Comment avoir la force de traverser un nouveau confinement : des clés pour un mental d'acier

Sportifs amateurs privés de leur plaisir et de leurs objectifs, travailleurs indépendants, salariés, commerçants, étudiants, tous ont besoin d'un mental d'acier pour traverser ce nouveau confinement. Mais comment faire?
Le mental : ne rien lâcher. Le confinement n'est qu'un mur à passer...
Le mental : ne rien lâcher. Le confinement n'est qu'un mur à passer... © Maxppp
Le confinement : nous ne sommes pas tous égaux pour le surmonter. Déjà, parce qu'il est strict pour tous ceux qui sont en "mode pause". Alors, certes, une partie de la population continue à aller au travail et les enfants vont à l'école. Mais il reste les indépendants, les auto-entrepreneurs, les commerçants, les hôteliers-restaurateurs, les étudiants et même les lycéens désormais une semaine sur deux, sans oublier les salariés en télétravail. Et puis, il y a les sportifs, engagés dans un sport collectif ou en individuel. Certains s'entraînaient 5 à 10 heures par semaines. Leur coach et leur club sont aussi à l'arrêt.
Dans tout ça, tout le monde ne développe pas le même stress concernant l'avenir mais on a tous besoin d'une seule chose : un mental d'acier pour avancer et ne pas s'enfoncer. 
Adrian Dutertre vit en bord de mer près de Caen et s'est spécialisé dans la préparation mentale depuis plusieurs années. Alors qu'il est, lui aussi, forcé de stopper son activité en cabinet ou à l'université, il propose ses services par visioconférence bénévolement. 
 

Je suis en contact avec beaucoup de gens qui vont mal dans le monde du sport amateur. Les licenciés, les entraîneurs aussi. J'ai des clubs entiers qui demandent de l'aide ou des fédérations. Dans le sport, on connaît bien la force d'un bon mental. Mais cette méthode peut aussi aider des commerçants ou des étudiants moins habitués à faire appel à leurs ressources internes. Un mental ça se travaille, il y a des clés à connaître. 

Adrian Dutertre, préparateur mental diplômé

Avoir du mental, c'est quoi ? 


La notion de "mental" est très fréquemment employée dans l'univers du sport mais elle est peu développée en France. "J'ai travaillé au Canada. Il y a là-bas un programme et des cours pour les enfants dès 6-7 ans", raconte Adrian Dutertre. Ici, on a longtemps dit de quelqu'un qu'il a du mental quand il est "fort dans sa tête", comme si les épreuves de la vie étaient censées te forger "un caractère et t'apprendre les choses." 
 Mais avoir du mental, au fond c'est autre chose : "C'est être capable de ne pas se laisser submerger par ses émotions et rester acteur de ses projets", précise le coach. Voici les clés pour devenir insubmersible, même en période de grande contrariété dans nos projets et notre quotidien. 
Le coaching en visioconférence c'est possible et ludique. Adrian Dutertre passe parfois avec des salariés ou des équipes sportives, voire des clubs, une à deux heures pour exposer les grands principes. Après, le résultat dépend de chacun et de ce qu'on en fait
Le coaching en visioconférence c'est possible et ludique. Adrian Dutertre passe parfois avec des salariés ou des équipes sportives, voire des clubs, une à deux heures pour exposer les grands principes. Après, le résultat dépend de chacun et de ce qu'on en fait © A.H/Francetélévisions
 

1- Faire le point sur soi


Première étape. Un peu contraignante mais très importante. Alors on se l'impose malgré l'effort qu'elle demande. Il s'agit de savoir d'où on part pour aller au but fixé. Pour y arriver, il faut se retrousser les manches quinze minutes et prendre papier et crayon.  "On dessine alors un camembert ou deux colonnes avec d'un côté ce dans quoi je m'investis dans la vie et de l'autre l'évaluation en épanouissement, bonheur et satisfaction."

On appelle ça, une roue de la vie, pour mesurer votre niveau de satisfaction et repérer ce qu'il faut faire évoluer. "Grâce à cette double liste, vous pouvez identifier ce qui fonctionne dans votre vie et ce qui ne fonctionne pas. C'est s'autoévaluer et c'est essentiel pour avancer. "

D'une manière générale, il faut toujours que le niveau de satisfaction soit plus élevé que le niveau d'engagement, pour que ce soit bénéfique pour vous. 
Un exemple de roue de la vie. On peut le faire plus simplement, à la main.
Un exemple de roue de la vie. On peut le faire plus simplement, à la main. © Adriandutertre

Ne jamais oublier l'importance d'écrire les choses noir sur blanc. L'idéal pour ne pas se noyer dans ses émotions. Même si ça peut paraître inhumain à certains de penser comme ça, il faut se rappeler que notre cerveau est très manipulable. Voilà pourquoi écrire la roue de la vie puis créer un "visionboard" va lui permettre de se raccrocher au principal que vous avez défini, à l'objectif et aux moyens d'y parvenir. Sinon les pensées inconscientes peuvent nous envahir. Et elles sont parfois noires ou anxiogènes. 

Adrian Dutertre



2- Créer son "visionboard"

Prendre un carton, un tableau en liège ou même une grande feuille et y épingler toutes sortes de choses : c'est l'idée du pêle-mêle. 
"Ne pas hésiter à le remplir de choses qui illustrent ce qui vous fait du bien: photos, images, petites phrases, leitmotiv. Cet ensemble doit indiquer tout ce que vous voulez accomplir pendant le confinement, vous sortir du mode pause et c'est ça qui vous permettra de ressentir une satisfaction personnelle."
Le but est de s'armer contre la démotivation qui nous guette. 

J'ai vu des étudiants passer 18 à 20H dans un lit pendant le confinement pour y dormir, suivre des cours en ligne, manger, rester sur les réseaux sociaux, etc. Très vite, c'est une perte incroyable de l'estime de soi. Il faut se fixer des objectifs même minimes

 

3-Se fixer des objectif : "je sais où je vais"


C'est le schéma très utilisé en sport mais valable pour tous. "Il faut rester dans la logique du projet à court terme ou moyen terme pour nous tirer vers le haut et rester positif. Se rappeler que celui qui n'a pas d'objectifs ne risque pas de les atteindre", rappelle Adrian Dutertre. 
L'objectif doit être possible à atteindre, ne pas se piéger soi-même, mais ne doit pas être trop facile, non plus. 
Et ce chemin peut parfois se faire en plusieurs étapes pour sauter les murs qui se dressent, un par un. 

Son objectif on l'écrit en une phrase et on l'accroche sur son "visionboard". La formulation doit être simple pour un état d'esprit positif. 

4- Les petits trucs à savoir


Ne jamais utiliser la formule " NE PAS..." dans son objectif. Par exemple, "ne pas fermer, ne pas faire faillite" pour un commerçant. C'est négatif et ça relève d'un état d'esprit qui n'est pas le bon chemin à prendre. C'est le piège absolu. 

Trouver des moyens pour y parvenir, c'est parfois difficile mais c'est toute l'importance du travail à fournir. Si on n'a pas les compétences pour une chose, on cherche de l'aide. On demande. On entre en interaction avec l'extérieur. 

Visualiser mentalement son objectif, comme un point au loin que l'on veut atteindre.
Ce "point" peut être un lieu qui vous inspire de la sérénité, un rêve, ce que vous voulez mais il doit avoir une forme. Par exemple, un château en haut d'un piémont en Italie avec ses oliviers, ses cyprès et ses cigales. Quand vous êtes contrarié ou quand vous avez envie de baisser les bras, il suffit de fermer les yeux et de visualiser cette image positive pour vous. "Avec elle vous allez aller chercher une émotion positive au fond de vous. C'est un petit moment qui fait du bien et qui permet de repartir. C'est une solution issue de la méditation de pleine conscience." 
Pour vous aider à développer la démarche, des applications existent comme "Petit Bambou". Simples et ludiques, elles permettent d'apprendre à lâcher-prise, clé essentielle pour surmonter un événement qui nous dépasse.

Lors d'une grosse charge émotionnelle, du type "et si c'était moi qui perd mon travail à l'issue du confinement ?", ces images mentales et la visualisation d'images qui ont le pouvoir de nous faire du bien en fermant les yeux, c'est essentiel. Essayer de transformer cette gymnastique en petit jeu pour vous.
Certains utilisent l'image du boxeur qui se relève alors qu'on le croyait KO.  D'autres accrochent sur leur visionboard un loup magnifique qui grogne. L'intensité du regard sur ce type de cliché peut redonner de l'énergie ou de la confiance.

Se trouver des petites "béquilles": "moi j'aime me répéter, je peux y arriver", explique le coach mental. 

Il faut parfois forcer un peu son esprit à être positif, se rappeler qu'il est très influençable.
 
le vent dans un champ de blé, chacun trouve l'image mental qui lui déclenche le plus d'émotion positive
le vent dans un champ de blé, chacun trouve l'image mental qui lui déclenche le plus d'émotion positive © Yves-Marie Quemener/Maxppp
 

5- Se recentrer sur soi

S'accorder du temps pour écouter ce que l'on ressent. "Être dans l’instant présent : je vois, j’entends, je ressens et pour ça, la respiration abdominale ou la cohérence cardiaque sont très efficaces.", assure Adrian Dutertre. 

Pour éliminer le stress, il faut faire baisser son taux de cortisol dans le sang. Le cortisol étant l'hormone du stress responsable de beaucoup de maux comme le surpoids, la tension artérielle, etc...  
«Une pensée positive le matin peut changer ta journée entière », encore une phrase que nous recommande le coach pour notre visionboard. 
 

Donnez rendez-vous régulièrement à quelqu'un, ne serait-ce que par visio, pour faire un peu de gym ou de yoga ensemble tout en suivant un cours en ligne c'est possible. Partagez, restez en contact et donnez aux autres ou aidez quelqu'un, vous verrez c'est très bénéfique.

Adrian Dutertre, coach mental


La cohérence cardiaque ne s'improvise pas, ces exercices de respiration peuvent se pratiquer une fois par jour et progressivement passer à 2 puis à 3. Effet de bien-être garanti et vous répéter qu'une fois par jour y consacrer 5 minutes, c'est déjà très bien.
Des outils numériques gratuits existent comme l'application Kardia ( un point bleu à suivre pour inspirer et expirer) ou Respirelax. 

Le coach mental qui nous a conseillé pour cet article applique à lui-même cette idée de donner aux autres pendant qu'il est privé de son activité. "Je ne peux pas donner mes cours à l'université, ni recevoir en cabinet alors je fais ces séances gratuites pour des entreprises qui me le demandent ou des clubs de sports, pour un coach et ses athlètes comme pour un groupe d'étudiants. C'est très stimulant et valorisant même par internet." 

Adrian Dutertre est joignable par mail dutertre.adrian@gmail.com. "Une entreprise, un manager, un coach, un enseignant qui a besoin pour son groupe peut me contacter." Des séances qui ne se font donc pas en tête à tête mais en petit groupe cohérent.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus - confinement : conseils pratiques santé société sport