Covid-19 : l'épidémie se stabilise en Normandie, mais reste inégale et fragile selon les départements

La situation épidémique en Normandie reste précaire selon l'Agence Régionale de Santé. Si le taux d'incidence a baissé cette semaine, l'Orne et la Seine-Maritime connaissent des situations délicates.

Un des centres éphémères de dépistage Covid-19 installés en Normandie. Exemple au gymnase de Luneray (Seine-Maritime) le 10 avril 2021.
Un des centres éphémères de dépistage Covid-19 installés en Normandie. Exemple au gymnase de Luneray (Seine-Maritime) le 10 avril 2021. © Patrice Cornily / France Télévisions (images extraites d'une vidéo)

Est ce la chute du nombre de personnes testées le week-end de Pâques qui explique la baisse du taux d'incidence du virus en Normandie ? L'Agence Régionale de Santé reste en tout état de cause prudente sur l'interprétation des derniers chiffres hebdomadaires de l'épidémie, rendus publiques ce mardi 13 avril.

Vers une stabilisation de l'épidémie ?

Si la circulation virale a tendance à diminuer ces derniers jours, la situation régionale n'est pas uniforme. Alors que l'Orne enregistre une progression de 7% de son taux d'incidence, le Calvados, la Manche, l'Eure et la Seine-Maritime ont vu leur taux baisser. La Normandie affiche donc un taux d'incidence encourageant en baisse de 11,9% par rapport à la semaine précédente.

Normandie : - 11,9 % (taux d’incidence SPF du 04/04 au 10/04 : 312,43) Calvados : -17,2 % (taux d’incidence SPF du 04/04 au 10/04 : 226,19) Eure : -18 % (taux d’incidence SPF du 04/04 au 10/04 : 344,11) Manche : - 4,4 % (taux d’incidence SPF du 04/04 au 10/04 : 236,82) Orne : + 7 % (taux d’incidence SPF du 04/04 au 10/04 : 355) Seine-Maritime : -12,1 % (taux d’incidence SPF du 04/04 au 10/04 : 365,42)

Une évolution qui est à rapprocher des mesures prises au niveau national pour freiner l'épidémie, et qui voient peut-être là leurs premiers effets.

Une tension hospitalière forte

Mais cela n'empêche pas la situation normande de rester fragile, avec des taux d'incidence toujours élévés, et un nombre de personnes hospitalisées en hausse. L'ARS observe un flux croissant d'admissions à l'hôpital pour cause de Covid, et de plus en plus de cas nécessitant une prise en charge en réanimation. La tension hopitalière est très élévée avec 97,1% de capacité de réanimation atteint ces jours ci, contre 83,8% à la date du 6 avril. Le seuil d'alerte -60- est largement dépassé, et les hôpitaux sont dans l'obligation de faire appel à des renforts de personnels.

-Au 12 avril en Normandie1588 personnes sont hospitalisées pour Covid-19 (+48), dont 233 en réanimation (+32)

-La situation est particulièrement critique en Seine-Maritime avec 787 personnes hopitalisées et 127 en réanimation.

© ARS Normandie

Tester, alerter, protéger : l'importance du dépistage

Le taux de positivité continue de progresser pour atteindre 8,79%, ce qui accrédite une circulation toujours active du virus sur le territoire. L'ARS rappelle l'importance du dépistage dans la lutte contre l'épidémie pour repérer précocement les cas et limiter de nouvelles transmissions.

Avec ou sans symptôme, au moindre doute faites-vous tester martèle l'Agence Régionale de Santé. C'est possible gratuitement dans l'un des sites de dépistages éphémères de Normandie, muni d'une carte d'identité et d'une carte vitale. Des sites mobiles sont également déployés sur la région.

Où en est la vaccination ?

-  818 504 injections ont été effectuées à la date du 12 avril en Normandie (606 587 primo injections et 211 917 secondes injections).

- 70% des Normands agés de 75 ans et plus ont reçu une première dose; ils sont 57,3% chez les 70/74 ans.

- L'ensemble des résidents en Ehpad ont reçu une première dose de vaccin, 83% la seconde

- Depuis le 12 avril la vaccination est étendue à toutes personnes de 55 ans et plus, sans conditions particulières

- La vaccination est toujours ouverte aux personnes âgées de 50 à 54 ans présentant des risques de formes graves, aux personnes majeures présentant une pathologie à haut risque, aux femmes enceintes à partir du 2ème trimestre de grossesse, aux résidents de MAS et FAM quel que soit leur âge et aux professionnels de la santé et du médico-social, ainsi qu'aux aides à domicile et aux pompiers.

La vaccination reste possible pour les personnes éligibles : chez les professionnels de santé -médecins, infirmiers, pharmaciens-, médecins du travail, établissements de santé, et centre de vaccination en prenant rendez-vous sur internet ou par téléphone. 

*www.santé.fr 

*02 79 46 11 56 de 8H à 18H du lundi au vendredi

*0800 009 110 numéro vert de 6h à 22H 7 jours sur 7

Pour les personnes ne pouvant se déplacer, l'ARS maintient et renforce les opérations de "aller-vers" ces publics en difficultés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société région normandie