Le clan Monet, une famille d'artistes au coeur d'une exposition au musée de Vernon

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julie Howlett

A Giverny, Claude Monet a vécu au sein d’une famille recomposée qui compta au fil du temps trois autres artistes : Blanche Hoschedé-Monet, Théodore Earl Butler et Jim Butler. Le musée de Vernon les met à l'honneur à travers une sélection de leurs oeuvres.

Claude Monet s'installe à Giverny le 29 avril 1883 avec sa famille recomposée : ses deux fils, Alice  Hoschedé, sa compagne après le décès de son épouse Camille et les 6 enfants d'Alice.

Blanche, la belle-fille de Claude Monet qui deviendra sa bru est peintre. Elle n'a jamais appris la peinture. Mais elle a vu son beau-père à l'oeuvre et l'a souvent accompagné.

Est arrivée, plus tard la colonie d'artistes américians à Giverny dont Théodore Butler qui a épousé l'une des soeurs de Blanche.Théodore a eu un fils, James.

Ces 4 artistes ont vécu sous le même toit. Ils n'ont pas travaillé ensemble mais ont été influencé par l'impressionnisme de Claude Monet. Théodore et James s'en sont cependant écarté pour aller interroger des modes artistiques plus d'avant-garde comme le fauvisme qui apparaît au début du XXème siècle ou l'expressionnisme.

C'est intéressant de voir comment, en fonction de l'âge d'arrivée dans cette famille, s'exercera l'influence de Claude Monet. Blanche (fille d'Alice, la compagne de Claude Monet) a rencontré Claude Monet alors qu'elle était enfant, à 11 ans. Elle a tout de suite été fascinée par la figure un peu rebelle de Monet. Elle restera tout au long de sa vie très fidèle aux conseils de son beau-père. Théodore Butler, qui vient d'Amérique, a déjà un bagage de peintre. il vient en France car c'est là que ça se passe avec l'impressionnisme. Lui va être plus sensibe à certaines ouvertures qui vont se faire dans le monde de l'art. Son fils James encore plus.

Philippe Piguet, arrière-petit-fils de Claude Monet et commissaire d’exposition

Cette exposition, qui est une première, a pour objectif d’orchestrer une sélection de leurs œuvres pour montrer les liens qui les unissent et les différences de traitement, dans la forme et le contenu, qui caractérisent leur personnalité respective.

Le jardin de Giverny par Claude Monet et Blanche Hoschedé-Monet

Le tableau de Claude Monet met bien en exergue cette qualité impressionniste du peintre. Il n'y a aucune sorte de définition des motifs. On est dans un travail qui est la peinture avant tout. Le motif n'est qu'un prétexte. Ce qui fait le texte du tableau, c'est la peinture, en matière comme on va la retrouver dans les Nymphéas par la suite. Dans le tableau de Blanche Hoschedé-Monet, on retrouve cette manière de ne pas être dans une précision graphique du motif mais d'être dans une espèce d'invasion de la couleur, de la peinture et de l'univers floral.

Philippe Piguet, arrière-petit-fils de Claude Monet et commissaire d'exposition

Les toiles de Blanche Hoschedé-Monet exposées témoignent de sa fidélité envers le travail de son beau-père.

durée de la vidéo : 02min 41
Saga familiale : Monet, Hoschedé-Monet et les Butler ©François Pesquet

James Butler regarde du côté du fauvisme et de l’expressionnisme

L'exposition a juxtaposé 3 toiles de Blanche Hoschedé-Monet, Claude Monet et James Butler qui ont des similarités dans la composition mais qui se différencient dans le traitement avec celle de James Butler qui vécut par la suite aux Etats-Unis.

Dans ces 3 oeuvres, ce qui est intéressant c'est la composition avec ces anses au bord de l'eau que l'on retrouve dans les toiles de Blanche Hoschedé et Claude Monet. Et cette forme est traitée de manière très différente dans le tableau de James Butler. On voit, dans sa toile, que la couleur est plus dans l'expression que dans l'impression.

Philippe Piguet, arrière-petit-fils de Claude Monet et commissaire d'exposition

Du côté des œuvres de Theodore Butler, elles s'expriment aussi bien dans l’impressionnisme que dans des tentations pointillistes ou symbolistes. Il compte parmi les peintres importants de l'impressionnisme américain. 

Prêtées par la famille, des collectionneurs ou des musées tels Orsay et Marmottan, la plupart des toiles proposées dans cette exposition au musée de Vernon sont inédites.