Covid 19 : la circulation du virus continue d'augmenter en Normandie pour la troisième semaine consécutive

Publié le Mis à jour le

Depuis le 8 juin 2022, l'Agence Régionale de Santé relève une hausse du taux d'incidence en Normandie. A l'approche des vacances d'été, ce rebond épidémique se confirme et s'amplifie au fil des semaines. La situation à l'hôpital reste toutefois sous contrôle.

Ce mardi 22 juin 2022, le ministère de la santé a jugé utile lors d'un point presse de battre le rappel de la campagne de rappel vaccinal contre le Covid-19. Un quart seulement des personnes éligibles aux nouveau rappel (les personnes de plus de 60 ans et les immunodéprimés) ont reçu leur injection (la quatrième). Ce taux est jugé "clairement insuffisant" selon le gouvernement, qui a appelé mardi les plus âgés à recevoir l'injection "le plus vite possible". Moins de 2,2 millions de seconds rappels ont été injectés, sur plus de 8,7 millions de personnes éligibles. "Ça ne va pas assez vite, il n'y a pas suffisamment de gens qui viennent se faire vacciner", s'est inquiété le ministère de la Santé lors d'un point presse.

Cette inquiétude survient alors qu'une reprise de l'épidémie est observée en France. En une semaine, le nombre de nouveaux cas de Covid en France a bondi ainsi de près de 50%, avec près de 50 000 nouvelles infections par jour en moyenne. Interrogée ce mercredi par nos confrères de Franceinfo, l'infectiologue Anne-Claude Crémieux estime qu'il s'agit "très clairement d'une reprise épidémique qui est liée à l'arrivée de nouveaux variants de la famille Omicron, qui s'appellent BA4 BA5 (...)Des variants qui diffusent plus vite."

En Normandie, l'Agence Régionale de Santé a relevé le 8 juin dernier un retour à la hausse du taux d'incidence après plusieurs semaines de baisse. Cette tendance s'est confirmée et amplifiée au fil des semaines.  Sur les sept derniers jours, le taux d'incidence a progressé de 39% (contre 30 la semaine précédente). Il est aujourd'hui de 387 cas pour 100 000 habitants.

Aucun département n'est épargné

Cette hausse du taux d'incidence est observée dans tous les départements normands. Comme la semaine précédente, c'est la Manche qui est la plus touchée avec une augmentation de près de 50% en l'espace d'une semaine.

  • Calvados :  + 42,1 % (taux d’incidence: 430,4 cas pour 100 000 habitants)
  • Eure : + 39,7 % (taux d’incidence : 367,6 cas pour 100 000 habitants)
  • Manche : + 48,1 % (taux d’incidence  : 440,4 cas pour 100 000 habitants)
  • Orne : + 29,2 % (taux d’incidence : 279,5 cas pour 100 000 habitants)
  • Seine-Maritime : + 34,7 % (taux d’incidence : 375,1 cas pour 100 000 habitants)

Le taux de reproduction du virus (R) est lui aussi en hausse. Désormais, une personne malade en contamine 1,4 (contre 1,29 la semaine précédente)

Pas encore de grosses tensions sur les hôpitaux

Ce rebond de l'épidémie ne génère pas encore de fortes tensions sur les hôpitaux normands, même si l'Agence Régionale de Santé note une augmentation des entrées en hospitalisation conventionnelle. Globalement, les hospitalisations sont en baisse et "le rythme des entrées en réanimation reste peu élevé et stable". Au 20 juin, 949 personnes atteintes du Covid-19 étaient hospitalisées (contre 1 026 la semaine précédente), dont 31 en réanimation (34 lors du dernier point de situation).

Quatrième dose pour les seniors et masque

Compte tenu de cette reprise de l'épidémie qui, on le rappelle, s'intensifie au fil des semaines, les autorités sanitaires recommandent vivement aux personnes de plus de 80 ans de faire un second rappel vaccinal.

Cette quatrième dose est ouverte aux personnes de plus 60 ans et aux immunodéprimés. L'ARS souligne également, dans son dernier point de situation, l'importance du masque (qui n'est aujourd'hui obligatoire que dans les établissements de santé) "dans les situations de grande promiscuité, dans les lieux clos et mal ventilés, et en particulier en présence de personnes fragiles". Certaines personnes à haut risque de développer une forme grave du Covid-19 peuvent toujours recevoir gratuitement des masques FFP2, sur prescription médicale.