Gel et froid : cinq astuces pour protéger votre jardin et votre potager

Des températures minimales proches de zéro sont prévues en Normandie et les jardiniers ont des sueurs froides. En pleine période de floraison et d'apparition des bourgeons des futures pommes et autres fruits, les professionnels donnent leurs trucs et astuces, pour sauver vos plantations.

Des températures de février au beau milieu du printemps. Zéro, un degré par endroits, la bascule vers les températures négatives est possible en Normandie, notamment ce mardi 23 avril 2024, qui s'annonce comme la matinée la plus froide de la semaine.

Pas de panique pour autant. Avec quelques astuces, les jardiniers peuvent éviter les dégâts pour leur jardin et leur potager. On vous dit comment.

1 Limiter l'arrosage

Si les poireaux ou les pommes de terre ne craignent pas grand-chose avec un léger gel, pour les plantes méditerranéennes et les plantes fleuries il est préconisé de limiter l'arrosage, pour éviter les dégâts.

2 Couvrir les plantes ou les rentrer

Pour Tom Tesson, responsable pépinière et fleurs de la jardinerie Desjardins à Cléon, "il faut couvrir ses semis, avec un couvercle de serre". Mais attention, il ne faut "pas mettre de bouteilles en plastique avec le bouchon, car ça empêche une bonne ventilation de la plante. Plutôt utiliser des dômes en plastique, conçus pour cet effet, qui limite la condensation à l'intérieur", souligne-t-il.

Selon Jean-Paul Thorez, ingénieur agronome et auteur de plusieurs ouvrages sur l'agriculture biologique, "il faut être très vigilant surtout quand les plantes sortent des serres et que le jardinier vient de les planter en pleine terre car le choc thermique va être trop important".

Il précise : "Il faut soit les rentrer ou les mettre des cloches plastiques ou un simple drap, un torchon, peu importe, disposer un voile pour faire écran." Pour les pétunias, les géraniums, les tomates, sortez donc les couvertures !

3 Un cordon chauffant ou de la roche

"Il est aussi possible de mettre un cordon chauffant de terrariophilie ou déposer une couche de vermiculite (roche volcanique) sur vos plantations, pour les protéger", ajoute Tom Tesson.

4 Attendre les Saints de Glace

Dans la tradition populaire, il est recommandé d'attendre pour planter en pleine terre, d'avoir dépassé les Saints de glace, qui sont du 11 au 13 mai. St Mamert (11 mai), St Pancrace (12 mai) et St Servais (13 mai). 

Après les Saints de glace, il peut toujours geler, mais les plantations des jardiniers ont de bonne chance de se développer. "Planter avant les Saints de glace, ça peut être risqué !", souffle Jean-Paul Thorez. 

Même si le réchauffement climatique est une réalité et les dates de plantation peuvent être plus précoces, il faut se méfier tant que les Saints de glace ne sont pas passés. Les belles journées de printemps donnent à certains jardiniers l'envie de se lancer, de planter tomates, concombres ou courgettes et géraniums... mais il faut garder à l'esprit que c'est sans garantie. Il peut toujours y avoir un coup de froid.

Jean-Paul Thorez, ingénieur agronome

D'autant plus que durant cette période de l'année, la terre n'est pas encore réchauffée en profondeur. Quand il n'y a pas la couverture de nuages pour empêcher le refroidissement la nuit, les jeunes pousses peuvent être brûlées par le gel. 

5 Que planter à cette période

Pas de stress pour les marguerites, les salades, les radis, les petits pois, les oignons, l'ail, les échalotes, les pommes de terre, les framboisiers, les groseilliers, les mûriers...

Par contre, il faut encore patienter (sauf si vous ne l'avez pas déjà fait !) pour planter les tomates, les aubergines, les courgettes, les butternuts, les melons.

Pour les arbres fruitiers, attention aux variétés précoces. Bonne nouvelle pour les pommiers normands. "Ils devraient tenir le choc sans problème, car ils fleurissent tard et sont hauts en tiges", assure Jean-Paul Thorez.