VIDÉO. Une compétition européenne de pêche à la truite organisée dans l'Eure

durée de la vidéo : 00h00mn56s
Pour le tournoi, 3 000 truites ont été lâchées dans l'étang de Bosrobert, dans l'Eure. ©Stéphane L'Hote / France Télévisions

L'étang de Bosrobert, dans l'Eure, a accueilli 50 représentants de quatre pays pour une compétition de pêche à la truite dimanche 19 mars. Elle a été remportée par un Français. L'objectif : capturer le plus de poissons. Tous les animaux ont ensuite été relâchés selon le principe du "no kill".

Français, Belges, Allemands, Anglais… Une cinquantaine de pêcheurs européens se sont retrouvés pour un tournoi de pêche à la truite à l'étang de Bosrobert, près de Brionne, dans l'Eure, dimanche 19 mars 2023.

Chaque pêcheur a dû affronter son voisin pendant deux manches de dix minutes et capturer le plus de poissons possible. Pour l'occasion, 3 000 truites ont été lâchées dans l'étang. Dimanche matin, au début de la compétition, les truites ne mordent pourtant pas beaucoup. "C’est un peu étonnant mais on ne prend pas beaucoup de poissons. C'est peut-être la météo", estime alors Sacha, capitaine de l'équipe BHT Fishing.

Les niveaux sont variés ce dimanche. "Je suis une débutante, je pêche depuis un an. J’adore la sensation", explique Nadia, une pêcheuse anglaise qui vient de perdre contre Jeyson Fringard, le fondateur de l'association BHT Fishing Area Trout Club. Lui pêche depuis tout petit. Il a commencé avec son grand-père et a organisé le tournoi du jour. 

Le "no kill", une pêche plus respectueuse des poissons ? 

"Tout le poisson est remis à l’eau. C’est exclusivement du "no kill". Le poisson n'a pas le droit d'être touché à la main, il n'a pas le droit de toucher le sol et il est remis à l'eau dans les meilleures conditions. Le mot d'ordre principal est le respect du poisson", détaille Jeyson Fringard. 

Des associations de défense des animaux comme Paris Animaux Zoopolis (PAZ) dénoncent cependant la pêche "no kill" comme une "source de terreur et de blessures" pour des animaux "brutalement arrachés à leur milieu". Selon PAZ, "l’hameçon provoque des lésions qui peuvent causer l’affaiblissement, et même une mort lente, par infection ou par impossibilité de s’alimenter. En outre, les poissons sont manipulés pour leur enlever l’hameçon ou à l’occasion de prises de photos, ce qui fragilise leur mucus protecteur".

Clément Bouquet, du BHT Fishing, a remporté la compétition dimanche après-midi. Les organisateurs aimeraient renouveler ce genre de tournoi et même créer un championnat local.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité