Un coronavirus mais plusieurs nuances de rouge en Normandie : quelles mesures s'appliquent chez vous

Le ministre de la santé Olivier Véran a présenté ce mercredi soir une nouvelle carte classant les territoires français en zones d'alerte, du blanc au rouge foncé. Ce classement induit de nouvelles mesures. En Normandie, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne.
On connaissait jusqu'à présent la carte des "zones de circulation active du virus". Si le taux d'incidence (le nombre de personnes testées positives à la Covid-19) dépassait les 50 cas pour 100 000 habitants, le département était classé en rouge. En Normandie, c'est le cas de la Seine-Maritime, de l'Eure et du Calvados. Ce classement confère aux préfets des "pouvoirs renforcés" pour prendre des mesures supplémentaires, en fonction des "données épidémiologiques locales". Ainsi, dans le Calvados, le représentant de l'Etat a annoncé ce mercredi des restrictions ciblant spécifiquement les bars de Caen.

Le soir-même, le ministre de la santé Olivier Véran présentait une nouvelle cartographie définissant des zones d'alerte et leurs mesures associées. Pour l'instant, l'Orne et la Manche ne sont pas concernés : ces départements sont en "vigilance", aucune mesure particulière ne leur est imposée.
 


Calvados, Seine-Maritime et Eure en "Zone d'alerte"

En Normandie, trois départements - le Calvados, l'Eure et la Seine-Maritime - sont considérés comme des zones d'alerte : le taux d'incidence a dépassé les 50 cas pour 100 000 habitants. Cela correspond au classement "zone de circulation active du virus". 69 départements français sont concernés.

Ce mercredi 23 septembre, le ministre de la santé n'a annoncé qu'une seule mesure à leur sujet : les "réunions" sont limitées à 30 personnes. Par réunion, le ministère entend aussi bien les fêtes, mariages, tombolas, que les anniversaires ou communions. 

Le représentant de l'Etat peut toutefois être amené à prendre des mesures supplémentaires selon la situation.

Les mesures sanitaires prises ces dernières semaines par le préfet et les élus locaux (port du masque dans la rue par exemple) restent bien évidemment en rigueur.

La Métropole de Rouen en "zone d'alerte renforcée"

Des mesures bien plus nombreuses et plus strictes s'appliquent dans les "zones d'alerte renforcée". Le taux d'incidence général y est supérieur à 150 cas pour 100 000 habitants et le taux d'incidence chez les personnes âgées est également au-dessus des 50 pour 100 000. En métropole, onze grandes villes et leurs agglomérations ont été définies comme des "zones d'alerte renforcée". En Normandie, seule la Métropole de Rouen (71 communes) est concernée.

A partir du samedi 26 septembre :A partir du lundi 28 septembre :Concernant ce dernier point, le préfet définira dans les tous prochains jours les horaires d'ouverture de ces établissements. Il peut également être amené à prendre des mesures complémentaires. Ce mercredi 23 septembre, Olivier Véran annonçait que "Tours, Strasbourg, Dijon et Clermont-Ferrand" pourraient aussi passer en zone d'alerte renforcée dans les prochains jours si la situation ne s'améliorait pas. En Normandie, l'agglomération caennaise, où le taux d"incidence atteint actuellement les 108 cas pour 100 000 habitants, pourrait être la prochaine sur la liste

Pas de "zone d'alerte maximale" en Normandie

Un ultime niveau d'alerte, avant la mise en place de l'état d'urgence sanitaire, a été présenté ce mercredi par le ministre de la santé. La métropole d'Aix-Marseille et la Guadeloupe ont été classées en "zone d'alerte maximale" : le taux d'incidence dépasse les 250 pour 100 000 habitants, le taux d'incidence chez les personnes âgées dépasse les 100 pour 100 000  et  la part des patients positifs à la Covid-19 dépasse les 30% dans les service de réanimation. La réunion de ces trois critères déclenche la fermeture totale des bars et restaurants pour au moins deux semaines et ce à partir de samedi.

La Normandie classée "région à risque" par l'Allemagne

L'Allemagne a étendu ce mercredi 23 septembre sa liste de régions à risque dans onze pays européens y compris la France en raison d'une recrudescence de la pandémie de Covid-19. Jusqu'à présent, la "liste rouge" de nos voisins d'outre-rhin comprenait les régions françaises d'Ile de France, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Occitanie, Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes , Hauts-de-France ainsi que la Corse. La Bretagne, le Centre-Val de Loire et la Normandie y figurent désormais.
    

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société