Coronavirus et événements annulés : « L’été est mort pour notre activité »

D’ordinaire, le printemps et l’été représentent au moins un tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise normande « Scorpion ». Cette société est spécialisée dans les prestations événementielles et audiovisuelles. Le carnet de commande est vide jusqu’à septembre.
 

Pascal Boivin est patron de la société "Scorpion" spécialisée dans la prestation événementielle et audiovisuelle à Petit-Couronne (76). "La crise du coronavirus est sans précédent."
Pascal Boivin est patron de la société "Scorpion" spécialisée dans la prestation événementielle et audiovisuelle à Petit-Couronne (76). "La crise du coronavirus est sans précédent." © France 3 Normandie
Festivals, conventions d’entreprises, foires, fêtes en tout genre et ces deux mots qui reviennent en permanence : « événement annulé ». Le hangar de l’entreprise Scorpion, située dans l’agglomération rouennaise, n’a jamais été aussi rempli de matériel son, lumière et vidéo en cette période de l’année. Micros, rampes de projecteurs, caisses d’enceintes sont bien rangés sur les hautes étagères du sol jusqu’au plafond. Normalement au printemps, tout ce matériel est sorti. « Un tiers de notre activité est perdu jusqu’à mi-juillet, soit une perte de chiffre d’affaires estimée à 500.000 euros » explique le patron Pascal Boivin.

Peut-être y-aura-t-il une deuxième vague de contamination au covid-19 ? C’est la grande inquiétude pour notre secteur économique.

Pas d’événements programmés avant septembre

Du mois d’avril jusqu'au mois d’août, tout a été annulé. « L’été est mort pour notre activité ». Depuis le confinement, le téléphone sonne rarement. La semaine dernière, Pascal Boivin a réceptionné deux appels pour des événements envisagés en octobre et novembre. « Je comprends les clients d’une certaine façon. Comment organiser des conventions d’entreprises, des animations, des grandes fêtes alors qu’on ne connait pas ce que l’avenir nous réserve ? Peut-être y-aura-t-il une deuxième vague de contamination au covid-19 ? C’est la grande inquiétude pour notre secteur économique. » Une grande fête du cheval qui devait se tenir en Normandie autour du 15 août a déjà été annulée. Un centre culturel en Baie de Seine a annoncé refuser tout événement avant le 1er janvier 2021. Selon Pascal Boivin, aucun feu d’artifice ne pourra être tiré en Normandie avant le 14 juillet.

Vaut mieux ne rien dire que de faire naître de faux espoirs.

Un manque de clarté et de cohérence de l’exécutif pointé du doigt

​​​​Pour Pascal Boivin et plusieurs autres professionnels de l’événementiel, les consignes au plus haut sommet de l’Etat sont floues voire contradictoires : « Le problème c’est la non clarté autour de la sortie du confinement et la tenue de festivités et d’animations. Le président a dit pas d’événements avant fin juillet. Le ministre de la culture a annoncé l’éventualité de petits festivals mais avec des conditions étranges : un seul artiste sur scène, une distance d’un mètre entre les personnes du public, pas plus de 50 spectateurs, un respect des gestes barrière. Qui oserait s’engager dans ce type d’événement ? Vaut mieux ne rien dire que de faire naître de faux espoirs ».

A la fin, quoi qu’il arrive, il faudra payer quand même. 

Une adaptation économique

Les sept collaborateurs de Pascal Boivin sont au chômage. Le chef d’entreprise a inscrit sa société à la DIRECCTE (Direction régionale des entreprises de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) pour bénéficier de l’aide de l’Etat dans le versement des salaires des employés au chômage partiel. « L’inscription s’est très bien déroulée mais je n’ai toujours pas été remboursé des salaires du mois de mars et je n’ai reçu aucune information de la date du versement. Je continue de puiser dans ma trésorerie mais à partir du mois de mai ça risque de devenir très problématique. » En plus d’un report de charges et de crédits mis en place, le patron a souscrit à un prêt appelé PGE (Prêt Garanti par l'Etat). « C’est un endettement supplémentaire. A la fin, quoi qu’il arrive, il faudra payer quand même. »

Les conséquences négatives se mesurent dans l’immédiat et on craint que cela s’étale sur plusieurs années.

Un moral au plus bas

Pour ce chef d’entreprise normand et ses salariés, « la situation est anxiogène. Jamais on aurait imaginé que ça dure aussi longtemps. » Pour garder le lien, une visioconférence est organisée chaque semaine. L’objectif est d’échanger et de ressentir le moral des troupes. « A chaque début de visioconférence, je leur demande la note de leur météo morale personnelle et celle de leur météo professionnelle. Au début du confinement, c’était 9 ou 10 sur 10 pour leur état d’esprit perso et 7 sur 10 pour leur métier. Désormais mes salariés évaluent leur moral à 4 sur 10 côté travail et 7 sur 10 dans leur vie privée. Je suis comme eux, c’est une vraie dégringolade. » Pascal Boivin a aussi connu la crise économique de 2008 : « Les répercussions nous ont touchés en 2010, cette fois-ci les conséquences négatives se mesurent dans l’immédiat et on craint que cela s’étale sur plusieurs années. »

Des DJ set en live sur Facebook

Pour essayer de garder le sourire, avec son fils à la batterie et lui aux platines, Pascal Boivin anime des soirées DJ set en live sur Facebook. « Je suis chez moi et je mixe des tubes pour danser et se détendre car on en a besoin ». Son métier qui est une passion lui manque : la musique, l’euphorie des pistes de danse, les projecteurs et l’adrénaline lors de l’organisation d’événements de grande ampleur. En attendant la chaleur humaine, rendez-vous sur sa page Facebook tous les samedis soirs.
En cette période de confinement, Pascal Boivin, patron de l'entreprise spécialisée dans l'événementiel "Scorpion" propose des DJ set en live sur internet avec son fils à la batterie.
En cette période de confinement, Pascal Boivin, patron de l'entreprise spécialisée dans l'événementiel "Scorpion" propose des DJ set en live sur internet avec son fils à la batterie. © Scorpion





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société économie festival événements sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter