Coronavirus : faut-il rouvrir nos librairies en Normandie ?

Des livres pour s'évader / © Aurélie Misery
Des livres pour s'évader / © Aurélie Misery

Interviewé ce jeudi 19 mars sur France Inter, le ministre de l’Economie Bruno Lemaire se dit prêt à rouvrir la question des librairies "commerces de proximité" en temps de confinement. En Normandie, les acteurs du monde du livre sont contre, tout en rappelant les bienfaits de la lecture.  

Par Aurélie Misery

C’est un signe de l’engouement retrouvé pour la lecture : depuis le confinement, les demandes d’abonnement sur "la boîte numérique" du Calvados ont quadruplé !

La boîte numérique est une plateforme en ligne riche entre autres de plus de 1 700 livres et magazines, une plateforme ouverte à tous les adhérents déjà inscrits sur le réseau des bibliothèques de Caen-la-mer  et d’une centaine de médiathèques partenaires. "C’est une demande toutes les cinq minutes !, constate-t-on au Conseil départemental. Les gens cherchent à avoir accès à une offre culturelle à laquelle ils n’ont plus accès".
 

Le livre, une valeur refuge

Pour Lise Lambinet, Directrice culture et patrimoine à Colombelles (14), "la lecture c’est accepter de ralentir". Responsable de la médiathèque, elle se réjouit de voir que quelques heures avant la fermeture, "les gens sont venus faire des stocks énormes, c’était drôle et rassurant.

 
La psychologue caennaise Florence Daven souligne les bienfaits de la lecture.

La lecture est évidemment une manière de pallier l’ennui. Mais aussi de faire travailler son cerveau sur des réalités différentes. C’est une activité dérivative pour que l’esprit aille au-delà de la situation présente.


La psychologue insiste aussi sur la nécessité de choisir des lectures "plaisir".
 
Pour Sophie Peugnez, de la librairie Brouillon de Culture à Caen, "lire est même une forme de survie". Car lire permet de "s’évader" mais aussi de "retrouver du lien social en s’attachant à des personnages".
 

Faut-il dès lors rouvrir nos librairies ?

 Hier, le ministre de l’Economie, Bruno Lemaire, s’est dit "prêt à rouvrir la question" en appliquant des "règles strictes". Une position que ne comprend pas le Directeur de Normandie Lire et Lecture, Dominique Panchèvre pour qui la santé de tous doit primer. "Nos libraires sont dans une situation pour certains dramatique, et avec la DRAC et le conseil régional, nous voyons comment nous allons les accompagner, mais si la santé économique est une chose, la santé humaine en est une autre." Une position alignée sur celle du Syndicat de la librairie française qui, dans un communiqué, souligne que :

"le coût économique pour notre profession sera considérable et nous avons tous hâte de rouvrir et de retrouver les lecteurs mais aujourd’hui, la priorité sanitaire prime sur tout autre enjeu."  


 
En attendant la réouverture des librairies, fouillons donc dans nos propres bibliothèques de quoi satisfaire notre besoin d’évasion.
 

Quelles lectures en temps de confinement pour cause d’épidémie ?

L’épidémie de coronavirus rappelle certains romans de science-fiction tels que "Pandemia" de Franck Thilliez, "Station eleven" d’Emily St John Mandel mais aussi des classiques tels que "La peste"  de Camus, "La quarantaine" de JMG Le Clezio ou "L’amour au temps du choléra" de Gabriel Garcia Marquez. Mais est-ce vraiment le moment de les relire au risque d’intensifier l’effet anxiogène de la situation ?
 
Pour Sophie Peugnez, mieux vaut s’orienter vers une littérature rassurante. Pour les fans de polars, cette spécialiste du roman noir recommande de privilégier le genre du "cosy crime", tels que les enquêtes d’Agatha Raisin de M.C. Beaton. "Le cosy crime ou cosy mysteries va puiser ses sources dans le roman policier traditionnel le WHODUNIT (qui a fait ça ?) comme Agatha Christie. Ambiance arsenic et vieilles dentelles dans un cadre bucolique avec un humour souvent so British."  
 
© Aurélie Misery
© Aurélie Misery


Amoureuse de la littérature nordique, Sophie propose aussi sur son site "zone.livre.fr" de nombreuses idées de lecture "évasion", avec les romans de Mo Malø qui se déroulent au Groenland, ou bien ceux de Viveca Sten, qui, avec "La reine de la Baltique" nous embarque vers l’île suédoise de Sandhamn. "Une île qui nous rappelle nos îles bretonnes où tout le monde se cotoie".

 

Et si on n’a pas fait de réserves de livres ? 

Pour les plus jeunes, certaines médiathèques, comme la médiathèque Quai des Mondes à Mondeville, proposent des lectures en ligne sur leur page Facebook :


Pour les adultes, des éditeurs publient gratuitement des livres en ligne. C’est le cas de Zulma qui propose chaque jour "une nouvelle pour échapper aux nouvelles". 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus