Agnès Buzyn, ministre de la santé, attendue ce lundi à la maternité de Bernay (Eure)

La visite ministérielle comprend deux étapes : Pont-Audemer puis Bernay où l'avenir de la maternité reste toujours en suspens
 

Agnès Buzin, ministre des solidarités et de la santé
Agnès Buzin, ministre des solidarités et de la santé © Photo : Matthieu BOTTE / MAXPPP
Le président de la République, lors de sa rencontre marathon le 15 janvier 2019 avec les maires normands à Grand- Bourgthéroulde, avait évoqué le cas de la fermeture de la maternité de Bernay.

Lisieux et Evreux sont des endroits où l'on peut accoucher dans de bien meilleures conditions et en plus grande sécurité


Prudent, Emmanuel Macron, tout en ne promettant rien de concret, avait annoncé qu'il allait demander à la ministre des Solidarités et de la Santé de venir à Bernay pour étudier la question des postes et des besoins.
   

Des mois de mobilisation et d'actions

La question de la possible fermeture de la maternité du centre hospitalier de Bernay est un sujet sensible. Après la mobilisation des salariés en 2018, le maire de Bernay avait, tout début janvier 2019, avant le grand débat du président de la République dans l'Eure, assigné la ministre de la Santé en justice pour dénigrement.
C'est dans ce contexte tendu qu'Agnès Buzyn arrive ce lundi matin (18 février).
En milieu de matinée la ministre arrivera ensuite au centre hospitalier de Bernay pour une visite du service des urgences et de la maternité.
⇒ Plus d'infos à venir avec le reportage, sur place, d'une équipe de la rédaction de France 3 Normandie

Maternité ou reconversion ?

Un peu avant 19h, invitée sur le plateau de la chaîne LCI à la veille de sa venue dans l'Eure, Agnès Buzyn a évoqué le cas de l'avenir des "petits" établissements hospitaliers. La ministre des Solidarités et de la Santé a déclaré " nous souhaitons réinvestir dans les petits hôpitaux de proximité".

Une évolution qui s'inscrit dans le "plan santé 2022" décrit le 12 février dans un tweet :

D'ici 2022, 500 à 600 hôpitaux de proximité seront renovés et labellisés.
Dans chaque territoire, ils seront le lieu d'accès à des soins de proximité pour chacun, et un lieu d'exercice commun permettant aux professionnels de santé de mieux travailler ensemble.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société ruralité emmanuel macron politique