Eure : davantage de violences intra-familiales et d'escroqueries en 2020

Publié le

Le bilan de la sécurité publique dans l'Eure, dressé par la préfecture ce vendredi 29 janvier, a mis en lumière une augmentation des violences intra-familiales et des escroqueries sur Internet en 2020. Les cambriolages, eux, ont diminué.

Le bilan 2020 de la sécurité publique dans le département de l'Eure a été dévoilé ce vendredi 29 janvier matin par le préfet, Jérôme Filippini, la police nationale et la gendarmerie du département.

Les résultats ont révélé une hausse de violences sexuelles de 20,40 % entre 2019 et 2020, soit 472 faits l'année dernière. Il s'agit surtout de violences intrafamiliales. Les autorités l'expliquent en partie par une libération de la parole des victimes. Mais, le contexte de cette année 2020 marquée par les confinements explique également cette nette hausse des violences.

"Les victimes sont encouragées à porter plainte et leur démarche est facilitée depuis le Grenelle contre les violences faites aux femmes", ajoute le communiqué de presse de la préfecture.

Plus d'escroqueries et plus d'atteintes à l'intégrité physique

Autre conséquence du confinement, de l'essor du télétravail et des transactions numériques : les escroqueries économiques et financières ont, elles, aussi augmenté. En tout, 2 117 faits ont été recensés en 2020. Soit une augmentation de 15 % par rapport à l'année précédente. Les arnaques sur Internet ont augmenté de 8 %.

"Les atteintes volontaires à l’intégrité physique ont représenté 2 959 faits, en augmentation de 13,85 % depuis 2018", ajoute la préfecture de l'Eure.

Côté route, le nombre de morts et de blessés ont baissé. 29 personnes sont décédées dans des accidents de la route en 2020, contre 33 en 2019. Mais pour le préfet, ces chiffres ne sont pas satisfaisants au vu du nombre de jours de confinement limitant la circulation. 

Les points positifs dans l'Eure

Dans l'Eure, comme en France, les atteintes aux biens et aux personnes sont en baisse : moins 20 % pour les vols avec violence, moins 9 % de vols de véhicules.

Enfin, concernant la délinquance, elle est en baisse mais des nouveautés inquiètent : l'emploi de mortiers et de feux d'artifice contre les forces de l'ordre. La nuit du 13 juillet dernier, marquée par de nombreuses violences urbaines à Evreux, a été un épisode majeur. Depuis, les phénomènes se répètent, et les forces de l'ordre ont essuyé, notamment durant l'automne, plusieurs tirs de mortiers ou de feux d'artifice.

Les policiers et les gendarmes font remarquer, de concert, que les refus d'obtempérer se multiplient. Un comportement qui, selon eux, touche désormais toutes les catégories sociales et tous les âges.