Maires et nouveaux élus normands font face à la crise sanitaire et économique

Dans cette crise liée à la Covid-19, les maires élus cette année dans les petites communes normandes se sentent souvent oubliés. Dans leurs municipalités, les finances ne sont pas toujours au beau fixe et les projets retardés. Rencontre avec deux d'entre eux, dans la vallée de l'Andelle.
Perruel village de la vallée de l'Andelle
Perruel village de la vallée de l'Andelle © FranceTélévisions
Covid oblige, les maires français sont plus que jamais à l'écoute de leurs administrés. Prendre le pouls des habitants pour les soutenir, c'est la tâche incombée à Vincent Quéné et Rémi Vieillard, respectivement maires (sans étiquette) de Perruel et de Fleury-sur-Andelle. 
Le temps est passé très vite pour ces deux hommes depuis leur élection, il y a 5 mois. Vincent Quéné soutient ses commerçants et artisans et tente de faire appliquer le protocole sanitaire dans les deux écoles de ce village de l'Eure de 476 habitants. Les projets de la nouvelle équipe ont été votés mais ont pris du retard. Malgré tout, il garde le moral.... 

Je ne regrette pas d'être maire

Vincent Quéné, maire de Perruel (27)

VIDEO : de nouveaux maires de l'Eure face à la crise sanitaire. Reportage : Sylvie Callier et Bruno Belamri (montage : Pierre Cadinot)

A Fleury sur Andelle, village de 1844 habitants, Rémy Vieillard, le nouveau maire tente de soutenir les commerçants en leur passant notamment des commandes. Lui non plus ne regrette pas son engagement dans la vie municipale. Il tente de s'adapter à la situation et attend des jours meilleurs. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique coronavirus/covid-19 santé société nos élus à la loupe