Coronavirus : le trafic céréalier du port de Rouen ne connait pas la crise

La récession que connait l'économie mondiale, et française, ne frappe pas tous les secteurs d'activité. Les exportations de céréales, notamment de blé, sont en forte hausse sur le port de Rouen. L'Algérie, le Maroc et l'Egypte sont ses traditionnels clients. Et depuis peu, des pays d'Asie. 
 

Port céréalier de Rouen
Port céréalier de Rouen
La campagne céréalière 2019/2020 enregistre une hausse de 24% par rapport à la précédente. Un résultat dû à la bonne qualité des récoltes de l'été dernier, et à la forte demande internationale depuis le début de l'année. La pandémie du Covid-19 n’a pas freiné le flux de bateaux. La Simarex, exploitant du terminal, a dû adapter les conditions de travail de ses salariés pour respecter les règles sanitaires.
A Rouen, plus de 300 camions défilent chaque jour pour alimenter les silos du terminal qui remplissent les cargos. Certains chargent plus de 30.000 tonnes de blé avant de repartir vers leur destination. Le plus gros client est l'Algérie qui cette année a acheté 85% de son approvisionnement en France. Les autres pays du Maghreb et l’Egypte achètent aussi du blé aux agriculteurs normands, réunis au sein de NatUp.

Avec un trafic de 7.2 millions de tonnes à fin mars, la filière céréale laisse augurer une année record au 30 juin

Olivier Ferrand, directeur du développement HAROPA 

Et cette année, le Chine a pointé le bout de son nez sur le marché. Suite à ses mauvaises relations commerciales avec les Etats-Unis, elle s’est tournée vers les silos français pour acheter du blé.
 
le trafic céréalier du port de Rouen en forte hausse

reportage de Danilo Commodi, Stéphane L'Hote et Alexis Delahaye
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 grand port maritime économie transports transports maritimes mer agriculture