Désertification médicale : l'Eure est le département qui compte le plus petit nombre de médecins par habitant

Le département de l'Eure est celui qui compte le moins de médecins par habitants en France, selon une étude de l'association des maires de France (AMF) rendue publique ce mardi 8 décembre. On y dénombre 94 médecins pour 100 000 habitants.
Illustration. Selon une étude de l'Association des maires de France, l'Eure et l'Orne possèdent trop peu de médecins généralistes pour 100 000 habitants.
Illustration. Selon une étude de l'Association des maires de France, l'Eure et l'Orne possèdent trop peu de médecins généralistes pour 100 000 habitants. © Jean François Ottonello/MaxPPP
La triste statistique est révélatrice d'une désertification médicale en hausse. Selon une étude de l'Association des maires de France (AMF) et de la Mutualité française, le phénomène s'est accélérée en France.

"L'offre (de soins) est mal répartie sur le territoire et elle se rétracte inexorablement", a affirmé Séverine Salgado, directrice santé à la Mutualité française, lors de la présentation du premier baromètre santé réalisé avec l'Association des maires de France (AMF). 

"La conséquence directe c'est que 11,1 % des Français habitaient dans un désert médical" en 2019, année sur laquelle porte l'étude, soit 7,4 millions de Français contre 5,7 millions en 2016 (8,6 %). "Il y a une accélération de la désertification médicale", a-t-elle constaté.
 
Ces chiffres sont plus importants que ceux de la statistique publique (Drees) qui estimait en février à 3,8 millions de personnes le nombre de Français vivant dans un désert médical en 2018.

L'Eure bien en-dessous de la moyenne nationale

Selon le baromètre, la France dénombre en moyenne 151 médecins généralistes pour 100 000 habitants, mais les écarts sont très importants entre les départements. Celui de l'Eure est celui qui en compte le moins (94) et celui des Hautes-Alpes est celui qui en dispose de plus (248).

L'Orne fait également face à une "carence" de médecins généralistes. Selon l'étude, le département se situe dans les plus délaissés avec entre 94 et 129 médecins pour 100 000 habitants.

"Nous savions le désert médical. Nous savions aussi la dégradation dans certaines régions", réagit François Baroin, le président de l'AMF avant d'ajouter : "Nous avons formulé des propositions en termes de réorganisation de santé."
 
Définition d'un désert médical
La définition d'un désert médical diffère selon les données analysées. Mais la direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (DREES) propose une mesure basée sur une accessibilité inférieure à 2,5 consultations par an et par habitant.
D'après cette mesure, en 2017, 8 % de la population résidait dans une commune sous-dense en médecins généralistes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société