• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Des aimants pour soigner les vaches, une pratique courante en Normandie

La vétérinaire fait ingérer à la vache un aimant inférieur à 100 grammes pour récupérer les bouts de ferraille présents dans sa panse. / © France 3 Normandie
La vétérinaire fait ingérer à la vache un aimant inférieur à 100 grammes pour récupérer les bouts de ferraille présents dans sa panse. / © France 3 Normandie

La pratique semble insolite, elle est pourtant répandue dans le monde agricole. Des aimants installés dans la panse des vaches permettent de récupérer tous les bouts de ferraille qu'elles ingèrent. Un éleveur de l'Eure témoigne.

Par Véronique Arnould

Clous, fil de fer, bouts de canettes ... les prairies où pâturent les vaches recèlent de mauvaises surprises. On appelle cela de la pollution métallique, engendrée par de mauvaises pratiques (canettes jetées au sol par exemple) mais aussi l'usure des barbelés. Les bêtes sont suceptibles de manger ces bouts de fer, cette ferraille risque enuite de percer leur pancréas et poser de sérieux problème de santé.

 Quand les vaches ont un souffle cardiaque, on se rend compte que les déchets métalliques peuvent en être la cause. La ferraille traverse le diaphragme, inflamme le pérycarde et peut provoquer des problèmes cardiaques -  Emmanuel Vauldoir, vétérinaire

 
Des aimants pour soigner les vaches, une pratique courante en Normandie
La pratique semble insolite, elle est pourtant répandue dans le monde agricole. Des aimants installés dans la panse des vaches permettent de récupérer tous les bouts de ferraille qu'elles ingèrent. Un éleveur de l'Eure témoigne.
Les éleveurs sont nombreux à faire appel aux vétérinaires pour cette opération, les bêtes conservent ensuite toute leur vie ces aimants qui permettent de récupérer la ferraille.

Les vaches poubelles


L'association Robins des bois a déjà alerté sur cette pollution néfaste au bien-être animal. En ligne de mire notamment les déchets et les stockages polluants, comme ceux de vieux pneus. En se délitant, ces pneus sont source de pollution métallique. En France, 60 000 bêtes seraient victimes de tumeurs et d'infections liées à cette pollution.

En France, l’Ademe estime qu’il y a environ 800.000 t de pneus hors d’usage dans les élevages, soit environ 80 millions de pneus qui exposent les animaux et pas seulement les bovins à l’ingestion accidentelle de 120.000 t de fils d’acier qui se délitent au fil du temps et sortent de la gomme cuite par l’usure, les pluies et le soleil - Association Robins des Bois.

80 000 tonnes de vieux pneus en Seine-Maritime


Conscients de ce problème, le syndicat majoritaire FNSEA lance actuellement une opération de recyclage des pneus. En Seine-Maritime, les agriculteurs ont donc décidé de s'y associer. A Foucarmont, les opérations de collecte commenceront en novembre et décembre prochain. Tous les pneus à recycler seront regroupés dans 8 sites dédiés. Ils seront ensuite acheminés vers un centre de reconditionnement avant d'être reyclés en cimenterie. 

 

Sur le même sujet

Interview d'un agriculteur converti au bio grâce à Danone

Les + Lus