Contournement ouest de Cherbourg : des premiers tronçons en 2025 ?

Le Département de la Manche, la Région, l'agglo du Cotentin et la Ville l'ont annoncé en ce début de semaine : le contournement ouest de Cherbourg-en-Cotentin est relancé. Un projet qui a vu le jour en 1992 et qui, faute d'unité locale, est toujours resté dans les cartons. 

Ce projet c'est l'Arlésienne. Trente ans que les Cherbourgeois en entendent parler. Mais cette fois-ci, les planètes semblent alignées.
Ce projet c'est l'Arlésienne. Trente ans que les Cherbourgeois en entendent parler. Mais cette fois-ci, les planètes semblent alignées. © E. Flahaut / FTV

David Margueritte est tout sourire. Le deuxième vice-président de la région mais surtout le président de la Communauté d'agglomération du Cotentin depuis juillet 2020 est en passe de réussir son pari... et de tenir ses promesses de campagne : relier l'Est de Cherbourg à la Hague, sans traverser la ville. L'ARSOC, l'Association Rocade Sud-Ouest Cherbourg en Cotentin applaudit.

Adieu les bouchons aux heures de pointe autour de la gare. Avec ce barreau de 16 kilomètres, dont le tracé défini en 2010 peut être encore modifié, finis les bouchons. Le contournement reliera la fin de la RN 13 au niveau de La Glacerie, traversera Martinvast, Nouainville, Tonneville et se terminera à Querqueville. 

Le tracé arrêté en 2010 devra être revisité.
Le tracé arrêté en 2010 devra être revisité. © Google maps

"Vous savez, j'avais 10 ans, quand ce projet a été évoqué pour la première fois en 1992, explique David Margueritte, qu'il puisse se faire, cela montre que la politique peut faire bouger les lignes". Et de souligner la bonne entente entre Hervé Morin, le président (Les centristes) de la Région, Marc Lefèvre, le président divers droite du département de la Manche et le jeune président LR de l'agglo du Cotentin qui représente 129 communes. "On est la troisième agglo de France par le nombre de communes. La marque de fabrique Cotentin existe, on a du poids désormais. On sait chasser en meute, on sait s'entendre sur l'essentiel",  renchérit David Margueritte qui veut inscrire ce projet dans le nouveau plan de transport de l'agglo qui se veut ambitieux.

Le Département de la Manche assurera la maîtrise d'ouvrage du futur contournement et le financera à hauteur de 40 %. Les 60% restants seront partagés équitablement entre La Région et l'Agglo du Cotentin. Le coût total est estimé entre 60 et 80 millions d'euros. Enfin, la ville de Cherbourg se chargera de la liaison entre cet aménagement et la zone des Fourches située en zone urbaine, ce qui permettra d'accéder directement aux universités. 

Un consensus sur la question ?

Parce que les contraintes de 2021 ne sont plus celles de 2010, le tracé ressorti des cartons sera réétudié en tenant compte des nouvelles contraintes environnementales, de la réalité agricole et urbaine des espaces concernés  et ce dans un souci de sobriété foncière. Cette 2 fois une voie devrait intégrer des espaces réservés aux modes doux, comme les vélos. Ce sera au comité de pilotage du projet, regroupant des élus locaux, les chambres consulaires et les acteurs sociaux et environnementaux de plancher sur la question. Il doit se mettre au travail dans les prochains mois.

Un comité qui devra tenir compte des opposants à ce projet tel qu'il est. Barzin Viel-Bonyadi, conseiller municipal écologiste à Cherbourg n'est ni pour, ni contre et réclame un débat, "est-ce qu'on a toutes les données pour trancher ? Est-ce qu'on a les chiffres de la circulation aux heures de pointe ? Si l'ambition c'est de prendre une décision à tout prix pendant ce mandat, je ne suis pas d'accord. Nous avons besoin d'une concertation citoyenne. Et il souhaite que l'ambitieux nouveau plan de mobilité du Cotentin soit d'abord évalué avant de s'engager dans ce qui sera de toute façon une destruction de terres. 

Chez Cotentin Nature, on  reconnaît qu'il y a un vrai problème de circulation à Cherbourg et des problèmes de sécurité routière, "mais c'est un projet d'il y a 30 ans, explique Anne-Marie Duchemin, sa présidente, financer un tel projet en comptant sur les recettes fiscales de l'EPR, c'est problématique ! Est-ce que l'on ne pourrait pas d'abord tirer les enseignements du nouveau plan de mobilité  qui me semble très bien, puis traiter les points noirs en matière de sécurité routière et enfin envisager peut-être de passer certaines routes en sens unique quand elles sont trop étroites ? La Manche est le département qui a le plus de routes départementales, pourquoi ne pas utiliser cet atout ? 
 

Anne-Marie Duchemin ne souhaite qu'une seule chose, que tous les avis puissent être entendus afin d'arriver à la meilleure des solutions. Mais après 30 ans dans les cartons, il semble cette fois-ci que le contournement ouest de Cherbourg est entré dans une nouvelle phase, celle de sa réalisation. Les porteurs du projet souhaitent que les premiers tronçons voient le jour d'ici à 2025, pour une finalisation avant 2030.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
routes économie transports architecture et urbanisme polémique société politique environnement