Tous à poil : des commerçants posent nus pour alerter sur leurs difficultés

Aux Andelys, à Tourny, au Havre ou à Bolbec ... nombreux sont les commerçants déplumés par la crise qui ont décidé de "se mettre à poil". Ils posent nus pour marquer les esprits et alerter sur leur situation.

© Ucial Les Andelys
La photo sera affichée à partir de ce lundi 16 novembre dans tous les commerces de la ville des Andelys.
En vitrine bien sûr !

Une quarantaine de commerçants ont posé nu devant l'emblême de la ville, Château-Gaillard, pour prouver à tous et en premier lieu au gouvernement, qu'ils ont beaucoup perdu depuis la fermeture de leurs commerces.
De l'argent, de l'énergie, des clients..mais pas leur sens de l'humour !
Car il s'agit d'alerter sur l'incongruité de leur situation bien plus que de s'exhiber.

Alors que les grandes surfaces accueillent toujours leurs clients, les petits commerçants ont baissé leur rideau de fer.
"C'est aberrant cette situation. Un marchand de jouets peut faire entrer ses clients un par un, chacun son tour en respectant les consignes sanitaires, mais lui doit fermer. A côté de ça on autorise les gens à prendre des trains et des métros bondés, ça tient pas debout !"
s'indigne Gérard Loison, le vice président de l'Ucial des Andelys, l'union des commerçants de la ville.

Aux Andelys, les élus de proximité soutiennent les commerçants, et c'est donc au gouvernement que s'adressent les mécontents : boulangers, coiffeurs, restaurateurs, bijoutiers, garagistes. 
"Les supermarchés sont en périphérie de la ville, et même si la ville a mis en place avant le confinement une navette pour que les personnes non motorisées puissent s'y rendre, les petits commerces de proximité sont essentiels pour les personnes agées" continue Gérard Loison.
Plusieurs petits commerces de vêtements se sont ouverts récemment dans la commune, et n'ont droit à aucune aide. Gérard Loison craint qu'aussitôt ouverts ils doivent déjà fermer.

#Artisanapoil,  #moncoiffeurapoil

Chacun y va de son hashtag pour médiatiser la cause des petits commerçants.
C'est un coiffeur havrais, Jean-Charles Gérard qui a lancé le hashtag #moncoiffeurapoil sur les réseaux sociaux, et le mouvement a pris de l'ampleur un peu partout en France.

 "On commence à poil, parce que là on y est, au sens propre du terme : on n'a plus un rond… On va donc se mettre à poil pour de vrai, pour sensibiliser les gens à notre fragilité…"
durée de la vidéo: 01 min 08
VIDEO : interview de Jean-Charles Gérard, le coiffeur havrais qui a fait le buzz après sa photo où il pose "à poil"
 Posté sur le Facebook du salon de coiffure de Jean-Charles Gérard "The Torture garden"le 4 novembre dernier, le hashtag a été vu 150 000 fois en 24 heures.
Dans la région, ces ont aussi deux coiffeurs bayeusains qui ont suivi le mouvement et se sont dénudés à leur tour.La profession qui avait pris toutes les mesures sanitaires nécessaires au moment du déconfinement, rappelle qu'aucun cluster n'a été détecté chez un artisan coiffeur.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement société