour ceux qui veulent aller plus loin, il existe un site qui géolocalise les trouvailles des mycologues avec descriptions des champignons et données GPS.
 

1. La star : le cèpe de Bordeaux


C’est le champignon phare en Normandie et sans doute le plus reconnaissable. Le cèpe de Bordeaux peut mesurer entre 4 et 25 cm. On le trouve dans les bois de feuillus et de conifères de septembre à octobre. Il est lisse, sa tête est rousse et son pied plutôt gros, blanc à brun clair.
 
© Watier/Maxppp
© Watier/Maxppp

Le cèpe des pins est aussi très recherché. Il mesure entre 4 et 25 cm et son chapeau est acajou, facilement reconnaissable. Son odeur est agréable. On le trouve dans les forêts de conifères et de feuillus, principalement sous les pins et les châtaigniers.


Les faux-amis 


Le bolet amer qui comme son nom l’indique est immangeable. Contrairement aux cèpes comestibles son hyménium (le dessous du chapeau) est rosâtre et son pied est très strié. Si vous goûtez un petit morceau son amertume est rédhibitoire.   

Le bolet de Satan ou Boletus Satanas est moins toxique qu'il n'y paraît. Il est en revanche indigeste. Il mesure entre 10 et 30 cm, son pied est jaunâtre, son odeur désagréable et le dessous du chapeau est jaune puis rouge écarlate. Rien de très appétissant et donc facile à repérer !
 

2. Le graal : les girolles et les chanterelles 


Ce sont des champignons qu’il faut savoir dénicher car ils se font de plus en plus rares. Les mycologues gardent jalousement leur bons « coins » car ce sont des espèces qui reviennent au même endroit d’une année sur l’autre.

On les trouve dans les forêts de feuillus, chênes et châtaigniers, sur des terrains en pente bien drainés, des sols acides et peu calcaires La girolle est reconnaissable à sa forme d’entonnoir d’un diamètre de 3 à 10 cm. Son parfum exhale des effluves de mirabelle ou d’abricot.
 
© Laurence Mouton/ AltoPress / Maxppp
© Laurence Mouton/ AltoPress / Maxppp


Les faux-amis 


Difficile de confondre les girolles ou les chanterelles avec d’autres champignons. Le Clitocybe orange, plus petit et jaune orangé, peut vous induire en erreur. Il n’est pas toxique mais n’a guère d’intérêt au niveau gustatif.

En revanche, attention au Clitocybe illusoire qui est dangereux pour la santé. Ce champignon, plutôt rare, est présent sur les souches ou les bois de chênes et de châtaigniers. Sa chair est jaunâtre et il laisse une teinte orange sur les mains lorsqu’on le manipule. Attention aussi à la Clitocybe de l'Olivier, moins fréquente dans nos régions.  
 


3. La coulemelle, le champignon généreux


Troisième champignon prisé des mycologues normands (et d’ailleurs) : la coulemelle. Avec son large chapeau qui peut atteindre jusqu’à 30 cm, cette espèce ravira les plus gourmands. On trouve la coulemelle de l’été à l’automne principalement dans les prés et les clairières. Seul le chapeau est bon.
 
© Sylvestre / MAXPPP
© Sylvestre / MAXPPP


Les faux-amis 

La coulemelle appartient à la famille des lépiotes, attention donc à ne pas la confondre avec certaines de ses cousines. Les petites lépiotes par exemple sont à écarter car certaines sont mortelles. Leurs chapeaux sont inférieurs à 10 cm, il ne s’agit donc pas de coulemelles.

La lépiote déguenillée est à éviter même si elle reste comestible, son anneau n’est pas coulissant. Enfin, la lépiote vénéneuse comme son nom l’indique est toxique. Son chapeau est parsemé de tâches rougeâtres disposées en étoiles. Elle pousse souvent sur des détritus ou du compost. Idem pour la lépiote brun-rose qui est aussi mortelle.
 

Alerte: un nouveau champignon mortel en Normandie

Depuis peu un champignon très dangereux a fait son apparition en Normandie. Il s’agit de l’Amanita virosa de variété Levipes. Ce champignon d’origine américaine est présent dans toutes les forêts normandes depuis 2012, sous les feuillus comme sous les résineux. Il est invasif.
 
© Jean-Philippe Rioult / université de Caen
© Jean-Philippe Rioult / université de Caen

Il mesure entre 6 et 15 cm et son aspect est massif, son chapeau peut atteindre jusqu’à 20 cm. L’Amanita virosa est mortelle. De manière générale éviter toutes les amanites qui sont la première cause de décès liés à la consommation de champignon en France

Pour tout connaître sur les symptômes des intoxications avec des champignons normands et sur les confusions possibles entre les espèces, vous pouvez consulter ce guide élaboré par le Département de Botanique, Mycologie et Biotechnologies de l’université de Caen et l’ARS Normandie :

 
© Omedit et ARS
© Omedit et ARS

 



 

Les bonnes idées de sorties champignons en Normandie

 

  • Dans le Calvados :

- Les 12, 13 et 14 octobre : Sortie cueillette de champignons dans la forêt de Grimbosq organisée par la Société centrale d’horticulture de Caen et du Calvados. Salle polyvalente de Saint Laurent de Condel.
 

  • Dans la Manche :

- Les 12 et 13 octobre : l’association mycologique du Cotentin organise une exposition et des excursions tout le weekend. Inscriptions sur place, salle du château de Valognes.
- Dimanche 13 octobre : cueillette des champignons à Pirou. Parking place de la mairie. 14h30. Inscriptions obligatoires.
- 26 au 27 octobre : Journées mycologiques de Mortain
 

  • Dans l’Orne :

- Du 19 octobre au 21 octobre : 45 journées mycologiques à la Ferrièreaux-Etangs. Sorties en forêt le samedi à 14h30 et le dimanche à 9h. Conférences, expositions, concours photo. Gratuit.
- 19 octobre, 23 octobre, 2 novembre et 08 novembre: sortie cueillettes à Bagnolesde-l’Orne pour les enfants. 14h30 départ de l’office de tourisme. Dès 6 ans.
- 26 octobre et 2 novembre : sortie cueillette à Bellême. Inscriptions recommandées
 

  • En Seine-Maritime :

- 13 octobre : découverte des champignons de la forêt de Brotonne. 9h sur le parking avant l’église de Routot. Sortie d’une demi journée.
- 16 octobre : atelier en famille à partir de 4 ans au parc de Clères. Payant. 2h à partir de 14h.
- 19 et 20 octobre : Exposition mycologique de la Société des Amis des Sciences Naturelles et du Muséum de Rouen dans le square du Muséum d’Histoire Naturelle.
- Le 26 octobre : cueillette avec un mycologue à Arquesla-Bataille. 9h30. Parking de l’aire de loisirs.
- Le 27 octobre : cueillette avec des spécialistes à Darnétal. 14h30.
- Le 9 décembre : Détermination des champignons apportés. 9h  Maison St Nicaise, 18 rue Poussin à Rouen.
 

  • Dans l’Eure :

- Le 13 octobre : découverte mycologique avec un ancien pharmacien. 10h dans l'Arboretum du centre d'élevage de Canappeville. Réservations obligatoires.
- Le 14 octobre : Sortie champignons avec un mycologue,10h dans le massif boisé du Champ de Bataille au Neubourg.
- Le 26 octobre : balade accompagnée avec la S.E.C.A (Société Ecologique des Andelys) à la recherche des champignons au château de Bonnemare à Radepont. 14h18h.
- 10 novembre: Sortie découverte des champignons de la forêt de Montfort (une demi-journée). 8h30 Square Maurois. 9h15 sur le parking de l’église de Routot.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus