Cet article date de plus de 5 ans

Contournement-Est de Rouen : ouverture de l’enquête publique ce jeudi 12 mai

L’enquête publique sur le projet de Contournement Est de Rouen – Liaison A28-A13 ouvre ce jeudi 12 mai pour une période de deux mois, jusqu’au 11 juillet, a annoncé mercredi la préfecture de la Seine-Maritime.
© France 3 Normandie

Le projet

Le projet de Contournement Est de Rouen prévoit une autoroute à péage à deux fois deux voies sur une distance de 41,5 km. Son coût est estimé à 886 M€ hors taxes (valeur janvier 2015) et sera réalisé dans le cadre d’une mise en concession autoroutière.  L'objectif est de relier l’A28 au nord-est de Rouen à l’A13 au Sud. Les travaux, prévus pour 2020, devraient durer 4 ans. 
L'objectif est de décongestionner la circulation dans l'agglomération rouennaise en détournant une partie du trafic. Notamment les poids lourds très nombreux à transiter.  

Le calendrier 

Jusqu’au 11 juillet, les habitants des communes concernées sont invités à s’exprimer.  
Des registres sont disposés pour cela dans 67 lieux d’enquête et la commission d’enquête tiendra 40 permanences (dans les mairies et intercommunalités, l’Eure et en Seine-Maritime).
Un registre numérique est ouvert également sur le site de la préfecture de Seine-Maritime
En plus des ces permanences, quatre réunions publiques seront organisées :

Les modalités

La DREAL Normandie (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), présentera le projet, la maîtrise de ses impacts et les évolutions retenues "suite à la concertation de 2014 et à la poursuite du dialogue mené avec le territoire durant l’année 2015", indique la préfecture.
L’enquête publique est conduite sous l’égide d’une commission indépendante nommée par le Tribunal administratif.


Un projet contreversé

Le projet est soutenu par l’ensemble des milieux économiques régionaux alors que les élus politiques sont beaucoup plus partagés. Les écologistes d’EELV ont été de tout temps, hostiles à ce contournement "d’un autre âge", disent-ils.
Les communistes sont opposés au tracé proposé. A droite comme au PS, les avis sont unanimement favorables au sein dans la Métropole mais beaucoup plus réservés dans l’Eure, notamment à Val-de-Reuil. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire environnement société autoroute économie transports