Covid-19 et taux d'incidence:en baisse dans l'Est de la Normandie, forte augmentation à l'Ouest

Le bulletin hebdomadaire de l'Agence Régionale de Santé parle d'une progression moins forte du taux d'incidence, mais c'est à mesurer selon les départements. Ceux en confinement depuis plusieurs semaines sont dans cette situation, les autres augmentent. L'activité hospitalière, elle, s'intensifie. 

La tension hospitalière est en augmentation en Normandie : +122 personnes en une semaine pour 1540 personnes hospitalisées pour la Covid-19
La tension hospitalière est en augmentation en Normandie : +122 personnes en une semaine pour 1540 personnes hospitalisées pour la Covid-19 © Luc Nobout/Maxppp

 Dans son bulletin hebdomadaire, l'ARS précise que le taux d'incidence observe "un palier en Normandie avec une variation de +1,6 %". Toutefois cette moyenne régionale ne doit pas occulter des données différentes d'un département à l'autre. 

Le nombre de contamination pour 100 000 habitants est largement en baisse dans l'Orne et dans l'Eure et se calme en Seine-Maritime. Une nette progression, au contraire, est observée dans la Manche et Calvados qui étaient les moins impactés les précédentes semaines.

En donnée pour 100 000 habitants, on est à 350 en Normandie, 271 dans le Calvados et 245 dans la Manche. A 410 en Seine-Maritime et 414 dans l'Eure, 326 dans l'Orne.

L'Orne et l'Eure sont à la baisse
L'Orne et l'Eure sont à la baisse © ARSNormandie

Le nombre de personnes hospitalisées progresse toujours, avec au 5 avril, 1 540 personnes hospitalisées pour COVID-19 (contre 1 418 le 29/03 = + 122) et un nombre de personnes en réanimation qui augmente également à un niveau élevé : 201 personnes COVID+ en réanimation et soins critiques (contre 186 le 29/03 : + 15).

Le niveau global des hospitalisations est désormais très supérieur à celui enregistré lors du pic de la deuxième vague. Au cours des dernières 48h, cette tendance s'est accentuée : 214 personnes sont aujourd'hui hospitalisées en soins critiques, + 13 en 24h.

ARS Normandie

Le variant britannique largement majoritaire
Le variant britannique largement majoritaire © ARS Normandie

Déprogrammation dans tous les hopitaux normands

"Dans ce contexte, l’ARS Normandie enjoint de plus en plus d’établissements de santé à hisser leur capacité de réanimation et de médecine au 3ème palier du plan régional de mobilisation COVID. Après la Seine-Maritime et l’Eure, le niveau 3 vient d’être activé pour tous les hôpitaux et cliniques du Calvados et de la Manche. Cette mesure entraine la déprogrammation de 30% de l’activité chirurgicale non urgente et vise à anticiper l’afflux de patients Covid, ainsi qu’à organiser en commun, par le partage des blocs opératoires et le transfert de professionnels, la continuité des activités non Covid les plus prioritaires", explique l'Agence Régionale de Santé. 

De 15000 injections par jour, en moyenne, en mars, à plus de 23 000 en avril, promet l'ARS
De 15000 injections par jour, en moyenne, en mars, à plus de 23 000 en avril, promet l'ARS © ARSNormandie

 

65 % des normands âgés de 75 ans et plus ont reçu une première dose de vaccin. Chez les 70-74 ans, éligibles sans condition à la vaccination depuis le samedi 27 mars, le taux de vaccination atteint 41,8 %.

ARS Normandie

Seul les personnes de plus de 50 ans, ou dans cinquantième année, avec des comorbidités, peuvent prétendre à la vaccination aujour'hui. "La campagne vaccinale va s’accélérer en avril avec une augmentation significative des approvisionnements entre mars et avril, permettant de passer de près de 15600 injections par jour en moyenne au mois de mars à près de 23 400 en avril", promet l'ARS. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19