Cette coiffeuse de l'Eure explique pourquoi elle ira manifester à Paris

Seule coiffeuse de sa commune, Sandrine a refait la vitrine de son salon avec des paquets de nouilles et des rouleaux de papier toilette…
 

17 novembre 2020 – La devanture du  salon de coiffure de Sandrine à Bueil (Eure)
17 novembre 2020 – La devanture du salon de coiffure de Sandrine à Bueil (Eure) © Eric Lombaert / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)
Interdits de travailler pour cause de reconfinement, de nombreux commerçants réclament la réouverture de leur boutique, au plus tard, le 1er décembre.

Vendredi prochain (20 novembre 2020)  ils comptent se rendre à Paris pour, à partir de 14h, manifester devant l'Assemblée nationale.
Parmi ces commerçants il y a aura Sandrine. Elle tient depuis plus de 10 ans le seul salon de coiffure de Bueil, une commune située dans la vallée de l'Eure, entre Evreux et Mantes.

L'angoisse de la fermeture

Sandrine, comme ses autres collègues français, a été contrainte de fermer son salon. Un deuxième confinement qui a de lourdes conséquences.
Psychologiques et financières.
 
À 43 ans, la cheffe d'entreprise a perdu son sourire. Le premier confinement dû à la pandémie de Covid-19 a été désastreux. Le second sera catastrophique ! Elle n'ose même plus faire ses comptes.
Elle est à bout… 
durée de la vidéo: 01 min 57
VIDEO : une coiffeuse de l'Eure au bout du rouleau. Reportage : Viviane Dauphoud-Eddos et Eric Lombaert (montage : Marie-Céline Varin)

Via les réseaux, je garde contact avec ma clientèle qui me soutient beaucoup.
Et ça m'aide parce que sinon, on pleure tout le temps et c'est compliqué.
C'est dur de garder le moral"

Sandrine Duval,
gérante du salon de coiffure Métamorphose à Bueil (Eure),
le 17 novembre 2020

"Dur, oui de garder le moral, surtout quand on lit des choses comme par exemple, tout à l'heure, cette barbière de Liège qui s'est suicidée, ben, ça ne devrait pas exister…   

Ou cette consœur qui met en vente son salon, avec 15.000 euros de dettes et qui ne sait pas comment elle va nourrir ses enfants.
Si on ne rouvre pas au 1er décembre, je crains d'être dans la même situation, oui…"
VIDEO - 4 novembre 2020 : manifestation de commerçants à Duclair et Fécamp (Seine-Maritime)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement confinement société coronavirus/covid-19