Confinement : "On me dit que c'est un bac au rabais ... je ne suis pas d'accord" : témoignages de bacheliers normands

TEMOIGNAGES. L'annonce date du 3 avril 2020 lorsque le ministre de l'Education a décrit le bac "version confinement". La validation du diplôme se fera donc à partir des notes du contrôle continu. Entre soulagement et déception de ne pas vivre cet examen "mythique", 4 élèves témoignent. 



 
A cause du coronavirus et du confinement, le baccalauréat se passera en contrôle continu. Margot, Julia, Simon et Anne-Héloïse se confient sur ce scénario un peu particulier !
A cause du coronavirus et du confinement, le baccalauréat se passera en contrôle continu. Margot, Julia, Simon et Anne-Héloïse se confient sur ce scénario un peu particulier ! © Margot-Julia-Simon-Anne-Héloïse

Anne-Héloise, 17 ans, en terminale ES au lycée de la vallée du Cailly à Déville-lès-Rouen.


Avec 13/20 et 14/20 de moyenne aux premiers trimestres de son année de terminale, Anne-Héloïse a sans aucun doute obtenu son diplôme de baccalauréat en sciences économiques. Une bonne nouvelle pour cette élève qui vise ensuite un DUT carrières juridiques ou un diplôme en techniques de commercialisation

Avec mes notes en contrôle continu, je devrais avoir la mention  « Assez bien » mais j’aurais peut-être pu faire mieux en passant mes épreuves. Je suis un peu déçue. Certains disent que c'est un bac au rabais mais on est quand même méritant, on ne l’a pas eu comme ça. Ceux qui ont travaillé toute l’année, méritent de l’avoir.

Anne-Héloïse est assurée d'avoir son bac mais continue à travailler pour ses notes de fin d'année. Elle vit bien son confinement "à la campagne" et en famille. / © Anne-Héloïse Bellanger
Anne-Héloïse est assurée d'avoir son bac mais continue à travailler pour ses notes de fin d'année. Elle vit bien son confinement "à la campagne" et en famille. / © Anne-Héloïse Bellanger


Anne-Héloïse est contente d'avoir pu au moins passer son bac blanc pour vivre cette épreuve dont on lui parle depuis si longtemps. Reste maintenant les réponses de Parcoursup pour l'année prochaine, les écoles demandées sont à Rouen, Narbonne, Grenoble ou Lyon, avec une petite préférence pour un établissement normand.

Maintenant, le stress c’est savoir où je vais être affectée et réussir à avoir ce que je veux. Je préfère plutôt rester en Normandie, j’ai mes repères,  ma famille, mais si je dois partir je le ferais pour mes études, j’ai cette chance-là. 

Julia, 17 ans, en terminale scientifique au lycée Saint-Saëns à Rouen.

Je suis sure d’avoir mon bac, j’ai 13.7 de moyenne à l’année et avec mes notes de français ça me fait mention Bien. Je suis contente mais je pense que j’aurais pu avoir mention Très Bien avec les oraux de langues, ça m’aurait rapporté des points, j’aurais révisé à fond.

Le travail en mode confinement se passe bien mais Julia est plutôt soulagée de ne pas devoir préparer le bac sous cette forme, surtout pour les épreuves de maths et physique, des matières plus compliquées à suivre à distance.
Le travail en mode confinement se passe bien mais Julia est plutôt soulagée de ne pas devoir préparer le bac sous cette forme, surtout pour les épreuves de maths et physique, des matières plus compliquées à suivre à distance. © Julia Teerlink

Julia, elle, aurait bien aimé prouver de quoi elle est capable face à un jury d'examen, elle avait déjà commencé à préparer ses fiches pour le baccalauréat et comptait bien accélérer ses révisions en approchant de la date butoir. Elle regrette de ne pas vivre ce moment de stress, lorsqu'on donne tout, semblable au souvenir qu'elle garde du Brevet en 3ème.

Mon sentiment c’est qu’il n’a pas la même valeur que les années précédentes, j’ai même entendu dire qu’on pouvait nous le retirer si on ne bossait pas assez au 3ème trimestre.
Là ce qui compte pour moi, c’est de retrouver mes potes et de m’amuser avec eux !

Pour l'année prochaine, Julia sait que toutes ses fiches de révision pourront lui servir, que le travail qui continue pendant le confinement aussi. Elle vise des écoles de commerce en priorité, quant à savoir vers quel métier elle se dirige, rien n'est encore très précis. 

Simon, élève de terminale en STMG au lycée Jean-Paul II de Rouen

Avec les élèves de ma classe, on en a beaucoup parlé, certains ne comptaient que sur les épreuves du bac pour se rattraper donc ils sont en stress mais la plupart sont plutôt soulagés.

Soulagé, Simon ne cache pas qu'il appréhendait cette épreuve finale, ce fameux bac pour lequel il se prépare depuis le début de l'année. Avec une moyenne aux alentours de 12/20, il pense avoir la mention Assez Bien.

Ca enlève un poids mais dans le privé on nous prépare beaucoup à ça, donc c’est un peu frustrant, on a deux heures de DS tous les vendredis sur une matière différente avec des sujets type bac. J’en aurai fait un peu plus en contrôle continu si j’avais su. Je pense que c’est le cas de tout le monde.

"Je continue à suivre les cours, on est encore un peu confus par rapport aux options, si on va passer des épreuves, les profs ne savent pas non plus."
"Je continue à suivre les cours, on est encore un peu confus par rapport aux options, si on va passer des épreuves, les profs ne savent pas non plus." © Simon Lefront


Sa crainte à lui, c'est que ce bac 2020 n'ait pas la même valeur pour tous, puisque les épreuves nationales n'auront pas lieu. Ses parents, soulagés, pensent aussi que ce bac peut sembler inégalitaire. Quant à la règle pour évaluer sa mention, il reste sans réponse sur les options, les coefficients. Une chose aussi le chiffonne, ne pas vivre le moment tant attendu de l'annonce des résultats.

Un examen, ça met en stress, mais une fois qu’on a les résultats c’est un bon moment à passer et ça, on ne le vivra pas. On nous en a parlé, on s’est projeté et c‘est pas comme ça que ça va se passer !

Simon attend comme les autres, le 19 mai et les réponses à ses voeux sur Parcoursup, en espérant décrocher un DUT carrières juridiques, et si possible à Rouen, pour garder "ses bases, c'est plus rassurant."


Margot, élève en terminale ES au lycée de la Vallée du Cailly à Déville-lès-Rouen

Je ne sais pas si j’ai le bac mais je pense, je ne sais pas comment ils comptent les points, je ne sais pas non plus pour les coefficients, ça me stresse un peu.

Avec une moyenne générale comprise entre 11 et 13 selon les trimestres, Margot aura son bac cette année mais comme les autres élèves interrogés, elle craint que ce diplôme 2020 ne soit pas aussi bien reconnu que d'habitude.
 

« C’est compliqué le boulot en confinement et puis on ne va pas se mentir, ne pas passer le bac  … je pense que ça enlève un peu de motivation. »
« C’est compliqué le boulot en confinement et puis on ne va pas se mentir, ne pas passer le bac … je pense que ça enlève un peu de motivation. » © Margot Liandier

On nous a parlé du bac toute notre scolarité, c’est dommage de ne pas le passer. Ce sera juste en contrôle continu, si ça se trouve, les gens vont croire qu’on nous l’a donné, il aura peut-être pas la même valeur que ceux qui l’ont eu avant ou après.

Margot, elle, a fait 7 voeux  sur Parcours Sup, et notamment pour une école d'architecure. Avec une option dessin qu'elle suit depuis la seconde à Déville-lès-Rouen, en toute logique, elle souhaiterait mettre à profit cette passion. Petit bémol, contrairement à ce qui était prévu, elle n'aura ni oraux, ni entretien pour entrer dans cette école. Tout se fera sur dossier.
 

Ça m’embête un peu, je voulais montrer ma motivation, me présenter …

 

PETIT MODE D’EMPLOI DU BAC 2020

L’ensemble des épreuves du diplôme national du baccalauréat général, technologique et professionnel sont validés à partir des notes du livret scolaire.

Sous réserve que les conditions de réouverture le permettent, les professeurs pourront évaluer les compétences de leurs élèves au 3ème trimestre mais en aucun cas les évaluations passées pendant la période de confinement ne seront prises en compte.

Pour les élèves qui auront sur leur livret une moyenne comprise entre 8/20 et 9,9/20 passeront deux matières à l’oral entre le 8 et le 10 juillet.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 société éducation région normandie bac