Attaque mortelle d'un fourgon pénitentiaire, des morts et un prisonnier évadé : ce que l'on sait

Un fourgon pénitentiaire de Caen a été attaqué au niveau du péage d'Incarville (Eure) mardi 14 mai 2024, près de Val-de-Reuil dans l'Eure. Au moins deux agents pénitentiaires ont été tués, trois autres sont gravement blessés. Les malfaiteurs et un prisonnier sont en fuite. La traque continue pour retrouver l'évadé.

Une opération d'évasion tourne au drame. Un véhicule pénitentiaire, qui effectuait une extraction judiciaire entre Rouen et Evreux, a été attaqué ce mardi 14 mai 2024 vers 11 heures au niveau du péage d'Incarville, près de Val-de-Reuil dans l'Eure, au niveau de l'intersection entre l'A13 et l'A154.

Suivre notre direct

L'essentiel

  • Deux agents pénitentiaires sont morts dans l'attaque d'un fourgon qui transportait un détenu, trois personnes sont gravement blessées, hospitalisées, dont deux avec un pronostic vital engagé.
  • Le fourgon effectuait une extraction judiciaire entre la maison d'arrêt d'Evreux et le tribunal de Rouen. Le commando a frappé sur la route du retour, entre Rouen et Evreux.
  • Le prisonnier évadé est Mohammed Amra, né en mars 1994, connu pour des affaires liées au trafic de stupéfiants. 
  • L'équipe du GIGN, qui s'est rendue sur place, reste engagée pour participer à la traque de l'évadé et de ses complices.
  • Éric Dupond-Moretti s'est rendu au pôle de rattachement des extractions judiciaires (PREJ) du centre pénitentiaire de Caen (Calvados), afin d’aller à la rencontre des personnels
    de l’administration pénitentiaire et de rendre hommage aux agents attaqués dans l’Eure.
  • "Ce matin dans l'Eure, c'est la République qui a été attaquée ", a déclaré le Premier ministre Gabriel Attal devant les députés après une minute de silence à l'Assemblée Nationale
  • La Juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (Junalco) a été saisie de l'enquête, confiée à l'Office central de lutte contre la criminalité organisée (OCLCO) et la police judiciaire de Rouen.

Deux agents tués, un évadé en fuite

D'après nos premiers éléments, deux agents de l'administration pénitentiaire, dont le conducteur, ont été tués lors d'échanges de tirs.  

Selon un bilan provisoire, trois blessés graves sont à déplorer. Ils sont hospitalisés au CHI d'Evreux.

Deux véhicules sont actuellement en fuite avec un prisonnier évadé. Un des véhicules utilisé lors de l'attaque a été retrouvé brûlé à Watteville. Un hélicoptère de la gendarmerie survole la zone.

Le plan Épervier a été mis en place directement après l'attaque, le GIGN doit intervenir en renfort.  

Le prisonnier bien connu de la justice

Le prisonnier évadé est Mohammed Amra, un rouennais né en mars 1994, connu pour des affaires liées au trafic de stupéfiants. Cet homme de 30 ans était détenu pour tentative de meurtre, selon une source proche du dossier. Il a été condamné à 18 mois de prison ferme mardi dernier par le tribunal correctionnel d'Évreux pour vols aggravés.

Il est également mis en examen par ailleurs pour enlèvement et séquestration ayant entraîné la mort. Contrairement à ce qui était indiqué dans un premier temps par le parquet de Paris, cet homme n'était pas classé détenu particulièrement signalé (DPS), selon l'administration pénitentiaire. Il était classé escorte 3, selon cette même source, ce qui signifie 5 agents dont un officier.  

La JUNALCO (Juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée) est saisie de l'enquête sur l'attaque mortelle au fourgon.

Un face-à-face

Le véhicule pénitentiaire effectuait une extraction judiciaire entre la maison d'arrêt d'Évreux et le tribunal judiciaire de Rouen.

Un véhicule a profité de l'arrêt du fourgon pénitentiaire au péage d'Incarville pour foncer dessus avant d'ouvrir le feu.

"C'est toute la pénitentiaire qui est meurtrie "

Les deux agents pénitentiaires décédés laissent derrière eux une femme et deux enfants pour l'un et une femme enceinte de cinq mois pour l'autre.

Le milieu de la pénitentiaire est meurtri par ce tragique événement. "Je pense aux familles, aux collègues, c'est toute la pénitentiaire qui est meurtrie, c'est tous les agents qui ont la gorge nouée, les trois quarts des collègues que j'ai au téléphone pleurent", réagit ce mardi sur franceinfo Vincent Le Dimeet, secrétaire national du Snepap-FSU, l'un des syndicats de l'administration pénitentiaire,

De son côté, le ministre de la Justice adresse toutes ses pensées aux victimes, à leur famille et à leurs collègues.

"C'est la République qui a été attaquée "

Le monde politique réagit. En début d'après-midi, une minute de silence a été effectuée à l'Assemblée Nationale, suivie d'un discours du Premier ministre Gabriel Attal : "Ce matin dans l'Eure, c'est la République qui a été attaquée, c'est l'ordre républicain qui a été pris pour cible, c'est notre justice, c'est le refus de l'impunité sur lesquels on a tiré"

"Tout sera mis en œuvre pour retrouver les auteurs de ce crime abject (…) Nous n'économiserons aucun effort, aucun moyen. Nous les traquerons. Nous les trouverons. Et je vous le dis, ils paieront", déclare Gabriel Attal. 

Emmanuel Macron, le président de la République, s'est également exprimé sur les réseaux sociaux :

Le ministre de la Justice à Caen

Le Garde des sceaux Eric Dupond-Moretti s'est exprimé. "Ils seront interpellés, ils seront jugés et ils seront châtiés à la hauteur du crime qu'ils ont commis."

Il se rend au pôle de rattachement des extractions judiciaires (PREJ) du centre pénitentiaire de Caen, afin d’aller à la rencontre des personnels de l’administration pénitentiaire et de rendre hommage aux agents attaqués dans l’Eure.

Fermeture de l'A154

L'A154 en direction d'Évreux est fermée à hauteur du péage d'Incarville dans les deux sens, indique la Sanef sur ses réseaux sociaux.

.