Sébastien Lecornu répond à Najat Vallaud-Belkacem

Hier, lundi (29 août), lors de sa conférence de presse de rentrée, la ministre de l'éducation a montré du doigt les décisions prises par le conseil départemental de l'Eure en matière d'aides à la cantine ou de transport scolaire. Le président du département lui a répondu sans attendre.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dans un discours offensif, Najat Vallaud-Belkacem a fustigé les programmes des candidats à la primaire de droite en matière d'éducation et est même allée jusqu'à citer en (mauvais) exemple la Seine-Maritime et l'Eure. Selon elle, les présidents de ces conseils départementaux de droite ont sacrifié les aides à la cantine ou aux transports :

Dans le département de Seine-Maritime, la suppression des bourses départementales des collégiens touche 5.000 familles, et pas les plus aisées, vous vous en doutez. Dans le département de l'Eure - celui de Bruno Le Maire (candidat à la primaire de droite, ndlr) - ce sont les bourses aux lycéens qui ont été supprimées. 2.000 familles sont touchées".


Pour voir l'intégralité de la conférence de presse de rentrée de Najat Vallaud-Belkacem (elle évoque la Seine-Maritime et l'Eure à 14 minutes et 40 secondes) :

 

La réponse de Sébastien Lecornu


Le président du conseil départemental de l'Eure, Sébastien Lecornu, n'a pas tardé à lui répondre, dans un communiqué publié dans la soirée :

Contrairement aux allégations de la Ministre, aucune aide à la cantine ou aux transports scolaires destinée aux élèves boursiers n'a été supprimée par le Département de l'Eure. En pointant sciemment du doigt le Département du député Bruno Le Maire, la Ministre a choisi de s'inviter à la primaire des Républicains quitte à lancer de fausses informations."


Et l'élu de poursuivre en précisant que la seule décision qui affecte lors de cette rentrée scolaire les cantines des collèges est le fruit d'un décret pris en mars dernier par le Gouvernement. Ce décret supprime la remise de principe automatique qui était faite aux familles qui ont au moins trois enfants scolarisés dans le secondaire. Selon Sébastien Lecornu, une famille de trois enfants débourserait en moyenne 300 euros de plus par an pour ses dépenses de cantine.

Il conclut en demandant des excuses de la ministre.

Le reportage de Frédéric Lafond et Eric Lombaert (montage - Pierre Cadinot), avec les interviews de :
  • Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education Nationale
  • Sébastien Lecornu, président du Conseil Départemental de l’Eure (Les Républicains)
  • Laurent Baussier, délégué Eure Syndicat National Force Ouvrière des Lycées et des Collèges
©France 3 Normandie

 

Sébastien Lecornu persiste et signe
Ce mardi 30 août, le président du conseil départemental de l'Eure a publié un nouveau communiqué adressé à la ministre de l'Education nationale. en voici le contenu :

"Contrairement aux propos rapportés par l'AFP, aucune aide n'a été supprimée concernant la cantine ou les transports scolaires dans le Département de l'Eure.  On a effectivement supprimé les bourses aux étudiants et lycéens (l'Eure était un des derniers départements à le faire) mais surtout simplifié les démarches pour les familles de collégiens qui sont la compétence première du département. On devrait ainsi passer de 3000 à 5000 collégiens boursiers sur le département et on a augmenté le budget en conséquence (800K€ en 2015, 1.2M€ pour 2016). De leur côté les lycéens et étudiants se verront  attribuer des bourses par la Région Normandie dont c'est la compétence.     

Le conseil départemental de l'Eure  a choisi de se recentrer sur ses collégiens car, comme toutes les autres collectivités territoriales, il doit faire face à la baisse des dotations de l'Etat. Sur trois ans, cela représente une perte sèche de recettes de 30M€. Malgré cette baisse inédite des dotations de l'Etat, le département continue de consacrer chaque année 74M€ pour les collèges mais aussi 5,5 M€  pour aider les communes à rénover ou reconstruire des écoles. 

La Ministre, si prompte à critiquer l'action d'un conseil départemental qui a choisi  de ne pas augmenter la pression fiscale pour compenser le désengagement financier de l'Etat, devrait montrer autant de mordant pour évoquer son propre bilan : Les 60 000 nouveaux enseignants promis ? Le gouvernement n'arrive pas à les recruter ; La réforme des collèges ? Parents et enseignants se désolent de la disparition des classes européennes, des classes bilangues et du nivellement par le bas dont elle a fait sa marque de fabrique ; La réforme des rythme scolaires ? Des frais supplémentaires pour toutes les communes et une inégalité de traitement pour tous les écoliers.

Finalement Najat Vallaud-Belkacem, a oublié la seule bonne nouvelle de cette rentrée : c'est sa dernière comme Ministre de l'Education Nationale."