Assises de la Manche: une jeune femme comparaît pour le meurtre de son nouveau-né

Publié le Mis à jour le
Écrit par F3Normandie

Une jeune femme de 21 ans comparaît depuis ce jeudi matin devant la cour d'assises de la Manche à Coutances. En 2012, elle avait avoué le meurtre de son nouveau-né. Alors âgée de 18 ans, elle avait voulu cacher sa grossesse à ses proches.

Le 6 octobre 2012, une jeune femme, âgée de 18 ans, est emmenée par son père aux urgences de l'hôpital Pasteur à Cherbourg après qu'il ait constaté qu'elle souffrait d'une hémorragie. Très rapidement, les médecins déterminent que les saignements sont la conséquence d'un accouchement. Des policiers se rendent alors au domicile familial où ils découvrent le corps d'un nouveau-né dans un sac poubelle.



En état de choc, plongée dans un profond mutisme, la jeune femme mettra dix jours avant de pouvoir expliquer ce qui s'est passé aux enquêteurs. "J'aurais dû en parler à ma famille". Tels furent ses premiers mots ce jeudi matin à l'ouverture de son procès aux assises de la Manche. C'est sans doute sa volonté de dissimuler à ses proches sa grossesse qui a conduit au drame. C'est seule, dans les toilettes de la maison qu'elle occupe avec son père et son frère à la Glacerie, que la jeune femme a accouché durant la nuit du 5 au 6 octobre 2012.  



Le nouveau-né sera se verra aussitôt retiré la vie à coups de ciseaux avat dêtre déposé dans une poubelle, à l'extérieur du domicile. Ce jeudi matin, c'est une femme en larmes, dévastée par le chagrin, qui est arrivée devant la cour d'assises de la Manche. Elle comparaît libre, sous contrôle judiciaire, pour le meutre d'un mineur de moins de 15 ans. Elle encourt la réclusion criminelle à perpétuité. 



Reportage d'Elise Ferret et Joël Hamard

Intervenant:

- Thomas Baudry, avocat de la défense

 

durée de la vidéo: 02 min 04

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité