Encore des menaces d’attentat contre des établissements en Normandie : un mineur interpellé dans les Hauts-de-Seine

Pas plus tard que mercredi 27 mars 2024, deux établissements scolaires ont reçu des menaces d'attentat en Normandie, comme dans 44 départements français depuis la semaine dernière. Un mineur de 17 ans a été interpellé ce jeudi 28 mars dans les Hauts-de-Seine.

Le procédé est toujours le même. Les plateformes numériques d'établissements scolaires sont piratées et des menaces d'attentat sont envoyées, par mail.

Des alertes dans deux établissements en Normandie

Pas plus tard que mercredi 27 mars 2024, dans la soirée, un signalement pour des menaces et une alerte à la bombe a été reçu par mail au collège Bucaille-Charcot à Cherbourg-en-Cotentin. Même alertes reçues au lycée Marcel-Sembat de Sotteville-lès-Rouen où les élèves dormant à l’internat et le personnel présents ont dû être évacués dans la nuit.

Dans les deux cas, les policiers ont effectué une levée de doute pour écarter tout risque. Au total, 323 menaces, dans 44 départements et 20 académies, ont eu lieu en France depuis le milieu de la semaine dernière, a indiqué le ministère de l'Éducation nationale, jeudi 28 mars 2024, à l'AFP.

Un mineur de 17 ans interpellé

Un mineur de 17 ans a été interpellé et placé en garde à vue, jeudi, à Malakoff dans les Hauts-de-Seine dans l'enquête sur les piratages des plateformes numériques d'établissements scolaires (ENT), a appris l'AFP de source proche du dossier et auprès du parquet de Paris.

L'interpellation a été faite par des policiers de l'Office de lutte anti-cybercriminalité (Ofac) de la police judiciaire, dans le cadre d'une enquête dirigée par la section de lutte contre la cybercriminalité du parquet de Paris (J3).  Le suspect "n'a pas encore été auditionné", a précisé le parquet.

La ministre de l'Education Nicole Belloubet a assuré mercredi, lors d'une audition à l'Assemblée nationale, qu'"à ce stade, il n'y a pas de fuite massive de données ou d'attaque en règle de nos systèmes d'information". "Il n'y a pas de faille numérique globale", a-t-elle dit.

Quelle riposte ?

Une réunion doit avoir lieu jeudi après-midi au ministère de l'Éducation nationale avec des élus de collectivités territoriales et des éditeurs de logiciels scolaires, pour "identifier à moyen et à long terme les mesures de riposte que nous allons pouvoir mettre en place", selon Mme Belloubet.

Pour rappel, plusieurs établissements scolaires de l'agglomération de Rouen (Seine-Maritime) avaient fait l'objet de mails menaçants de commission d'attentat à la rentrée 2023. Un lycéen de 15 ans avait été interpellé. Il avait été condamné à 15 mois de prison avec sursis, jeudi 12 octobre 2023.