• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

TEMOIGNAGES - Ce que les habitants de Grand Bourgtheroulde veulent dire à Emmanuel Macron

Mardi 15 janvier 2018, Grand Bourgtheroulde sous haute protection pour la venue d'Emmanuel Macron. / © France 3 Normandie/Mathilde Riou
Mardi 15 janvier 2018, Grand Bourgtheroulde sous haute protection pour la venue d'Emmanuel Macron. / © France 3 Normandie/Mathilde Riou

Nous sommes allés à la rencontre des habitants de Grand Bourgtheroulde dans l’Eure, ville choisie par Emmanuel Macron pour lancer le grand débat national. La plupart d'entre eux reste sceptique.

Par Mathilde Riou

"La politique reste un autre monde"


Julie, mère de famille travaille et habite à Grand Bourgtheroulde, elle a fait le choix de ne pas mettre son enfant aujourd’hui à l’école. Dans l’école maternelle de son fils, beaucoup de parents ont fait comme elle. Cette femme de 32 ans dit comprendre le mouvement des gilets jaunes. Même si elle ne va pas manifester, elle a son gilet jaune en évidence derrière son pare-brise. Ce mardi après-midi, elle restera chez elle avec son enfant âgé de 5 ans par peur d’éventuels débordements. Son employeur a décidé de fermer l’entreprise car beaucoup de salariés ne pouvaient pas se rendre sur leur lieu de travail en raison des mesures de sécurité déployées avec la venue d'Emmanuel Macron à l'occasion du lancement du grand débat national.
 

On ne peut pas dire aux habitants de petites communes de faire des efforts quand on voit comment sont rémunérés les hommes politiques.
Il faut plus taxer les entreprises qui ne payent pas d’impôt et si on parle de l’essence, c’est une charge obligatoire pour des gens comme nous qui vivons en zone rurale.
La politique reste un autre monde, éloigné de la réalité. Je trouve qu’Emmanuel Macron a été long à intervenir. C’est bien qu’il vienne aujourd’hui à Bourgtheroulde. S’il n’était pas venu, on lui aurait reproché,. Mais s’il vient et que malheureusement rien n’est fait, alors le mouvement des gilets jaunes va continuer. 
 

 

"Il n'y a pas de travail pour les Français ! Même pour ceux qui ont des diplômes"


Jean-Claude et Viviane, retraités, vivent à Grand Bourgtheroulde depuis 41 ans. Il était chauffeur routier et sa femme travaillait dans le milieu hospitalier. Ils ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Pour Viviane, ça a commencé avec l’euro puis ça s'est poursuivi avec l’accumulation des taxes. Son mari, lui, vise les "assistés" qui profitent du système et "vivent sur les impôts des Français". Il va plus loin en apportant sa solution :

Il faut réduire l’immigration car il n’y a pas de travail pour eux, déjà qu’il n’y en a pas pour les Français ! Même pour ceux qui ont des diplômes...


Quand on demande au couple normand s’ils ont rempli le cahier de doléances, ils répondent que non car ils n’ont pas accès à internet. C’est d'ailleurs à la télé qu’ils ont appris qu’Emmanuel Macron venait dans leur ville.

Je crois qu’on va rester chez nous par mesure de sécurité et je pense aussi qu’on ne mange pas le même potage. Sur des pièces de monnaie, il y a écrit liberté, égalité, fraternité mais il faudrait changer aujourd’hui en remplaçant par dictature, oppression, condamnation... Mais ça, Emmanuel Macron n’est pas capable de l’entendre : il impose sa volonté ! 

Jean-Claude arbore aussi un gilet jaune sur son pare-brise mais il l’a enlevé ce mardi.
 


"Ça reste notre Président de la République, c’est un honneur de le recevoir."

Installée depuis 10 ans à Grand-Bourgtheroule, Gwenaelle, boulangère, a décidé de ne pas fermer son commerce ce mardi après-midi, contrairement à d’autres commerçants de la ville. Elle se dit honorée de la visite d’Emmanuel Macron. Hormis la forte présence des forces de l’ordre ce matin, c’est une journée habituelle pour elle, même si les clients parlent forcément de cette visite :

On peut comprendre la colère des gilets jaunes : nous-mêmes touchons le RSI, nous avons beaucoup de charges et moins d'avantages qu’un salarié, notamment en terme de chômage et de retraite... Mais je ne fais pas partie de leur mouvement. Ça reste notre Président de la République et c’est un honneur de le recevoir.
 

"On sent bien que c’est un plan com !"

Bruno, marié et père de deux enfants habite également à Grand-Bourgtheroulde. Il soutient les gilets jaunes et a parfois manifesté avec eux :

La venue d’Emmanuel Macron ne me fait rien ! J’attends des actes, on sent bien que c’est un plan de com ! Il essaie de donner aux Français l’impression de s’intéresser à eux mais ils commencent à comprendre que sa politique est un plan d’austérité. Monsieur Macron devrait prendre en considération les aspirations des Français ! A force de faire les poches des gens, les poches seront définitivement vides et on assistera à une révolte tout autre que celle que nous avons connue ces dernières semaines. L’Histoire l’a déjà dit !

Il y a beaucoup d’argent en France mais il est mal réparti. Il me semble que Monsieur Macron se trompe de cible. Il n’y a pas d’équité dans ce pays. Il est normal d’être taxé et de payer des impôts pour financer les services publics mais les gens en ont ras-le-bol. Il faut moins de cadeaux fiscaux.


Lancé ce mardi 15 janvier à Grand Bourghteroulde, le grand débat national doit durer jusqu'au 15 mars, date de sa clôture annoncée. Les Français peuvent y participer par internet sur le site granddebatnational.fr ainsi que par écrit.
Aussi, un numéro d'information a également été mis en place, il s'agit du 0800 97 11 11.
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Thomas Pesquet de retour dans l'espace ?

Les + Lus