Depuis dix ans sans commerce, une petite commune de l'Eure va revivre grâce à sa nouvelle épicerie

En France, plus de 60% des communes ne disposent pas de commerces de proximité. C’est le cas de Saint-Deni-le-Ferment, près de Gisors, dans l’Eure. La commune a été retenue pour recevoir une aide de l’Etat. Grâce à ce coup de pouce financier, elle va pouvoir lancer une épicerie participative et citoyenne dès la rentrée de septembre.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Saint-Denis-le-Ferment, petit village niché au cœur de l’Eure, serpenté par la rivière Lévrière. 500 habitants, une mairie, une église et une école. Mais pour retrouver l’âme d’autrefois, tous, ici, regrettent le manque de commerce. Le dernier a fermé il y a dix ans.

En juin 2023, la Première ministre a détaillé différentes mesures pour venir au secours de nos campagnes, dont un plan de soutien de 12 millions d’euros pour aider à l’installation de magasins. Selon un chiffre communiqué par le ministère de l’Économie, 62% des communes, soit plus de 21.000, sont actuellement dépourvues de commerces, contre 25% en 1980.

Parmi les communes choisies par le Plan France ruralités, dix sont en Normandie, dont deux dans l’Eure. A Saint-Denis-le-Ferment, 6.000 euros vont être injectés pour installer une épicerie citoyenne et participative sur la place centrale du village. Cette aide financière permettra de métamorphoser un local, aujourd’hui, vide et inutilisé, et réveiller la commune. "Ça va permettre d’insuffler de la vie", se réjouit, d'avance, la maire du village, Nathalie Thébault.

On a autant d'idées que les grandes villes, mais pour nous c'est difficile de les développer, on a moins de main-d'œuvre et de moyens, donc le fait d'être accompagné par l'Etat, pour nous c'est l'assurance que notre projet est viable".

Nathalie Thébault, maire de Saint-Denis-le-Ferment

Pour que la vallée de la Lévrière se réveille

Les travaux auront lieu cet été, pour une ouverture espérée à la rentrée en septembre. L'édile imagine déjà "les enfants rentrer dans l'épicerie pour manger un bonbon ou acheter un goûter", les parents qui rentrent tard du travail, pourront aussi faire leurs courses...L'idée est que le commerce ouvre en horaires décalés pour s'adapter au rythme de chacun des administrés. 

Dans deux ans, l’épicerie changera de lieu pour s’installer définitivement à la ferme des Gruchets, un site de trois hectares acheté il y a deux ans par la commune.